blockchain : toute l'actualité sur siecledigital.fr

blockchain

Dans la lutte contre les fake news, la désinformation, est sûrement le principal problème du journalisme d’aujourd’hui, mais aussi des réseaux sociaux. De nombreuses tentatives ont été déployées pour aider les lecteurs à reconnaître une source de confiance ou non. Dernièrement, c’est le New York Times qui présentait sa solution basée sur la blockchain. « The News Provenance Project » avec l’aide de l’incubateur IBM Garage, se base sur Hyperledger, une plateforme open source de développement de blockchain. Ce projet vise à créer une base de données pour essayer de prouver l’authenticité des images utilisées pour illustrer un article. En utilisant la blockchain, le New York Times sera en mesure de prouver d’où vient l’image et si elle a subi des modifications depuis l’import original. Dans le cas où l’illustration semble avoir été modifiée, il sera évidemment possible de savoir à quel moment et quelle est la modification. Sasha Koren,…

Si le traitement et la vente de nos informations et données personnelles par les géants d’internet n’a rien de nouveau. Ce que peu de gens savent, c’est que notre identité numérique et toutes les données qui y sont associées ne nous appartiennent pas. Non content de ne pas nous appartenir, ces données sont souvent très mal sécurisées. De manière générale, le public et les entreprises ne font attention à la protection de leurs données que lorsqu’il est trop tard – quand un piratage a eu lieu, et que leurs propres données sont compromises. Cette situation, bien qu’atténuée depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), ne cessera pas tant que la dynamique de protection des données ne sera pas rendue à l’utilisateur, motivé par un système qui lui facilite la vie et qui en même temps qu’il lui donne la possibilité de mieux se protéger.…

Aujourd’hui, des politiciens, des startups et de nombreuses entreprises ont signé une charte européenne dans le but de créer une association pour promouvoir l’adoption de technologies liées à la blockchain. Cette association a un nom : l’INATBA (International Association of Trusted Blockchain Applications). Cette technologie peut s’avérer très prometteuse dans de nombreux domaines, notamment dans celui de la santé. Ce grand pas en avant est le fruit de longs mois de réflexion, de rencontres et de tables rondes. En étudiant son impact potentiel, la Commission européenne a décidé de faire de la blockchain une priorité pour l’Europe. Une charte officielle a été signée aujourd’hui à l’occasion d’une réunion organisée par la commissaire européenne chargée du numérique, Mariya Gabriel, et Roberto Viola, directeur général de la communication. Déjà, en avril 2018, les 27 États membres de l’Union européenne signaient une déclaration dans le but de permettre une coopération parfaite sur des sujets…

Ce n’est pas la première fois qu’un pays crée sa propre cryptomonnaie. Déjà, l’année dernière le gouvernement vénézuélien, sous l’égide de Nicolas Maduro, lançait le petro. Une initiative qui permet au pays, en pleine crise, de contourner le blocus imposé par les États-Unis. A priori, ce n’est pas cette motivation qui a conduit l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis a développé leur cryptomonnaie. Les deux pays, parmi les plus riches au monde, ont même déjà commencé à tester leur monnaie virtuelle. Le lancement d’un programme pilote les aidera à voir si la technologie de la blockchain peut vraiment permettre des transactions transparentes avec des coûts de transfert de fonds moins élevés. L’objectif principal visé par les deux pays du golfe est de renforcer leurs relations, à la fois économiques et diplomatiques. Les saoudiens n’envisagent même pas la possibilité de rendre cette cryptomonnaie disponible à l’achat pour le grand public. Il…

Mise en place lors de la conception des cryptomonnaies, la blockchain se charge de la gestion d’une liste d’enregistrements certifiée et protégée contre la falsification basée sur un système de confiance en peer-to-peer qui se veut inviolable. L’ironie veut que les cybercriminels, utilisant des ransomwares, puissent faire chanter une administration et exiger le versement d’une rançon en bitcoin. Et, si des cybercriminels font confiance à sa sûreté comme moyen de paiement des rançons, cela reflète bien à quel point la technologie des registres distribués est sécurisée ! Ainsi, l’émergence de la blockchain semble avoir le potentiel de révolutionner la cybersécurité, mais pas seulement. La Blockchain serait-elle la réponse au RGPD ? La sécurité biométrique est devenue la norme en termes de gestion des identités permettant une authentification plus sûre, pratique et précise. Les gouvernements du monde entier ont adopté des méthodes biométriques basées sur cette technologie : authentification pour les…

Comment se porte le marché des cryptomonnaies ? Il ne va pas si bien. Enfin, peut-être ne s’agit-il que d’une passe avant une remontée spectaculaire comme certains observateurs le prédisent ? Quelques uns d’entre eux imaginent que le Bitcoin pourrait atteindre les 100 000$ dans les prochains mois. Comme le dit très justement TechCrunch, c’est le moment où jamais de prendre une petite dose d’informations sur les cryptomonnaies, juste avant les fêtes, vous serez prêts pour tout expliquer à votre grand oncle qui hésite toujours autant à investir dans le Bitcoin. On en a tous autour de nous n’est-ce pas ? Vous pourrez aussi parler de cette ferme qui a vu le jour en Arménie. Des personnes nous questionnant sur les cryptomonnaies, pas uniquement pour investir mais ne serait-ce que pour comprendre comment cela fonctionne. Il faut avouer que ce n’est pas ce qu’il y a de plus simple à…

L’Autorité Monétaire de Singapour a annoncé l’élaboration d’une aide afin de faciliter les relations entre les startups de la fintech et les banques traditionnelles, dont la collaboration est toujours tumultueuse, à coup de fermeture ou de refus de création de comptes bancaires pour ces startups. Effectivement, et ce dans plusieurs pays, les startups de la blockchain se voient refuser ou supprimer leurs comptes bancaires par les banques traditionnelles à l’instar de la Suisse par exemple, où plusieurs startups avaient quitté le pays du fait que les banques refusent systématiquement la création d’un compte bancaire pour les entreprises basées sur la blockchain. La situation est cependant ironique. Il faut comprendre que les startups de crypto monnaie cherchent souvent à ce que leurs clients se détournent des banques traditionnelles, faisant donc de l’ombre à ces dernières. En revanche, les startups dépendent tout de même des banques traditionnelles pour leurs comptes bancaires notamment.…