Le 8 août dernier, Tornado Cash, service de mixage de cryptomonnaies, a été placé sur liste noire par les autorités américaines à la suite de suspicions de blanchiment d’argent. Cet événement a eu une résonance importante sur le marché des cryptommonaies. Ainsi, pour en comprendre l’influence sur l’industrie, il est important de définir clairement ce qu’est un mixeur de cryptomonnaie, comment il fonctionne et pourquoi les acteurs illicites y ont recours.

Les cas d’utilisations des mixeurs de cryptomonnaies

Un mixeur de cryptomonnaies est un service qui mélange les cryptomonnaies provenant de divers utilisateurs afin d’en masquer l'origine et le propriétaire des fonds. Les mixeurs de cryptomonnaies sont majoritairement utilisés par des personnes souhaitant un niveau de confidentialité élevé de leurs activités financières. La confidentialité financière se révèle particulièrement intéressante pour les habitants des pays aux régimes oppressifs qui souhaitent effectuer des transactions légales de manière anonyme. Malheureusement, même si les cybercriminels représentent une faible part de leurs utilisateurs, les mixeurs sont aussi utilisés pour le blanchiment d’argent. En effet, les acteurs malveillants s’en servent pour masquer la connexion entre les portefeuilles de cryptomonnaies pour collecter leurs gains obtenus de manière illégale et les portefeuilles à partir desquels ils transfèrent leurs fonds vers les plateformes d’échanges. De cette façon, ils parviennent à contourner les alertes anti-blanchiment.

Les différents types de mixeurs de cryptomonnaies

Les mixeurs collectent, regroupent et mélangent de différentes manières les cryptomonnaies déposées par les utilisateurs. Ensuite, les fonds peuvent être prélevés depuis de nouvelles adresses, moyennant des frais de service minimes. Le suivi des fonds déposés s’avère alors plus compliqué car les utilisateurs peuvent programmer le retrait de montants à des intervalles aléatoires. Il est également possible de dissimuler son utilisation d’un mixeur en faisant varier les frais de transaction et le type d'adresse de retrait.

Il existe trois catégories principales de mixeurs :

Les mixeurs centralisés de type "dépositaire" qui prennent temporairement possession des fonds des utilisateurs et sont généralement gérés par un seul opérateur. Sachant que ce type de service de mixage est à la fois centralisé et de garde, les utilisateurs sont confrontés à des risques supplémentaires en matière de vie privée. De plus, ils sont souvent la cible des forces de l'ordre puisque les organismes d'application des lois financières les considèrent comme des entreprises de services monétaires non enregistrées.

Les CoinJoins qui sont couramment intégrés dans les portefeuilles de confidentialité, c'est-à-dire les portefeuilles de cryptomonnaies disposant d’une confidentialité accrue et qui mélange les cryptomonnaies de différents utilisateurs en une seule transaction. Contrairement aux mixeurs centralisés, les CoinJoins ne détiennent jamais les fonds des utilisateurs.

Les mixeurs de contrats intelligents (ou “smart contracts”) qui n’ont pas de service de garde de cryptomonnaie et qui ne mélangent pas les fonds des utilisateurs en une seule transaction. L'utilisateur envoie ses fonds au mixeur, reçoit une note cryptographique attestant qu'il en est le propriétaire, puis la renvoie lorsqu’il souhaite retirer les fonds à une nouvelle adresse.

Les mixeurs : entre obligations réglementaires et exigences utilisateurs

Aux États-Unis par exemple, le Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN) estime que les entreprises centralisées offrant des services de mélange de cryptomonnaies doivent s'enregistrer en tant que transmetteurs d'argent en vertu de la Bank Secrecy Act (BSA). D’autre part, elles ont trois obligations principales. Elles doivent s’enregistrer auprès du FinCEN, maintenir un programme de conformité relatif à la lutte contre le blanchiment d'argent et de connaissance de la clientèle et répondre à toutes les exigences en matière de rapports et de tenue de registres. Jusqu’à présent, peu voire aucun mixeur ne semble respecter ces règles. En effet, étant donné que le respect de la vie privée est la raison principale pour laquelle de nombreux utilisateurs ont recours aux mixeurs, il est peu probable que ces derniers mettent en œuvre ces procédures au risque de perdre des utilisateurs.

Cette année, l’utilisation des mixeurs de cryptomonnaies devrait atteindre des sommets historiques. Pourtant, les acteurs du marché sont encore partagés sur le sujet. D’un côté, les mixeurs sont reconnus pour leur capacité à garantir efficacement la confidentialité des utilisateurs. Mais de l’autre, la part importante des fonds mixés provenant d’adresses illicites pose la question des effets pervers de leur service. Dès lors, il est essentiel que les acteurs des secteurs publics et privés réfléchissent ensemble à la meilleure façon d’évaluer et gérer les risques associés aux mixeurs.