Amazon : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Amazon

Suite à une enquête de 7 mois, menée par les autorités allemandes, à propos des conditions de vente d’Amazon et de ses relations avec ses vendeurs tiers, l’entreprise américaine va revoir sa politique. Une bonne nouvelle qui devrait s’appliquer dans le monde entier : Amazon va modifier les accords qui régissent la relation entre la plateforme et les vendeurs tiers. Les autorités allemandes laissent 30 jours à l’entreprise Alors qu’Amazon était dans le viseur de l’Union Européenne, c’est finalement l’Allemagne qui attaque en premier. Récemment, la Commission européenne a annoncé qu’elle ouvrait une enquête antitrust sur Amazon, afin d’étudier si l’entreprise américaine n’exploite pas les données qu’elle possède sur la concurrence (directement via sa plateforme de e-commerce), à son avantage. La commissaire européenne chargée de la concurrence, Margrethe Vestagar, doit se charger de l’enquête. Pourtant, depuis cette annonce, quelques jours auront suffit à l’Allemagne pour faire flancher l’entreprise américaine. Amazon…

Plusieurs activistes, immigrés, et employés d’Amazon ont décidé de mettre en place des actions pour dénoncer les méthodes de travail du géant du ecommerce, ainsi que ses implications dans les expulsions de la part du gouvernement des États-Unis. Les manifestants ont profité du Prime Day qui a lieu aujourd’hui et demain pour lancer des actions de protestations dans sept villes des États-Unis. Cet événement annuel a rapporté 4 milliards de dollars à l’entreprise en 2018. Les activistes estiment qu’Amazon ne devrait pas maintenir le Prime Day alors que ses employés réclament des meilleures conditions de travail depuis des années, et que sa technologie serait, d’après eux, utilisée pour déporter les immigrants. Aujourd’hui, les manifestants ont prévu d’envoyer au domicile de Jeff Bezos, à Manhattan, 250 000 pétitions appelant Amazon à stopper ses relations avec les agences gouvernementales responsables de l’expulsion des immigrants. Ces actions seront également menées à Seattle, et…

C’est officiel : la société de Jeff Bezos n’aura pas à mettre en place de ligne d’assistance téléphonique au sein de l’Union européenne. La Cour de Justine de l’Union européenne a statué sur le fait qu’Amazon pourrait se contenter d’un support client web pour cette région du monde. L’Union européenne a tranché L’entreprise technologique n’a jamais douté et a toujours pensé qu’elle obtiendrait gain de cause. Pourtant ce n’était pas gagné. L’Union européenne semblait bien décidée à réclamer plus de mesures pour protéger les consommateurs, auprès d’Amazon. La décision est tombée : l’entreprise ne viole pas les lois de protection des consommateurs. Bien qu’elle n’affiche pas clairement un numéro de téléphone pour proposer un service de support téléphonique, une assistance web est bien présente. Toutefois, le tribunal a insisté sur le fait que la société devait absolument proposer des moyens efficaces et rapides à ses clients, pour qu’ils puissent entrer en…

En mai dernier, Amazon a introduit une nouvelle fonctionnalité Alexa. Cette dernière permet de supprimer facilement l’historique des conversations avec l’assistant vocal. Une option plutôt pratique, puisqu’Amazon ne supprime pas les conversations tant que l’utilisateur ne le fait pas manuellement. Amazon conserverait tout de même quelques bribes de conversations qui contiennent certains détails importants pour la société. Christopher Coons, sénateur du Delaware a tenu à adresser une lettre à Jeff Bezos, afin de lui demander combien de temps les conversations étaient conservées par la société. Dans sa réponse, Amazon affirme effacer les transcriptions « de tous les systèmes de stockage principaux d’Alexa », seulement si l’utilisateur effectue la démarche. Dans le cas contraire, les conversations peuvent être stockées sur les serveurs Amazon pour une durée indéterminée. Comme précisé plus haut, toutes les interactions ne seront pas supprimées même après avoir fait la demande. Brian Huseman, vice-président d’Amazon, écrit dans sa…

D’après Reuters, les actions d’un certain nombre de détaillants spécialisés dans les produits cosmétiques ont chutées en ce début de semaine, après qu’Amazon ait commencé à vendre des produits de beauté sur sa plateforme. De surcroît, la firme a également lancé sa première édition du Prime Day, soit 36 heures de remises exceptionnelles. Ce qui ne va pas aider les détaillants pour remonter la pente par la suite. Des actions en chute libre en raison de la position dominante d’Amazon Les derniers en date à avoir souffert de cette nouvelle sont Sally Beauty Holdings, qui a vu ses actions chutées de 17%, et Ultra Beauty qui, quant à lui a vu les sienne s’affaiblir d’environ 3%. Bien que les consommateurs aient pour habitude d’acheter leurs produits chez des détaillants spécialisés, les prix bien plus bas d’Amazon sont suffisamment convaincants pour les attirer. En effet, la firme a pour habitude d’utiliser…

Ce mois-ci, FedEx annonçait la fin du contrat avec Amazon pour la livraison rapide par avion. Heureusement, la firme de Seattle réagit et confirme sa capacité à assumer complètement les livraisons avec Amazon Prime Air. L’entreprise de Jeff Bezos vient d’acquérir 15 Boeing 737-800 supplémentaires. Ils se joindront aux 5 appareils déjà acquis plus tôt cette année. Suite à cela, Amazon a l’ambition de développer son service de livraison aérien en s’installant dans de nouveaux aéroports comme Fort Worth Alliance, Wilmington Air Park, ou encore l’aéroport international de Rockford à Chicago. En ce qui concerne le hub principal de l’aéroport international de Cincinnati / Northern Kentucky, il devrait être ouvert dès 2021. Richard Greener, vice-président de GECAS Cargo, le fournisseur de ces avions, déclare « être ravis de soutenir le réseau aérien dédié d’Amazon Air. » Il ajoute, « les capacités du cargo 737-800 renforcera la capacité d’Amazon à fournir…

En janvier dernier, Amazon annonçait le lancement de Scout, son robot de livraison autonome. Pourtant, à l’époque, peu de détails avaient été révélés. Nous savions simplement qu’il ressemblerait à une sorte de petite glacière bleue avec des roues. Aujourd’hui, le directeur du projet Scout s’est livré à TechCrunch et nous permet d’y voir plus clair sur son avenir. Le petit robot bleu à six roues, électrique et autonome, aura la pénible mission de livrer des colis devant les maisons des clients américains. Six appareils sont déjà testés dans le comté de Snohomish, dans l’État de Washington. Sean Scott, Directeur du projet chez Amazon, a expliqué à un journaliste de TechCrunch, comment Scout avait été pensé et comment il serait mis en route à l’avenir. Ne soyez pas surpris si dans quelques années vous apercevez un petit robot errer devant chez vous. Il s’agira certainement d’un robot de livraison autonome d’Amazon ou de…