Chine : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Chine

Après avoir tenté de convaincre les membres de l’Union Européenne en vain, les États-Unis se rapprochent des pays du Golfe. En effet, le gouvernement américain a récemment fait part de ses préoccupations à propos des infrastructures 5G de Huawei, aux dirigeants de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du Bahreïn. Les trois pays utilisent les équipements technologiques de l’entreprise chinoise. Les États-Unis veulent exclure Huawei des débats Pour les États-Unis il n’y a aucun doute : les équipements 5G de Huawei représentent un danger pour la sécurité intérieure de n’importe quel pays. Malgré les tentatives de Donald Trump de convaincre les pays européens au printemps dernier, le Royaume-Uni, la Belgique et la France confirmaient leur confiance en Huawei. Comment vont réagir les pays du Golfe ? Au début du mois de septembre, la Pologne et les États-Unis signaient un accord pour réguler les équipements 5G provenant de pays étrangers…

Vraisemblablement, l’accord signé hier entre les États-Unis et la Pologne n’a pas plu à Huawei. L’entreprise technologique chinoise a récemment accusé le pays d’avoir mené des cyberattaques à répétition contre ses systèmes de sécurité. Aucune preuve n’a été fournie pour appuyer ces propos. Faut-il croire à de telles accusations ? Huawei va loin dans ses accusations et explique que le gouvernement américain aurait « utilisé tous les outils à sa disposition, y compris des moyens scrupuleux » pour perturber les activités commerciales de l’entreprise. Des accusations qui surviennent seulement quelques heures après que l’accord entre la Pologne et les États-Unis ait été signé. Ce dernier prévoit de renforcer la régulation des équipements 5G venus de l’étranger, notamment ceux de Huawei. D’après un porte-parole de Huawei, les États-Unis auraient illégalement détenu des membres du personnel de l’entreprise. Le gouvernement aurait également envoyé des agents du FBI pour déterrer de vieilles affaires au sein…

Vraisemblablement Apple n’est pas la seule entreprise à vouloir quitter la Chine. Google prévoirait aussi de déplacer la production du Pixel vers l’Asie du Sud-Est. Trois raisons pourraient pousser l’entreprise américaine à prendre cette décision : l’augmentation de sa production, le coût de la main d’œuvre chinoise et les taxes annoncées par Donald Trump. Le coût de la main d’œuvre chinoise augmente C’est indéniable : le coût de la main d’œuvre chinoise s’envole et c’est une tendance qui ne devrait pas s’inverser. Google pourrait bien déplacer, à terme, la quasi totalité de sa production à l’extérieur de la Chine, y compris les lignes concernant les smartphones Pixel. Les prévisions de vente pour cette année sont très positives : entre 8 et 10 millions de smartphones. C’est quasiment le double de l’année dernière. Diversifier sa production en quittant la Chine pour aller s’installer au Vietnam serait une étape nécessaire selon Google,…

L’entreprise Baidu fait parler d’elle suite à l’analyse de ses revenus. En effet, elle vient dépasser Google dans la vente d’enceintes connectées et s’impose au sein des mastodontes du numérique. Une croissance exceptionnelle pour l’entreprise Aujourd’hui, la société Baidu se positionne en deuxième position sur le marché de la vente d’enceintes intelligentes. Une performance impressionnante lorsque l’on connait le parcours des concurrents du numérique. De cette manière, l’entreprise possède actuellement 17,3 % du marché. En terme de ventes, cela représente près de 4,5 millions d’expéditions de matériels en près d’un trimestre. Au départ, la société souhaitait positionner son affaire autour d’objets hauts de gamme. Néanmoins, les ventes n’ont pas décollé grâce à ce choix stratégique, mais plutôt grâce au modèle le moins cher de l’entreprise. Le modèle en question revient à environ 12 dollars et se nomme Xiaodu. Des sociétés aux stratégies divergentes Il faut savoir que Google et Baidu…

Twitter aurait récemment indiqué à Facebook que de plus en plus de pages de propagande anti manifestants Hongkongais voyaient le jour sur sa plateforme. Le réseau social vient de faire le tri dans ces différents comptes et pages qui tentaient de diaboliser les manifestants de l’île chinoise en pleine tourmente. Des pages de propagande pour diaboliser les manifestants D’après un récent billet publié sur son blog, Facebook explique avoir supprimé à l’heure actuelle 7 pages, 5 comptes et 3 groupes prétendument impliqués dans des comportements inappropriés et liés à la propagande du gouvernement chinois. Leur objectif était de diaboliser les manifestants hongkongais. Certaines personnes sont allées jusqu’à utiliser de faux comptes sur la plateforme. En réalité, cette initiative est partie de Twitter. Le réseau social a partagé des informations sur des activités suspectes, ce qui a eu pour effet le déclenchant d’une enquête chez Facebook également. Les auteurs ont régulièrement…

Ride Code a vu le jour en juillet 2017 sur WeChat, dans le cadre de la création de mini-programmes. La super application chinoise compte à présent 100 millions d’utilisateurs, uniquement pour la vente de ticket de transport. C’est qu’a ce annoncé Tencent le 31 juillet. Pour faire simple, Ride Code permet de payer son accès aux réseaux de bus ou de métro avec un QR code. Les entrées des stations de métro et les bus sont équipés de lecteurs et il suffit simplement de présenter son code pour qu’un trajet soit payé. Ensuite, la somme est prélevée à travers WeChat Pay sur le compte de l’utilisateur. À présent, Ride Code est proposé dans plus de 120 villes en Chine, totalisant 28 provinces. Les trois qui comptent le plus d’utilisateurs sont les provinces de Guangdong, Shandong, et Shaanxi. La ville qui a enregistré la plus grande fréquentation de passager utilisant l’application…

Des tunnels sous terre pour se déplacer plus rapidement et éviter les embouteillages ? C’est le projet fou et pourtant si réaliste d’Elon Musk avec The Boring Company. Initialement lancé aux États-Unis, le projet va traverser les frontières. Elon Musk sera présent en Chine à la fin du mois à l’occasion de la World Artificial Intelligence Conference. L’occasion parfaite pour inaugurer le lancement d’une unité The Boring Company en Chine, comme il l’explique sur Twitter. Will also be launching The Boring Company China on this trip — E (@elonmusk) August 3, 2019 The Boring Company a présenté fin 2018 son premier tunnel en Californie. Le concept est simple. Sur des rails, les voitures sont propulsées à plus de 150km/h. Pour y accéder les voitures prennent un ascenseur à voiture ou une spirale. À terme toutes les voitures autonomes pourront circuler dans ces tunnels et les piétons pourraient également y accéder…