Écologie

Cela devient une habitude : la Californie mène le bal en matière de protection de l’environnement. Une fois de plus, c’est l’État américain de l’ouest qui prend les décisions les plus strictes en matière d’écologie. Même si, comme le précise TechCrunch, de plus en plus de villes aux États-Unis et partout dans le monde, s’efforcent de trouver des moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre qui menacent la qualité de l’air. Dans la foulée de la parution d’un rapport catastrophique du gouvernement américain sur les changements climatiques et leurs effets dévastateurs, publié en novembre dernier, la Californie exige que la totalité de ses autobus soient électriques d’ici à 2040. La Chine est étonnement précurseur dans ce domaine : toutes les 5 semaines, 9 500 bus à émission zéro s’ajoutent à la flotte existante. Cette nouvelle règle va exiger la production et l’achat de plus de 14 000 nouveaux autobus…

C’est la toute première fois qu’une telle loi sur les conditions de construction d’un nouveau bâtiment voit le jour aux États-Unis. C’était évident, cela devrait arriver un jour ou l’autre. Désormais, c’est chose faite. La Californie exigera des panneaux solaires sur la plupart des nouvelles maisons. Lors d’une réunion de la Commission des normes du bâtiment tenue le 5 décembre dernier, les fonctionnaires ont voté en faveur de ce nouveau code à respecter. Comme le rapporte le média Engadget, c’était la dernière étape d’approbation nécessaire pour que la loi entre en vigueur. De nombreuses initiatives qui prônent le développement des énergies renouvelables fleurissent autour du globe. Récemment, le club de football Arsenal disait vouloir construire un stade qui ne fonctionnerait que grâce à l’installation de panneaux solaires. À partir du 1er janvier 2020, les nouvelles maisons et les petits immeubles auront systématiquement la capacité de produire de l’électricité de manière écologique grâce…

Une navette autonome baptisée Mia pour (« mobilité intelligente autonome ») et conçue par Navya, va être mise en service des routes ouvertes. Ce nouveau véhicule sera déployé sur le pôle d’activités des Gaulnes, en banlieue lyonnaise. La période de lancement devrait être début 2019, après avoir reçu les dernières autorisations. Il pourra notamment être utilisé par les 1500 employés que comprennent les différentes entreprises desservies. Cette expérimentation devrait durer deux années. Le mini bus autonome circulera gratuitement sur un trajet total de 1,2 kilomètre comprenant 6 stations. « Dès le début, le choix a été fait d’avoir une navette accessible à tout public et gratuite », précise Olivier Malaval. Il devra négocier notamment deux rond points et des feux tricolores pour une vitesse maximale de 25 km/h. Ce projet annoncé à l’occasion du salon de l’environnement Pollutec, est à l’initiative d’un trio d’entreprises dont Eiffage Énergie Systèmes, le constructeur Navya, et l’entreprise de transport Berthelet.…

Spin, c’est le nom de la société que Ford vient de racheter pour la somme de 40 millions de dollars. Il s’agit de la valeur approximative de la société suite à son financement l’année dernière. Ce n’est pas la première fois que le constructeur automobile Ford montre son intérêt pour les trottinettes électriques. La société explore aussi de nouvelles solutions de mobilité depuis qu’elle a fait l’acquisition de Chariot à San Francisco en 2016. L’entreprise gère également un programme de vélos en libre-service appelé Ford GoBikes. De son côté, spin a son siège social à San Francisco, et développe actuellement son offre dans neuf villes ainsi que sur cinq campus universitaires. L’acquisition par Ford va entraîner un développement beaucoup plus important. Le constructeur américain fait bonne figure en matière d’innovation. Il y a quelques mois, Ford annonçait son service de livraison de pizzas avec des véhicules autonomes à Miami. Aujourd’hui l’entreprise…

Dans le cadre de la constante quête de solutions de remplacement d’énergies renouvelables aux combustibles fossiles, des scientifiques du Berkeley Lab, ont produit de l’hydrogène pour les piles à combustible grâce à une technique de photosynthèse artificielle. Les chercheurs ont cherché à utiliser l’énergie du soleil pour le « craquage de l’eau », une technique qui permet de générer de l’hydrogène et de l’électricité à partir de l’eau. En effet, en modifiant les procédés traditionnels, les chercheurs du Berkeley Lab ont trouvé un moyen qui pourrait complètement contourner les restrictions des matériaux actuels. Ce dispositif de photosynthèse artificielle nommé « cellule hybride photoélectrochimique et voltaïque (HPEV) », transforme la lumière et l’eau en deux types d’énergies, soit l’hydrogène et l’électricité. Gideon Segev, à la tête de ce projet a déclaré: « c’est de l’énergie que vous pourriez récolter, mais parce que le silicium n’agit pas à son point de puissance…

Ça y est, la chaîne alimentaire de l’Homme est touchée par les déchets plastiques. Pour la première fois, des microplastiques ont été découverts dans nos selles. Plus précisément, ces trouvailles sont le fruit d’une étude menée par des chercheurs autrichiens sur des sujets basés en Europe, au Japon, et en Russie. La taille des résidus retrouvée varie entre 50 et 500 micromètres. La conclusion faite par les auteurs de cette étude est alarmante. Plus de 50% de la population mondiale ingérerait des microplastiques, mais il faudrait diriger une étude plus importante pour le prouver. Alors que l’on tente par tous les moyens de réduire la quantité de nos déchets, le mal serait déjà fait, et il pourrait perdurer encore bien des années. Parmi les 10 variétés de plastiques recherchées pendant l’étude, neuf ont été identifiées. On retrouve du polypropylène utilisé pour créer du plastique rigide, du mobilier, des cordes, des…

Sony engagé dans le mouvement des énergies renouvelables depuis près d’un mois, vient tout juste d’accélérer ses objectifs pour les États-Unis. Une électricité 100% renouvelable sera donc en place en Amérique dès 2030 et il faudra attendre 2040 pour le reste des entreprises Sony. Ayant obtenu une note médiocre de la part de Greenpeace pour l’utilisation de seulement 5% d’énergie renouvelable en 2017, le mastodonte Sony a décidé d’agir en rejoignant le mouvement RE100 à l’instar d’Apple. RE100 : un collectif engagé contre le réchauffement climatique RE100 est un regroupement collaboratif de plusieurs entreprises qui luttent pour l’électricité 100% renouvelable. Cette noble association d’entreprises est représentée par The Climate Group en partenariat avec CDP, RE100 est par exemple composé de Danone, Estée Lauder ou encore La Poste. L’arrivé de Sony dans cette collaboration marque un tournant important dans le milieu de l’industrie. Comme l’a souligné Sam Kimmins, responsable de RE100…

Send this to a friend