Écologie

Quand on s’appelle Amazon, on devrait pouvoir prendre des mesures à la hauteur de la taille de l’entreprise pour tenter d’enrayer le réchauffement climatique. C’est en tout cas ce que pensent les salariés de ce géant américain. Sa récente participation chez Rivian, un fabricant de véhicules électriques, ne suffit pas à convaincre les salariés du groupe. En effet, 3 541 employés d’Amazon ont récemment publié une lettre ouverte, dans laquelle ils demandent expressément à Jeff Bezos de publier un plan de lutte contre les changements climatiques « à l’échelle de l’entreprise ». Des initiatives internes existent bien chez Amazon. Cependant, elles n’intègrent pas un plan stratégique global d’entreprise. C’est bien cela que les salariés du GAFA reprochent à la direction. De petites initiatives ne pourront rien pour enrayer les changements climatiques en cours, en revanche, ils sont persuadés que si une vraie direction stratégique est prise dans ce sens, nous avons plus de chances…

La problématique du climat est omniprésente actuellement. L’ONU, un des nombreux acteurs visant à rendre la planète Terre pérenne, pose notamment son regard sur des solutions pour les pays risquant une montée des eaux importante. Une solution qui pourrait faire changer les avis Une multitude de projets existe déjà pour répondre au risque de la montée des eaux. Cependant, le cabinet d’architectes Bjarke Ingels Group (BIG) vient de proposer une ville modulable approuvée par le MIT Center for Ocean Engineering et le club Explorers. La proposition se fonde sur un système bien précis : un assemblage de plateformes hexagonales. Cette ville devrait être construite dans l’idée d’être totalement autonome, pouvant résister aux différentes catastrophes naturelles telles que les inondations, les ouragans ou encore les tsunamis. Il s’agirait donc d’établir des structures hexagonales les unes à côté des autres, chacune pouvant accueillir près de 300 personnes. Une construction durable pour ses…

Alors qu’il y a quelques semaines, nous vous parlions d’une nouvelle technologie solaire imaginée à partir de cellules pérovskites, sur le point de révolutionner les solutions existantes, aujourd’hui il se trouve que des scientifiques de Stanford ont trouvé un moyen de produire de l’hydrogène à partir de l’eau de nos océans. Effectivement, ils soutiennent que l’eau salée pourrait devenir la première source d’énergie renouvelable dans les années à venir. Les chercheurs sont persuadés que l’électrolyse, le fait de transformer l’eau en hydrogène, peut être une nouvelle source prometteuse d’énergie renouvelable. Pour cela, il y un obstacle majeur : l’eau doit être purifiée. Il s’avère que c’est une ressource assez rare. À ce propos, Hongjie Dai, professeur de chimie à Stanford, et son équipe ont cherché un moyen d’empêcher l’eau salée de décomposer les dispositifs utilisés pour la transformation de l’eau. Il précise cela « nous avons à peine assez d’eau pour nos besoins…

Le thermique n’est pas toujours plus rapide que l’électrique : en juin dernier, Jaguar battait un record vieux de 10 ans avec le V20E. C’est un fait, la Formule E va se développer dans les années qui arrivent et Mercedes pourrait bien accélérer le développement de la discipline. Le constructeur automobile allemand, a déclaré qu’il participera dès 2020 à cette discipline. Pour cela, la marque vient de dévoiler son premier modèle de course 100% électrique. À la veille du salon de l’automobile de Genève, Mercedes-Benz tape un grand coup en présentant l’EQ Silver Arrow 01. C’est le véhicule que la marque utilisera pour concourir en Formule E dès la saison prochaine. La discipline de Formule E a déjà quelques années au compteur : il existe depuis 2014 une alternative entièrement électrique à la Formule 1 et aux autres sports motorisés à essence. Au départ il s’agissait d’une simple idée, puis au…

Après avoir lancé le Navara « Dark Sky », un véhicule dédié aux astronomes, il y a quelques mois, il semblerait que Nissan ait trouvé un bon moyen de se démarquer de la concurrence avec le recyclage de ses anciennes batteries électriques. Le constructeur automobile s’est tout particulièrement intéressé aux batteries de son modèle Leaf. Pour réduire son empreinte carbone, le japonais a décidé de donner une deuxième vie à ses batteries électriques. Elles pourraient servir de batteries d’appoint pour alimenter une caravane ou en camping-car. Après avoir vendu près de 350 000 Nissan Leaf, le constructeur souhaite aller encore plus loin et éviter de subir les critiques qui pleuvent ces derniers mois sur les potentiels problèmes autour de l’empreinte carbone laissée par les véhicules électriques. Effectivement, nous savons désormais qu’un véhicule électrique est pratiquement aussi polluant qu’un véhicule thermique, notamment à cause de l’extraction des matériaux rares qui permettent la fabrication des…

L’Occitane vient d’annoncer son partenariat avec Loop Industries, cette dernière fabrique du plastique 100% durable grâce à une technologie de pointe et permet à l’entreprise d’améliorer ses valeurs RSE. Un partenariat pour protéger l’environnement Loop Industries est spécialiste dans les technologies de recyclage et plus spécifiquement dans la production de plastique durable. Par ce biais, la société propose ses services afin d’augmenter l’engagement environnemental de ses clients. Cette association, annoncée à travers un communiqué de presse, va augmenter de 30% les taux de plastiques recyclés de L’Occitane, un chiffre important surtout dans le contexte actuel. L’Occitane n’est pas la première marque à s’engager pour l’environnement. À la tête de cinq entreprises, dont L’Occitane en Provence, Melvita, Erborian, L’Occitane au Br de la sil et limelife, sa position est la suite logique d’une réaction d’un nombre considérable de marques. H&M a notamment donné le mot depuis quelques années, avec le recyclage des vêtements,…

Après la récente alliance annoncée entre Volkswagen et Ford pour trouver une complémentarité parfaite entre les deux marques, le constructeur allemand fait savoir qu’il veut rendre publiques certaines technologiques liées à l’électrique. Volkswagen serait déjà en discussion avancée avec certains de ses concurrents. Michael Jost, responsable de la stratégie de l’entreprise chez Volkswagen a notamment déclaré cela : « la société veut faire de sa plateforme MEB un standard qui pourrait aussi servir à des voitures qui ne font pas partie du groupe Volkswagen ». Un avis clairement partagé par Jim Hackett, le PDG de Ford, qui déclarait récemment cela pour présenter l’alliance entre Ford et Volkswagen : « je suis d’avis que c’est trop difficile d’y arriver seul. Nous croyons que ce changement fondamental est sain, car il permet aux constructeurs automobiles de se concentrer sur leurs forces respectives et de participer au développement de ces nouvelles solutions de mobilité, tout en offrant à…

Send this to a friend