cryptomonnaie

Décidément, la Chine veut se racheter une conduite en matière d’écologie. Avec son statut de premier pollueur mondial depuis quelques années, le géant asiatique est en passe d’endosser le maillot du plus grand acteur pour le climat. La Chine plante des arbres par millions, repense ses chaînes de production et les matériaux de ses immeubles. Depuis peu, le pays a même décidé de stopper l’exploitation minière du Bitcoin. La Chine est convaincue que l’exploitation à grande échelle du Bitcoin, est très nuisible pour l’environnement. D’ailleurs le Bitcoin n’est pas la seule ressource dont le pays souhaite stopper la production, le charbon et d’autres industries polluantes font aussi partie des matières premières qui ne seront plus exploitées dans les années à venir en Chine. C’est la Commission nationale pour le développement chinois, principal régulateur du pays en matière de transition écologique, a dévoilé un document contenant une proposition visant à interdire l’exploitation…

Ce n’est pas la première fois qu’un pays crée sa propre cryptomonnaie. Déjà, l’année dernière le gouvernement vénézuélien, sous l’égide de Nicolas Maduro, lançait le petro. Une initiative qui permet au pays, en pleine crise, de contourner le blocus imposé par les États-Unis. A priori, ce n’est pas cette motivation qui a conduit l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis a développé leur cryptomonnaie. Les deux pays, parmi les plus riches au monde, ont même déjà commencé à tester leur monnaie virtuelle. Le lancement d’un programme pilote les aidera à voir si la technologie de la blockchain peut vraiment permettre des transactions transparentes avec des coûts de transfert de fonds moins élevés. L’objectif principal visé par les deux pays du golfe est de renforcer leurs relations, à la fois économiques et diplomatiques. Les saoudiens n’envisagent même pas la possibilité de rendre cette cryptomonnaie disponible à l’achat pour le grand public. Il…

La promotion d’ICO est devenue monnaie courante sur les réseaux sociaux. Nombre de célébrités s’y adonnent, quitte à oublier parfois les règles élémentaires. Le boxeur Floyd Mayweather et DJ Khaled en ont fait les frais. Ils ont été condamnés par les autorités américaines d’avoir caché la nature publicitaire de certains de leurs posts. Le communiqué de presse, de la commission de réglementation et de contrôle des marchés financiers américaine (SEC), accuse les deux stars d’avoir fait la promotion d’une Initial Coin Offering (ICO), levée de fonds en cryptomonnaie, sans préciser qu’ils avaient été rémunérés. Pour couronner le tout, Centra Tech, la société vantée par Mayweather et DJ Khaled, fait l’objet d’une enquête de la SEC pour fraude. « Tu peux m’appeler Floyd Crypto Mayweather à partir de maintenant. L’ICO de Centra commence dans quelques heures. Procurez-vous le vôtre avant qu’il ne soit trop tard, j’ai le mien », avait incité le boxeur sur les réseaux. DJ Khaled…

L’Autorité Monétaire de Singapour a annoncé l’élaboration d’une aide afin de faciliter les relations entre les startups de la fintech et les banques traditionnelles, dont la collaboration est toujours tumultueuse, à coup de fermeture ou de refus de création de comptes bancaires pour ces startups. Effectivement, et ce dans plusieurs pays, les startups de la blockchain se voient refuser ou supprimer leurs comptes bancaires par les banques traditionnelles à l’instar de la Suisse par exemple, où plusieurs startups avaient quitté le pays du fait que les banques refusent systématiquement la création d’un compte bancaire pour les entreprises basées sur la blockchain. La situation est cependant ironique. Il faut comprendre que les startups de crypto monnaie cherchent souvent à ce que leurs clients se détournent des banques traditionnelles, faisant donc de l’ombre à ces dernières. En revanche, les startups dépendent tout de même des banques traditionnelles pour leurs comptes bancaires notamment.…

En juillet dernier, plusieurs cabinets de conseils annonçaient le lancement imminent d’une ICO pour des sociétés du CAC 40 qu’ils accompagnaient. Ces opérations devraient théoriquement arriver en septembre si l’on en croit les annonces faites dans la presse, et nous devrions donc si tout se passe bien voir des levées de fonds en cryptomonnaies réalisées par des grands groupes. Au-delà du marketing et du coup de com’ que cela représente, quels sont les bénéfices pour une société autre qu’une startup pour se lancer dans une ICO ? État de la situation pour les porteurs de projet Ces derniers mois ont été très compliqués dans l’écosystème blockchain et cryptomonnaies avec en particulier le niveau des cours qui a complètement dévissé depuis le début de l’année. Pour autant lorsqu’on regarde les choses avec pragmatisme, les cours sont toujours en hausse par rapport à l’année dernière à la même période. Plusieurs raisons sont…

La vague de Bitcoins qui a envahi la planète ces dix dernières années n’est pas passée inaperçue. Cette monnaie virtuelle dont la valeur semblait à l’origine tout aussi virtuelle a rapidement gagné en popularité et on estime aujourd’hui à environ 8.000 € la valeur d’un Bitcoin. Un investissement profitable n’arrivant jamais seul, les trader le Bitcoin s’est popularisé et on compte aujourd’hui des centaines de monnaies cryptographiques dont le Litecoin, l’Ether, ou encore Ripple, dont la plateforme utilise surtout sa monnaie virtuelle afin d’accélérer les transactions internationales et de prendre la tête du marché des transferts interbancaires à l’étranger. Avantages et inconvénients L’argument le plus vendeur en faveur des monnaies utilisant la chaine de bloc, comme c’est le cas du Bitcoin, est que les transactions sont rapides, complètement anonymes, et quasiment infaillibles. C’est ainsi que certaines banques ne tarderont peut-être plus à lancer leur propre monnaie et plateforme cryptographiques, comme…

Fred & Farid (FF) Los Angeles présentent le projet Ocean Miner. Projet dédié à la fondation Tara, Ocean Miner est un système permettant de générer du Bitcoin grâce à l’Océan pour financer la rechercher sur l’Océan. À bord de sa goélette, la Fondation Tara Expéditions sillonne les mers et océans de la planète depuis maintenant plus de 15 ans. Cette Fondation de scientifiques a pour but d’étudier et d’observer le comportement de l’Océan face au changement climatique et de lui venir en aide afin de préserver ses richesses. Cette mission semble primordial pour tous, néanmoins Tara peine à mobiliser les classes politiques et les financiers afin d’obtenir des fonds pour la recherche marine. En effet l’environnement représente seulement 3% des dons caritatifs. Fort de ce constat, l’agence FF Los Angeles s’est penchée sur un système autonome provenant de l’Océan pour l’Océan dans l’objectif de trouver un solution de financement. Voici…

Send this to a friend