cryptomonnaie : toute l'actualité sur siecledigital.fr

cryptomonnaie

Les cryptomonnaies sont un sujet d’actualité assez controversé. Difficile à réglementer, certains états et entreprises tentent pourtant de démocratiser l’usage. BrewDog par exemple, accepte les investissements en crypto et Facebook fait polémique avec le lancement (ou pas) de sa propre cryptomonnaie la Libra. La Nouvelle-Zélande vient de passer un cap. Comme le rapporte Markets Insider, le pays est le premier à légaliser le paiement des salariés en cryptomonnaie. Une grande première mondiale À partir du 1er septembre, les entreprises auront le droit de payer leurs employés avec des cryptomonnaies. Dans le fonctionnement, tout n’est pas si simple. Seuls les salariés disposant d’un contrat de travail pourront être rémunérés de la sorte, les freelances ne pourront pas. Le paiement doit être un montant fixe. Les salariés recevront leur salaire sous forme de cryptomonnaie, mais ce dernier devra être converti directement en monnaie fiduciaire. La cryptomonnaie choisie devra obligatoirement être relié/indexé à…

L’économie prend un tout nouveau tournant avec la démocratisation prochaine de l’usage de la cryptomonnaie. Il s’agit d’un rebondissement important dans une économie comme celle de la France. Celle-ci va insuffler une première vague de loi autorisant l’utilisation de la cryptomonnaie. Une régulation conséquente pour cette monnaie virtuelle La protection du consommateur en France est considérable, c’est pourquoi les entreprises souhaitant se lier au système de cryptomonnaie doivent s’adapter au droit. Anne Marechal, la directrice générale des affaires juridiques à l’Autorité des marchés financiers, voit la France comme un marché « précurseur » et souhaite offrir aux différents acteurs de véritables cadres au niveau juridique et fiscal. Par ailleurs, ces sociétés devront payer leurs impôts directement en France. Le travail de l’Autorité des marchés financiers aura de grandes conséquences pour les entreprises spécialistes en monnaies virtuelles, car la façon dont la cryptomonnaie devait jusqu’à présent assez floue. Il faut savoir que la…

Voilà maintenant deux semaines que Facebook a présenté sa cryptomonnaie, la Libra. Très vite, le fait qu’un GAFAM lance sa monnaie a fait le tour d’internet. Cependant, la situation devrait rapidement se calmer, puisque les autorités américaines viennent d’envoyer une lettre ouverte à l’entreprise de Mark Zuckerberg, afin de lui demander de stopper le déploiement de cette monnaie. Avant toute progression dans ce projet, le Comité des banques de la Chambre, dirigé par la démocrate Maxine Waters, aimerait d’abord analyser les risques « en matière de vie privée, de commerce, de sécurité nationale et de politique monétaire, non seulement pour les 2 milliards d’utilisateurs de Facebook, mais également pour les investisseurs, les consommateurs et, plus largement, pour l’ensemble de l’économie mondiale ». Le Comité entame sa lettre en demandant un moratoire immédiat pour tous les travaux concernant la Libra, et son porte-monnaie Calibra. Le mois dernier, Mark Zuckerberg présentait cette…

Il y’a quelques jours, Facebook annonçait le lancement prochain d’une cryptomonnaie, en collaboration avec 27 partenaires : La Libra. Les transactions en Libra seront possibles sur l’écosystème du réseau social ( Facebook, WhatsApp, Messenger), via l’application Calibra, disponible en version iOS et Android. Malheureusement pour le géant américain, une nouvelle pourrait potentiellement ternir le prestige de son application. La banque Current a fait remarquer l’étrange ressemblance entre le logo de Calibra et le sien, dans un tweet avec comme légende « C’est ce qu’il vous arrive quand il ne vous reste qu’un seul crayon ». this is what happens when you only have 1 crayon left pic.twitter.com/2JY5JfesQD — Current (@current) 19 juin 2019 Current est une banque assez jeune lancée en 2017, et qui propose une carte de crédit contrôlée via une application, une offre destinée aux enfants. Elle a ensuite lancé des offres de comptes courants pour adulte, qui…

C’est officiel : le bitcoin va avoir de la concurrence. Depuis plusieurs années maintenant, Facebook prévoit de lancer sa propre cryptomonnaie. Cette fois-ci nous sommes très proches d’un lancement. D’après The Information, le géant des réseaux sociaux pourrait lancer son Facebook Coin dans les semaines qui viennent. Considérée comme l’une des plus grandes entreprises de publicité au monde, avec Google, Facebook pourrait totalement révolutionner l’utilisation et le développement des cryptomonnaies. En effet, il s’avère que le réseau social pourrait offrir des bonus aux marques qui utiliseront sa monnaie virtuelle. Si ces primes sont suffisamment intéressantes, nous pourrions imaginer qu’une majorité des entreprises travaillant avec Facebook s’y mettraient. Ce n’est pas tout, l’entreprise de Mark Zuckerberg veut aller plus loin et proposer à ses salariés d’être rémunérés dans cette nouvelle devise. Ce serait une grande première. Facebook ne développe pas cette cryptomonnaie tout seul dans son coin, il travaille avec des…

Décidément, la Chine veut se racheter une conduite en matière d’écologie. Avec son statut de premier pollueur mondial depuis quelques années, le géant asiatique est en passe d’endosser le maillot du plus grand acteur pour le climat. La Chine plante des arbres par millions, repense ses chaînes de production et les matériaux de ses immeubles. Depuis peu, le pays a même décidé de stopper l’exploitation minière du Bitcoin. La Chine est convaincue que l’exploitation à grande échelle du Bitcoin, est très nuisible pour l’environnement. D’ailleurs le Bitcoin n’est pas la seule ressource dont le pays souhaite stopper la production, le charbon et d’autres industries polluantes font aussi partie des matières premières qui ne seront plus exploitées dans les années à venir en Chine. C’est la Commission nationale pour le développement chinois, principal régulateur du pays en matière de transition écologique, a dévoilé un document contenant une proposition visant à interdire l’exploitation…

Ce n’est pas la première fois qu’un pays crée sa propre cryptomonnaie. Déjà, l’année dernière le gouvernement vénézuélien, sous l’égide de Nicolas Maduro, lançait le petro. Une initiative qui permet au pays, en pleine crise, de contourner le blocus imposé par les États-Unis. A priori, ce n’est pas cette motivation qui a conduit l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis a développé leur cryptomonnaie. Les deux pays, parmi les plus riches au monde, ont même déjà commencé à tester leur monnaie virtuelle. Le lancement d’un programme pilote les aidera à voir si la technologie de la blockchain peut vraiment permettre des transactions transparentes avec des coûts de transfert de fonds moins élevés. L’objectif principal visé par les deux pays du golfe est de renforcer leurs relations, à la fois économiques et diplomatiques. Les saoudiens n’envisagent même pas la possibilité de rendre cette cryptomonnaie disponible à l’achat pour le grand public. Il…