USA

Alors que le Royaume-Uni s’apprête à recevoir Donald Trump début juin, le gouvernement de Theresa May ne tiendra pas compte des avertissements émis par le président des États-Unis à l’encontre des équipements Huawei pour la 5G. En février dernier, le Royaume-Uni tenait déjà tête aux États-Unis concernant le boycott du chinois Huawei. Mardi, au cours d’une réunion du Conseil de sécurité national britannique, le gouvernement britannique a confirmé sa décision en autorisant le fournisseur asiatique à travailler sur son territoire. Pour le moment, la décision n’est pas encore totalement officielle, le ministre de l’Intérieur, de la Défense, des Affaires étrangères, et d’autres, ont témoigné leur inquiétude à ce sujet. Si toutefois cette mesure est officiellement validée, Londres serait sur la même longueur d’onde qu’avec l’Union européenne, qui refuse de bloquer l’accès à Huawei comme le font les États-Unis. Trump et son entourage politique estiment que l’entreprise chinoise profite de ses…

Le rapport sur l’implication de la Russie dans la campagne de Trump en 2016, fruit de deux ans d’enquête du procureur spécial Robert Mueller, a été mis à disposition du grand public, mais dans une version expurgée, où plusieurs éléments ont été volontairement retirés. Cela semble vouloir dire qu’il comprenait plusieurs informations compromettantes pour le président des U.S.A, et ce même s’il est la preuve de son absence de lien avec la Russie. Le mois dernier, l’enquête sur les relations entre Trump et la Russie a conclu que le président américain n’avait aucun lien avec les russes. À cette occasion, le procureur général William Baar avait publié un résumé des investigations du procureur spécial Robert Mueller. Résumé que Trump s’était empressé de partager pour prouver sa non-entente avec la Russie lors de la campagne 2016, bien que plusieurs de ses anciens conseillers ont été inculpés à l’issue de l’affaire. Malheureusement…

Alors que des chercheurs du MIT tentent de trouver des solutions pour réduire les inégalités sociales causées par l’intelligence artificielle, le New York Times publie une enquête révélatrice des maux de notre société sur l’économie souterraine générée par les ordures des ultra-riches américains. Dans cet article, on suit le parcours de Jake Orta, un ancien combattant qui vit dans un petit studio, à quelques pas de l’immense maison de Mark Zuckerberg, à San Francisco. Tombé dans la pauvreté il y a quelques années, il travaille désormais à plein temps. Son job ? Collecter les ordures des milliardaires qui vivent dans son quartier pour les revendre. À 56 ans, Jake Orta se considère plus comme un chasseur de trésor, que comme un éboueur. Il précise que : « je suis choqué par ce que ces gens-là peuvent jeter. C’est l’avantage, avec eux, on ne sait jamais ce qu’on va trouver ». Pour Nick Marzano, un photographe…

Dans un bras de fer qui dure depuis novembre 2018 entre la Chine, les États-Unis, et Huawei au milieu, le pays de l’Oncle Sam avait sommé ses alliés de ne pas collaborer avec la firme chinoise. Puisque l’Allemagne et le Royaume-Uni ne semblent pas de cet avis, le gouvernement américain fait marche arrière et contourne le problème en jouant sur des règles strictes en matière de sécurité pour la 5G. Ainsi, tous les fournisseurs pourraient être autorisés dans le cadre de collaboration entre les États-Unis et d’autres pays. La seule condition sera de respecter des standards communs sur la 5G. Cependant, un média allemand, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, a publié un article expliquant que les règles sont « si stricte quel que soit le fournisseur que les entreprises peu fiables n’ont aucune chance. » Etonnamment, c’est l’Allemagne qui a proposé ce plan de normalisation. Ainsi, le pays n’acceptera aucun composant…

Alors qu’on s’inquiétait il y a quelques mois de savoir si Trump était écouté par la Chine et la Russie, une menace bien plus sérieuse l’a concerné il y a quelques jours. Ce samedi 30 mars, une femme chinoise a été arrêtée alors qu’elle s’était infiltrée dans le Complexe de Mar-a-Lago où Trump passait son week-end, en Floride. Après avoir réussi à passer un premier barrage de sécurité, elle a été arrêtée en possession d’un ordinateur, d’un disque dur, et surtout, d’un logiciel malveillant sur une clé USB. Elle a été inculpée pour fausse déclaration à des agents fédéraux et intrusion dans un secteur sécurisé. Pour passer le premier barrage de sécurité, composé de trois agents des services secrets américains, la femme, nommée Yujing Zhang, a utilisé une astuce très simple. Elle a dit qu’elle souhaitait accéder à la piscine du complexe, en s’appuyant sur le fait qu’elle partageait le…

Si la situation empire entre les États-Unis et la Chine, Huawei préfère prendre les devants pour ne pas se retrouver dans une impasse. L’entreprise chinoise a imaginé une alternative à Android au cas où les tensions continueraient d’augmenter. D’ailleurs, pour le moment, les relations entre les deux pays ne montrent aucun signe d’apaisement. Récemment, le géant de l’électronique annonçait qu’il intentait une action en justice contre le gouvernement américain. Huawei a aussi fait savoir que l’interdiction d’utilisation de ses produits imposée par les agences fédérales américaines violait toutes procédures légales. De leur côté, les États-Unis somment l’Allemagne de cesser de travailler avec Huawei, bref rien ne va entre les deux plus grandes puissances mondiales. À juste titre, la société chinoise se prépare à une rupture totale avec les États-Unis. Elle construit sa propre alternative à Android. Le système d’exploitation de Google pourrait un jour être restreint sur ordre du gouvernement américain.…

Ne vous emballez pas, il ne s’agit pas d’un système de prédiction comme celui utilisé par la police de La Nouvelle-Orléans, sans autorisation, l’année dernière. D’après le Washington Post, la police de New York utilise depuis 2016 un logiciel qui lui permet d’effectuer des recherches parmi des centaines de milliers de dossiers. Le système baptisé Patternizr est utilisé depuis 3 ans, mais n’a été divulgué qu’aujourd’hui. Concrètement, l’outil permet un gain de temps extrêmement important pour les services de police. Ce système informatique permet de faire le lien entre différentes affaires de manière automatique. Rebecca Shutt, analyste criminelle explique cela : « j’ai utilisé cet outil pour relier deux crimes qui n’avaient, a priori, aucun rapport. Je ne sais même pas si j’aurais été cherché si loin sans le système informatique à notre disposition. Patternizr nous permet de gagner beaucoup de temps et de résoudre des affaires très compliquées ». L’outil permet aux…

Send this to a friend