blockchain

Ces dernières années les scandales sanitaires autour de la nourriture n’ont jamais été aussi nombreux ou en tout cas on en n’a jamais autant parlé dans les médias. Qu’il s’agisse du scandale de la viande de cheval en 2013 concernant environ 4,5 millions de plats préparés et des dizaines de millions de consommateurs, plus récemment de l’affaire de la viande de boeuf avariée avec 800 kilos de viande retrouvés par les services sanitaires du ministère de l’Agriculture dans 9 entreprises du secteur agroalimentaire, ou encore le scandale du lait infantile contaminé aux salmonelles fin 2017, autant d’histoire dont on aimerait qu’elles ne puissent se reproduire. On le voit la traçabilité de la chaîne complète du producteur au consommateur des produits que nous consommons tous les jours est un enjeu majeur aujourd’hui et pour les années à venir. La confiance est rompue entre la grande distribution et ses clients et la question…

Ces dernières années de nombreux cas d’usage ont émergé grâce à la blockchain, pour ceux qui en douteraient encore cette technologie a prouvé à de nombreuses reprises sa valeurs et ses apports dans différents secteurs d’activité. Ce que l’on retient pourtant le plus souvent c’est le caractère financier de la blockchain au travers des cryptomonnaies et de leur valorisation qui aiguisent les appétits lorsqu’elles sont au plus haut ou qui exacerbent les critiques lorsqu’elles sont au plus bas. Et puis, on en revient systématiquement au Bitcoin et à tous les maux dont il serait responsable. Pourtant, la blockchain a démontré ces derniers mois sa capacité à soutenir l’économie sociale et solidaire (ESS), l’UNICEF en est un exemple symptomatique. Miner pour une levée de fonds humanitaire Commençons par l’opération GAME CHAINGERS organisée début 2018, entre le 2 février et le 31 mars, en collaboration avec l’agence de communication BETC afin de mobiliser…

Le MIT Technology Review vient de sortir une étude réalisée courant septembre sur l’impact de l’intelligence artificielle et de la blockchain en 2019. Elle a été réalisée sur 346 personnes (c’est peu pour marquer une tendance), lors des conférences EmTech qui ont eu lieu du 11 au 14 septembre dernier au MIT, puis en ligne. Cette étude concentre avant tout des questions relatives à l’impact de ces 2 technologies sur la vie quotidienne des individus. Effectivement, l’IA a déjà des incidences sur nos usages et notre quotidien, comme la manière dont nous travaillons. Elle est au cœur de l’actualité, tout comme la blockchain, qui prend de plus en plus d’ampleur avec de nouveaux projets qui en émanent chaque jour. Selon cette étude, 68% des personnes interrogées pensent que le plus gros impact social de l’intelligence artificielle en 2019 sera sur la santé, notamment au niveau des diagnostics médicaux et de…

C’est en 2017 que Sony a fait sa demande de gestion des droits numériques à l’United States Patent Application. S’associant à Sony Global Education et Sony Music Entertainment leur technologie nommée « Blockchain-based Digital Rights Management » (BbDRM) sera utilisée pour stocker les informations d’identification des auteurs et pour s’assurera de leur accès aux par des tiers. Cela permettra une utilisation juste des contenus éducatifs notamment. Apparue en 2008 grâce au Bitcoin, la blockchain a été conçue dans le but de stocker et transférer des informations en toute sécurité. Autonome, elle offre une décentralisation importante en supprimant les intermédiaires en toute transparence. En l’exploitant de cette façon le BbDRM pourrait résoudre le problème actuel du processus de gestion des droits numériques (DRM). Sony supprimerait alors l’intermédiaire d’un quelconque fournisseur, créant ainsi un lien avec ses consommateurs plus viable et plus contrôlé. La firme internationale dit « en plus de la…

Selon un communiqué diffusé le 9 août, la Banque Mondiale sera la première institution internationale à utiliser la blockchain afin d’emprunter de l’argent sur les marchés financiers. La blockchain, ou chaîne de blocs, est connue pour être une technologie sur laquelle repose le bitcoin ou les autres crypto-monnaies. Elle permet de faciliter ou garder une trace de toutes les transactions financières. Son procédé de cryptage est, en théorie, impossible à falsifier. Il permettrait également une protection totale des identités.  Le « bond-i » La Banque Mondiale a demandé à la Commonwealth Bank of Australia d’utiliser cette technologique afin de concevoir de bout en bout un emprunt via l’émission d’obligations. L’obligation sera nommée bond-i, un jeu de mots entre « bond » pour obligation et Bondi, pour l’une des plus belles plages de Sydney. Selon Les Echos, l’infrastructure permettant les échanges de cette obligation sera située à Washington, sur un cloud géré par Microsoft. Selon…

Concernant la blockchain, les observateurs finissent inlassablement par débattre de nombreux points qui sont pour la plupart du temps totalement faux ou en tout cas très partiaux et partiels dans leur analyse. Et s’il y a bien un sujet qui fait débat depuis de nombreux mois c’est l’aspect énergivore de la blockchain. Ainsi nombreux sont les experts à argumenter sur les méfaits de la blockchain sur l’environnement, sur le fait qu’elle serait une véritable calamité énergétique pour notre planète. Mais alors qui a vraiment raison dans cette bataille qui oppose les pro et les anti blockchain sur sa consommation d’énergie ? Existe-t-il une seule vérité ? Des faits avant toute chose Parler de « la blockchain » en général est un abus de langage que tout le monde utilise, or il existe des dizaines de technologies différentes, chacune disposant de ses propres caractéristiques et fonctionnalités. Toutes les blockchains ne fonctionnent pas de la même manière.…

Depuis quelques mois, la blockchain est un sujet dont tout le monde parle, mais rares sont les cas pratiques qui permettent de comprendre à quel point cette technologie de stockage et de transmission d’informations, sans organisme(s) de contrôle, est puissante. En effet, en dehors des applications liées au Bitcoin et autres cryptomonnaies, peu de projets, qui permettent de vérifier la viabilité de cette base de données distribuée, voient le jour. Avec TrustChain, IBM compte bien changer la donne  en proposant une blockchain qui permet de vérifier la provenance de bijoux. Ainsi, grâce à la participation de tous les acteurs, qui participent au processus de création allant de l’extraction jusqu’à la vente, il sera possible de vérifier l’authenticité des parures les plus luxueuses. Fini l’époque où il fallait s’affranchir de trop nombreuses démarches administratives avant d’acheter un présent à sa bien-aimée ou tout simplement évaluer la valeur des diamants reçus en…

Send this to a friend