Chine

Dimanche 16 septembre, le Wall Street Journal a publié un dossier révélant que des partenaires ont acheté des données confidentielles à des employés d’Amazon. Ces données concernent principalement des statistiques de vente destinées à un usage interne. De plus, certains auraient payé pour faire retirer des avis négatifs. Amazon a logiquement ouvert une enquête sur ces mauvaises pratiques. Tout se déroule sur les réseaux sociaux. Les revendeurs cherchent des employés du géant du ecommerce afin de les contacter et les soudoyer. Bien qu’il en existe d’autres, WeChat serait une des plateformes principalement utilisées, puisque cette pratique sembletrès active en Chine. Dans son article, le Wall Street Journal explique qu’il coûterait environ 300 dollars pour faire retirer un mauvais avis sur une fiche produit. Lors de leur prise de contact, les employés de la firme se voient également demander les adresses email des personnes ayant laissé un avis négatif, de même…

facebook pot commun clefs Chine
Didi Chuxing

Les autorités américaines rapportent que des espions chinois auraient tenté de recruter plusieurs internautes sur LinkedIn. Dans un récent article, l’agence Reuters indique que plusieurs espions chinois se seraient appuyés sur LinkedIn pour mener de larges campagnes de recrutement. Pour se faire, ceux-ci s’adresseraient à des utilisateurs travaillant dans le secteur du renseignement ou de la politique en se faisant passer pour des recruteurs. De fait, ils mentionnent alors des collaborations internationales basées sur « l’échange de savoir », un discours relativement flou qui peut sembler séduisant de prime abord. Si le premier contact est positif, l’utilisateur est invité à se rendre en Chine pour des conférences ou des entretiens d’embauche, des voyages qui marquent le début de la collecte d’informations. Ainsi, le chef du contre-espionnage des États-Unis, William Evanina évoque le fait que la Chine a mis en place des efforts « super agressifs » pour arriver à ses…

Pour sauver les yeux des enfants, la Chine veut limiter le nombre de jeux vidéo
chine

À l’occasion d’une réunion avec ses employés, le PDG de Google Sundar Pichai a expliqué que le projet concernant le déploiement prochain d’un moteur de recherche Google en Chine était « à un stade précoce » et « exploratoire », rapporte Bloomberg. Début août, plusieurs médias révélaient le projet Dragonfly. Derrière ce nom de code, se cache une version censurée du moteur de recherche pour le marché chinois. Malgré les spéculations sur son fonctionnement, comme par exemple l’utilisation d’un site chinois dont Google est propriétaire pour définir les requêtes à censurer, l’entreprise n’a jamais réellement confirmé le projet, ni son lancement prochain. Cependant, les réactions suite à cette annonce ont été vives, tant de la part des employés qui étaient plus de 1 000 à avoir signés une pétition interne expliquant que le projet « soulevait des questions morales et éthiques urgentes » ainsi que par les chercheurs d’Amnesty International expliquant «…

eau scientifiques
On est encore loin de la commercialisation, mais on avance !
Pour développe son moteur de recherche censuré en Chine, Google utiliserait son propre site

Pour la première fois depuis 2010, Apple n’est ni premier, ni deuxième au classement d’IDC, mais se contente de la troisième place derrière Samsung premier et plus surprenant, Huawei à la seconde place. Au cours de ce second trimestre 2018, le fabriquant chinois a écoulé 54 millions de smartphones, obtenant ainsi une part de marché de 15,8%. Ryan Reith, le vice président d’IDC Worldwide Mobile Device Trackers, déclare : « la croissance continue de Huawei est pour le moins impressionnante, tout comme sa capacité à pénétrer des marchés où, jusqu’à récemment, la marque était largement inconnue. » Ce classement reste néanmoins provisoire. Ryan Reith explique qu’après la sortie d’un nouvel iPhone, Apple arrive tout le temps à se hisser à la première place. Quant à l’incontestable numéro 1 de ce marché, Samsung subit une légère baisse de ses ventes par rapport à l’année dernière. Pour expliquer ce ralentissement, Samsung affirme…

Google retourne en Chine
Des hackers chinois ont envoyé des mini CD gravés contenant des logiciels malveillants aux USA
Sommes-nous proches d’un come-back des disquettes ?

Ces derniers jours, ce sont plusieurs dizaines de milliards de dollars, qui sont partis en fumée au sein des grandes places financières et Tencent Holdings Ltd affiche des pertes record. Ni Facebook, ni Twitter n’en sont au niveau de la firme chinoise, qui occupe pour le moment la position de géant de la technologie dont la valeur marchande a le plus reculé. Pourquoi Tencent est-il le géant de la Tech qui perd le plus en bourse actuellement ? Alors que sa valeur boursière avait clairement atteint un pic en janvier dernier, dépassant les 430 milliards de dollars, rien ne va plus chez Tencent. En effet, le leader mondial des jeux vidéo, qui est également propriétaire de WeChat, a reculé de près de 25% en bourse. Néanmoins, ce n’est pas le seul géant du numérique à être impacté, le cours de l’action Twitter a chuté de 20% alors que Facebook enregistre…

NXP Semiconductors ne sera pas racheté par Qualcomm
Le régulateur chinois n'a finalement pas donné son aval
Facebook Chine filiale
Censuré depuis 2009, le réseau social reste inaccessible en Chine

L’entreprise Hyperloop Transportation Technologies (HyperloopTT) a révélé qu’elle avait signé un accord avec la Chine. Dans un communiqué, la société américaine HyperloopTT a annoncé qu’elle venait de signer un accord avec la Chine, qui donnera suite à la construction d’une première piste dans la ville de Tongren, elle-même située dans la province de Guizhou au sud-ouest du pays. Pour rappel, ce lieu ne se situe pas loin de Guiyang, une zone de développement technologique créé il y a 18 ans pour attirer des entreprises issues du secteur de la technologie dans la région. Depuis sa mise en place, la stratégie semble avoir fonctionné puisqu’elle a séduit Tencent, Alibaba, mais aussi les américains Microsoft et Qualcomm. Si l’on sait que l’itinéraire couvrira une dizaine de kilomètres, le communiqué ne précise pas si la piste reliera deux zones précises ou non. Néanmoins, la courte distance laisse entendre que le train du futur…

Google tente tant bien que mal de se faire une place sur le marché chinois
Apple énergies renouvelables

Xiaomi, le 4ème plus grand vendeur de Smartphones au monde, a connu un premier jour de vente difficile à Hong Kong, avec une baisse qui ne dépassait pas les 6% pour sa première séance à la bourse de Hong Kong suite aux perturbations passées autour d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Xiaomi rêvait d’une valorisation de 100 milliards de dollars et d’une levée de fond d’environ 10 milliards, mais n’a finalement pu lever que 4,7 milliards de dollars (3,5 milliards de livres) un peu plus de la moitié de l’objectif qu’il avait espéré, valorisant la société à 54 milliards de dollars. Étant la première entreprise technologique chinoise à s’être classée à Hong Kong en 2018, elle a marqué un début décevant pour tout le secteur. La baisse de 21% du marché du Smartphone en Chine au premier trimestre, ou les tensions commerciales avec les États-Unis, qui pèsent sur…

baidu intel conduite autonome
Baidu s'associe à Mobileye d'Intel pour améliorer sa plate-forme de la conduite autonome Apollo

Send this to a friend