Banque : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Banque

Après avoir été l’un des pionniers dans le financement du commerce international, HSBC pourrait bien devenir précurseur dans la blockchain. La banque britannique vient de conclure la première opération d’accréditif (ou lettre de crédit) en yuan, grâce à la blockchain. La lettre de crédit est un engagement souscrit par la banque de l’acheteur vis à vis du vendeur. La blockchain pourrait s’imposer comme un moyen idéal de rationaliser des opérations généralement traitées sur papier. HSBC prend une longueur d’avance Déjà bien en avance dans le domaine de la blockchain, HSBC veut aller encore plus loin. En octobre 2018, la banque se lançait avec 7 autres partenaires (dont la BNP Paribas) dans le développement d’une plateforme liée à la blockchain, pour favoriser le commerce international. La blockchain doit offrir plus de sécurité et de rapidité pour les opérations bancaires comme la lettre de crédit. Aujourd’hui, HSBC vient d’officialiser la toute première…

En France, 18 néobanques sont actuellement en place, avant la fin de l’année 6 nouveaux acteurs devraient débarquer dans l’hexagone. Aujourd’hui ce secteur compte 2,6 millions de clients en France, c’est trois fois plus qu’en 2017. Cette tendance n’est pas propre à la France, dans le reste Europe aussi les néobanques se développent rapidement. Afin d’expliquer ce phénomène, Stéphane Dehaies du réseau KPMG France, explique : « En se focalisant sur des solutions centrées sur les services bancaires du quotidien et sur les paiements, les néobanques ont parfaitement compris comment s’adapter aux nouveaux modes de consommation. » Il est vrai qu’il est très simple et rapide d’ouvrir un compte chez une néobanque, peu de documents sont demandés, et des offres de bienvenues alléchantes poussent les nouveaux clients à s’inscrire. Contrairement aux banques en ligne qui appartiennent forcément à une banque traditionnelle (BforBank est une filiale du Crédit Agricole), les néobanques…

Actuellement, la banque britannique Natwest accompagnée par Gemalto est en cours d’expérimentation concernant l’utilisation d’une nouvelle carte de paiement. Cette carte a la particularité de posséder un capteur d’empreintes digitales. À compter de mi-avril, 200 clients privilégiés auront la chance d’utiliser cette carte de crédit, dans le cadre d’une phase de tests. Ce système permet de payer en utilisant la technologie sans contact sans tenir compte de la limite habituelle de 30£. Vous le savez, au Royaume-Uni, comme en France, tout le monde peut facilement payer avec le sans contact, grâce à la technologie NFC. Néanmoins, en raison d’un manque de sécurité, les paiements sont limités à 30£, chez nos amis anglo-saxons, et 30€ en France. Concernant les paiements Apple Pay, ou Google Pay, la limite est très faible. La raison : l’obligation d’utiliser son empreinte digitale, ou son visage pour confirmer le paiement. Grâce à cette carte, le sans…

Selon le Wall Street Journal, Apple et la célèbre banque d’investissement Goldman Sachs préparent le lancement d’une carte de crédit. La principale valeur ajoutée de cette carte devrait être une intégration plus poussée avec Apple Wallet, qui intégrera des fonctions permettant aux utilisateurs de gérer leurs dépenses. Notamment, en se fixant dans objectifs de dépenses. Si les montres Apple Watch sont une tentative pour vous aider à améliorer votre santé physique, alors cette carte pourrait faire la même chose pour votre santé financière. Toujours d’après le Wall Street Journal, la carte subira des tests internes au cours des prochaines semaines avant le lancement officiel. Le partenariat est en cours d’officialisation, mais les deux entreprises ont un but commun qui est de pallier la baisse des revenus dans certains secteurs de leurs activités en développant de nouveaux services. Apple, par exemple, prévoit de lancer une plateforme de streaming vidéo et d’actualité…

Pour ceux qui n’avaient pas confiance en Facebook, tremblez ! D’après un rapport du Wall Street Journal, le réseau social serait en discussion avec diverses banques américaines afin que ces dernières communiquent « les informations financières détaillées » des clients dans le but de les intégrer à la plateforme. Parmi les banques avec qui l’entreprise est entrée en discussion, le rapporte cite JPMorgan Chase, Wells Fargo, Citigroup Et US Bancorp. Le rapport insiste également sur le fait que les banques sont réticentes à l’idée de partager ce type d’informations. Une porte parole de JPMorgan Chase a déclaré « nous ne partageons pas les données des transactions effectuées par nos clients […] et avons par conséquent rejeté certaines propositions. » Le réseau social pourrait ainsi montrer aux utilisateurs leur solde bancaire ou encore envoyer des alertes de fraude potentielle. Ces données pourraient également être utilisées sur MarketPlace, où les utilisateurs sont incités…

Des hackers ont organisé une cyberattaque contre plusieurs banques situées aux Pays-Bas provoquant une coupure pendant plus de 10 minutes. Cette attaque survient seulement quelques jours après que la presse ait révélé l’implication des services de renseignements du pays concernant l’espionnage d’un groupe de hackers russes. En effet, les services secrets bataves auraient permis d’identifier plusieurs membres de CozyBear, un groupe de hackers très puissant. Cette révélation a fait beaucoup parler d’elle, car ce groupe est aujourd’hui suspecté d’être en contact avec l’une des principales agences de renseignements russes. Il ne s’agit sûrement pas d’une coïncidence si les Pays-Bas sont aujourd’hui victime d’une attaque massive sur plusieurs banques du pays. D’après la direction générale des finances néerlandaises, les établissements bancaires auraient été victimes d’une attaque DDOS. Cette attaque est utilisée par les hackers depuis très longtemps, elle consiste à surcharger le serveur afin de le rendre inaccessible. Pour cela, les…

Grâce à l’effervescence des fintechs, les particuliers ont pu voir les services bancaires s’adapter à leurs nouveaux usages. Mais qu’en est-il pour les professionnels ? Légèrement délaissés par la révolution du système bancaire, ils peuvent désormais compter sur l’apparition d’offres qui leur sont directement destinées. Une transition vers la néobanque Si les banques traditionnelles ont lancé les premiers services du système bancaire sans guichets et sans agences physiques nommés « banques en ligne » au milieu des années 2000, il n’existait toujours pas d’offres destinées aux professionnels en 2015. Pourtant, avec la révolution digitale, de nombreuses start-ups ont surgi dans le monde de la finance en se servant de nouvelles technologies pour créer des services de plus en plus performants : on les appelle les « Fintech ». En 2014, elles avaient levé 152 millions d’euros en France, sur un marché mondial de 2,4 milliards d’euros. Parmi ces Fintechs sont…