cryptomonnaie - Page 2 of 4 : toute l'actualité sur siecledigital.fr

cryptomonnaie

La blockchain dans le secteur financier n’est désormais plus marginale et plusieurs projets sont en cours à travers le monde, que ce soit dans le domaine des paiements interbancaires, des solutions de marché des capitaux ou de la certification et de la gestion des documents. Ce marché devrait d’ailleurs croître de 79,6% dans les années à venir, passant de 411 millions d’euros en 2017 à environ 7,6 milliards d’euros en 2022. C’est également la technologie principale qui permet l’échange de cryptomonnaies comme les bitcoins. Cette monnaie virtuelle est devenue très populaire mais sa régulation et son utilisation restent un défi majeur. A titre indicatif, le positionnement de la Banque de France sur ce sujet est très clair puisqu’elle recommande à tous de ne pas spéculer dessus ou alors c’est aux risques et périls des potentiels spéculateurs. Pour bien marquer sa distance avec le sujet, la Banque de France préfère d’ailleurs…

Selon un communiqué diffusé le 9 août, la Banque Mondiale sera la première institution internationale à utiliser la blockchain afin d’emprunter de l’argent sur les marchés financiers. La blockchain, ou chaîne de blocs, est connue pour être une technologie sur laquelle repose le bitcoin ou les autres crypto-monnaies. Elle permet de faciliter ou garder une trace de toutes les transactions financières. Son procédé de cryptage est, en théorie, impossible à falsifier. Il permettrait également une protection totale des identités.  Le « bond-i » La Banque Mondiale a demandé à la Commonwealth Bank of Australia d’utiliser cette technologique afin de concevoir de bout en bout un emprunt via l’émission d’obligations. L’obligation sera nommée bond-i, un jeu de mots entre « bond » pour obligation et Bondi, pour l’une des plus belles plages de Sydney. Selon Les Echos, l’infrastructure permettant les échanges de cette obligation sera située à Washington, sur un cloud géré par Microsoft. Selon…

Les cryptomonnaies font couler beaucoup d’encre depuis plusieurs mois. Facebook travaillerait sur sa propre monnaie, le site Pornhub accepte les paiements de la cryptomonnaie « The Verge » et bien d’autres actualités.  Malgré des explications assez précises sur leur fonctionnement, l’argot lié à ces monnaies peut parfois être difficile à comprendre. 99Bitcoin propose une infographie pour comprendre 9 mots clés que les traders de bitcoin utilisent au quotidien. En voici quelques explications Whale, qui signifie littéralement baleine, est une personne qui détient beaucoup  de cryptomonnaies, en général plus de 5% d’une monnaie.  Le terme fait également écho au requin de la finance. Hodl, un mot qui renvoie au fait de ne pas paniquer. À la base c’est une faute de frappe du mot provenant du mot « hold ». L’expression signifie tenir bon. Pour la petite histoire, en 2013 sur un forum dédié au bitcoin, quelqu’un a voulu conseiller d’autre…

L’entreprise Cambridge Analytica travaillait à la création de sa propre crypto-monnaie, mais elle a mis le projet en suspens lorsque le scandale lié à Facebook a été révélé. Le samedi 17 mars, le New York Times et le Guardian révélaient simultanément le scandale dans lequel est embourbé Facebook depuis maintenant un mois. Pour se faire, les médias anglo-saxons ont travaillé main dans la main avec Christopher Wylie, ancien employé de Cambridge Analytica et désormais lanceur d’alerte. Néanmoins, peu de personnes connaissaient cette obscure entreprise avant qu’elle ne se retrouve sous les feux des projecteurs. Basée à Londres, la compagnie travaille à concevoir des stratégies d’influence pour des gouvernements et des organisations. De fait, elle a utilisé un faux test sur Facebook afin de récolter les données de 87 millions d’utilisateurs et d’établir des profils précis. À tel point que les élections américaines et le Brexit auraient pu être influencées par…

Les russes auraient secrètement collaboré avec le gouvernement vénézuélien pour les aider à créer la première cryptomonnaie d’Etat, le Petro. Lancée fin février par le président Venezuelien Nicolás Maduro, le Petro devait permettre au pays proche de la faillite, de contourner les sanctions américaines. Mais selon une enquête menée par le Time, le Venezuela aurait bénéficié des conseils et du soutien des autorités russes dans la création de leur monnaie virtuelle. Deux noms ressortent de cette enquête, Denis Druzhkov et Fedor Bogorodsky. Les deux hommes d’origine russe ont conseillé le président vénézuélien tout au long du lancement de la monnaie virtuelle. Ils seraient également en lien avec de grandes banques russes. D’après un haut cadre d’une banque russe cité par le Time, Vladimir Poutine lui-même aurait donné son accord l’année dernière à la création du Petro. La collaboration entre les deux pays, grands ennemis des États-Unis, n’est pas étonnante, Vladimir Poutine et…

En janvier dernier, Facebook annonçait interdire les publicités pour les crypto-monnaies. Dans une petite note de blog qui n’est pas passée inaperçue, Google a annoncé « une mise à jour de la politique de service financiers afin de restreindre certains types de publicités ». Ainsi les publicités pour les options binaires et les crypto-monnaies (les échanges, les porte-monnaies et les conseils dans le domaine) seront interdits. Google explique également que les annonces pour « les agrégateurs et les affiliés pour les contrats de différences, les options binaires et les crypto-monnaies » seront également interdites. Ainsi, les entreprises étant légitimes dans ces différents domaines ne pourront plus diffuser leurs publicités sur Google et son réseau publicitaire. Le directeur des annonces de Google a ainsi commenté : « l’amélioration de l’expérience publicitaire sur le web, qui passe par la suppression des publicités nuisibles ou intrusives, continuera d’être une priorité pour nous ». Cette décision…

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, l’avait promis, c’est chose faite. Le Venezuela devient officiellement le premier pays au monde à se doter d’une cryptomonnaie souveraine. La banque centrale vénézuélienne, a entamé la vente de 38,4 millions de petros, nom de cette nouvelle monnaie virtuelle. Une initiative qui veut permettre au pays, au bord de la faillite, de contourner le blocus imposé par les États-Unis. La mise en vente de cette cryptomonnaie, basée sur les réserves de pétrole du Venezuela, a débuté officiellement le 20 février, au prix de 60 dollars. Caracas entend ainsi émettre 100 millions de petros, dont elle gardera 17,6 % en réserve. Selon les autorités cette opération devrait lever près de cinq milliards de dollar. Avec la chute des cours de l’or noir, dont l’état sud-américain tire 96% de ses devises, le Venezuela connaît une crise économique sans précédent. La monnaie locale ne cesse de perdre de sa valeur, entraînant une…