Inès Straub, Author at Siècle Digital

Inès Straub

Les ingénieurs de Microsoft conçoivent actuellement un navigateur basé sur le navigateur libre Chromium, dont est issu le célèbre Google Chrome. Cela augure du remplacement prochain du navigateur par défaut de Windows 10, le dénommé Edge. Ce navigateur était apparu pour la première fois sur les systèmes d’exploitation Windows il y a trois ans. L’objectif était d’abord de faire oublier l’obsolescence d’Internet Explorer. Notamment sur les expériences de navigation, dont la rapidité et l’efficacité étaient devenues cruellement manquantes. Face au développement de Google Chrome et Mozilla Firefox, il était donc urgent de redevenir attirant pour les utilisateurs de Windows. Bien qu’il ne manque pas d’arguments plaidant en sa faveur, tels que sa plus grande rapidité et une économie en ressources face à Google Chrome, le navigateur Edge n’est pas vraiment parvenu à convaincre. Cela l’empêche donc de s’imposer sur Windows 10. Les principaux griefs tiennent d’abord aux mises à jour trop peu fréquentes…

Quand on est fan, on ne compte pas ses efforts. Un des 73 503 146 abonnés du youtubeur PewDiePie a hacké plus de 50 000 imprimantes, dans le seul but que sa star gagne de nouveaux abonnés. Il faut dire que PewDiePie, est le youtubeur ayant le plus d’abonnés au monde depuis 2013 sur la plateforme de vidéos. PewDiePie, dont le vrai nom est Felix Kjellberg, est un suédois connu pour ses farces et ses commentaires de jeux. Sauf qu’à ce jour, il est concurrencé par le compte indien T-Séries diffusant des trailers et des bandes d’annonces de films bollywoodiens. Le hacking a été revendiqué sur Twitter, par un utilisateur se nommant TheHackerGiraffe. C’est ainsi que les personnes dont l’imprimante avait été piratée, ont vu s’imprimer sur une feuille ce message : « PewDiePie, qui a actuellement la chaîne YouTube avec le plus d’abonnés, est sur le point de perdre sa position…

Pour la société de marketing politique Cambridge Analytica, l’habit fait le moine. L’entreprise ne s’est donc pas contentée d’user des données de 87 millions d’utilisateurs de Facebook, elle a aussi établi un profilage vestimentaire. C’est Christopher Wylie, lanceur d’alerte de l’affaire Cambridge Analytica qui a dévoilé ce nouveau pan des stratégies mises en place pour favoriser notamment l’élection de Donald Trump. Lors d’une conférence organisée en Grande-Bretagne par le site web de l’industrie de la mode The Business of Fashion, l’ex-salarié s’est donc étendu sur les techniques utilisées par son ancien employeur. Il a d’abord expliqué que les goûts vestimentaires étaient un critère clé pour Cambridge Analytica, dont la tâche consistait à établir et vendre des profils d’électeurs tirés des données Facebook. Les ‘données vestimentaires’ des utilisateurs avaient donc été inclues dans l’algorithme. Pour ce faire, une matrice avait été mise au point afin d’illustrer les corrélations entre plusieurs slogans de marque de…

Le géant Google aurait décidé de ne pas maintenir son équipe travaillant sur la protection de la vie privée, au sein du projet de moteur de recherche chinois, Dragonfly. Ces informations délivrées par The Intercept interviennent dans un contexte où de nombreuses démissions ont lieu. Il y’a quelques jours, plus de 300 employés de Google et Amnesty International, ont adressé une lettre au directeur général de Google, Sundar Pichai. Avec pour principale réclamation, l’abandon du projet chinois. Pour rappel, ce projet est en fait un moteur de recherche à destination exclusive de la Chine, qui vous l’aurez compris, comportera un système de censure. C’est ainsi que certains termes considérés comme non convenables par le gouvernement communiste chinois seront supprimés des possibilités de recherche. Comme les mots clés en mandarin “droits de l’homme”, “manifestations étudiantes” ou encore “Prix Nobel”. Plus inquiétant pour les internautes chinois, le moteur de recherche associerait les requêtes…

Lors d’un forum sur la cybersécurité se déroulant à Washington, des représentants de l’entreprise de sécurité informatique FireEye, ont expliqué que le réseau électrique américain était toujours sous le coup d’actes d’espionnage de la part de pirates informatiques russes. Pour tempérer leur propos, les experts ont néanmoins assuré que le système énergétique américain restait bien défendu. Le rendant difficile à atteindre par une cyberattaque de grande envergure. Selon les employés s’exprimant lors de la réunion, l’activité russe se cantonnerait pour le moment à des opérations de collecte de renseignements. Des groupes de pirates russes ont d’ailleurs été identifiés comme responsables de ces actes malveillants. Ils se nommeraient TEMP.Isotope, Dragonfly 2.0 et Energetic Bear. Des actes qui n’en restent pas moins dangereux et requierent beaucoup de temps et de moyens pour les surveiller et les contrer. Des ressources que les services de cybersécurité américains pourraient consacrer à d’autres tâches. Les cyberactes malveillants…

Amazon vient de développer une intelligence artificielle capable d’effectuer un tri dans les informations contenues dans les dossiers médicaux. Le but étant d’améliorer le suivi des patients. Ce logiciel développé par les ingénieurs « amazoniens », pourra donc traiter de longs comptes rendus médicaux. Tout en identifiant les éléments indispensables à un diagnostic efficace. Ainsi les symptômes, les différents examens, les comptes rendus opératoires, les images radiologiques seront toutes retranscrites numériquement dans un document récapitulatif. Dans un marché du stockage et de l’analyse des données qui pèse déjà plus de 7 milliards de dollars, ce logiciel est censé aider les professionnels de santé dans leurs prises de décisions thérapeutiques ou diagnostiques. Les professionnels intéressés peuvent déjà utiliser cet outil. Il leur suffit de transmettre leurs fichiers médicaux vers la plateforme Amazon Comprehend Medical. Pour le moment, le logiciel est uniquement en langue anglaise. Des entreprises du secteur de la santé ont déjà…

Une navette autonome baptisée Mia pour (« mobilité intelligente autonome ») et conçue par Navya, va être mise en service des routes ouvertes. Ce nouveau véhicule sera déployé sur le pôle d’activités des Gaulnes, en banlieue lyonnaise. La période de lancement devrait être début 2019, après avoir reçu les dernières autorisations. Il pourra notamment être utilisé par les 1500 employés que comprennent les différentes entreprises desservies. Cette expérimentation devrait durer deux années. Le mini bus autonome circulera gratuitement sur un trajet total de 1,2 kilomètre comprenant 6 stations. « Dès le début, le choix a été fait d’avoir une navette accessible à tout public et gratuite », précise Olivier Malaval. Il devra négocier notamment deux rond points et des feux tricolores pour une vitesse maximale de 25 km/h. Ce projet annoncé à l’occasion du salon de l’environnement Pollutec, est à l’initiative d’un trio d’entreprises dont Eiffage Énergie Systèmes, le constructeur Navya, et l’entreprise de transport Berthelet.…