Art

Des chercheurs d’une équipe du Laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du MIT (CSAIL), ont créé le système de peinture « RePaint ». Ce système compile la technique d’impression 3D et l’intelligence artificielle pour parvenir à reproduire des peintures célèbres. Ce travail soutenu en partie par la National Science Foundation promet des reproductions précises des couleurs. RePaint fonctionne d’abord avec l’impression 3D superposant dix encres transparentes différentes en couche mince. L’intelligence artificielle prédisant elle, la pile idéale nécessaire pour mettre au point les couleurs les plus fidèles à l’original. L’équipe a également renouvelé les connaissances des peintures de l’IA. Et ce pour l’aider à déterminer quelles couleurs étaient nécessaires dans des zones particulières d’une peinture, en s’ajustant par exemple aux changements des conditions d’éclairage pour garantir la cohérence. La technologie repose également sur le tramage qui correspond à un maillage de points de couleurs permettant de mieux faire correspondre les teintes colorées. vlz Néanmoins, RePaint ne dépassera…

Cette œuvre créée entièrement par intelligence artificielle par le collectif français Obvious a été vendue 432 000 $ aux enchères de la maison Christie’s à New York. Le tableau avait été estimé à l’origine entre 7000 et 10 000 dollars, cependant, son concept innovant a fait inexorablement augmenter le prix. Pour créer le tableau, intitulé « portrait d’Edmond de Belamy », il aura fallu nourrir le logiciel de 15 000 œuvres de portraits classiques créés entre le XIVe et le XIXe siècle. Pour ce faire, le logiciel compare son résultat aux œuvres jusqu’à ce qu’il ne voit plus de différence. Obvious affirme que le logiciel a « appris les règles du portrait », grâce à une technologie de création d’algorithmes mise au point par le chercheur et développeur de Google Ian Goodfellow. Par la suite, le collectif dit avoir sélectionné onze portraits, composant la « famille Belamy ». Goodfellow étant une traduction de Belamy, Obvious rend hommage au chercheur à…

Google Arts & Culture est une application disponible sur iOS et Android, développé en 2016 par la firme américaine. Il y a environ une semaine, elle a connu un boom grâce à une nouvelle fonctionnalité qui a conquis la population (à vrai dire uniquement les États-Unis). Cette nouveauté permet aux utilisateurs de prendre un selfie et de faire correspondre ce dernier avec une oeuvre d’art.  Le succès est tel que Google a annoncé plus de 5 millions de téléchargements. Pour comparer votre visage un tableau, Google Arts se base sur un système de reconnaissance faciale croisé à une Intelligence Artificielle. Google effectue les recherches de tableaux via sa base de données et indique le pourcentage de ressemblance entre votre portrait et une oeuvre ! Google Arts & Culture regroupe des oeuvres allant de la préhistoire à l’art contemporain et propose de nombreuses fonctionnalités comme la visite virtuelle de musées,  de nombreuses informations…

Quand l’art s’empare de nos smartphones… Le SFMoMA (San Francisco Museum of Modern Art) a lancé une API qui contient les données des 35 000 oeuvres de sa collection. Cette API vous envoie une œuvre qui correspond à votre demande (photo, titre et date de l’œuvre). Que ce soit sous forme d’emojis ou de mots, chaque requête est satisfaite. Le numéro de ce service est 572-51, envoyez votre mot-clé et recevez votre photo de tableau ou d’installation artistique. Le service est gratuit et coûte le prix d’un SMS classique. Actuellement seul 5% de la collection est exposée, ce service représente donc une bonne manière de montrer des pièces qui ne sont pas souvent sorties de la réserve ! Cette idée ingénieuse mériterait d’être appliquée à tous les musées du monde et permettrait en plus de rendre l’art accessible à tous. Après l’entrée des tout premiers emojis dans la collection permanente…

Ce n’est pas nouveau que le street art et les technologies modernes vivent une belle histoire d’amour, souhaitant montrer au monde cette volonté d’aller au delà des murs. Les outils digitaux ont également accéléré ce mouvement, avec notamment Instagram, Google Street Art, Pix My Street… et la réalité augmentée bien sûr.  C’est le 29 octobre dernier à Paris qu’une nouvelle démonstration de ce mouvement s’est faite, à l’occasion du vernissage de l’exposition « les Francs Colleurs », où le collectif artistique 9ème concept associé à l’agence MNSTR, a dévoilé ses stickers augmentés. Et ce sont 24 artistes du milieu graphique, comme Lx.One, Niark1, Clément Laurentin ou encore Joachim Romain qui se sont associés au projet depuis mai dernier pour répandre des stickers sur de nombreuses villes du territoire. À partir de ces réalisations, Louis Bonichon, directeur de création à MNSTR et son équipe ont développé des animations graphiques à lire sur son Smartphone grâce à la reconnaissance d’image ! L’application…

Nous l’avons tous remarqué, la tendance est au selfie en ce moment. En voyage, au boulot, avec ses amis, dans son lit, … Certains se prennent même en photo devant leur miroir, comme si être en face de sa propre réflexion ne suffisait plus, il fallait aussi l’immortaliser. Le succès du selfie vient également du temps qui passe, et du rythme qui s’accélère. Tout est éphémère, tout va très vite, trop vite. Alors on poste une photo de là ou on est, à l’instant T, afin de montrer aux autres que l’on fait des choses, et que l’on est vivant, tout simplement. Mégane nous avait déjà fait une analyse très juste du phénomène selfie et de son positionnement entre outil de communication et narcissisme.  Mais un selfie n’est peut-être pas forcément qu’une promotion de soi-même. Il représente aussi une identité, une culture, des idées. Le web 2.0 a déjà révélé certains talents créatifs, à…

Pour promouvoir le dernier modèle de visseuse Bosch, le magasin Saoudien SACO Hardware a fait appel au marketing expérientiel dans plusieurs de ses magasins. Pour cela, SACO Hardware a misé sur l’art en créant une toile (1x1m2) composée uniquement de vis. Derrière ce concept artistique, c’est plus de 170 heures de travail et plus de 15 000 vis qui ont été utilisées ! C’est bien beau, mais en quoi un tableau d’art va profiter aux visseuses Bosch ? Tout simplement grâce aux résultats bluffants du tableau de vis… Le réalisme et les détails du tableau provoquent la curiosité des clients et les arrêtent pour qu’ils observent de plus près l’oeuvre d’art. Le stand Bosch, monté pour l’occasion dans les magasins SACO Hardware, connait donc un trafic beaucoup plus important ! Le tableau d’art a connu une exposition en s’affichant dans les 20 magasins en Arabie Saoudite pendant 2 semaines. En…

Send this to a friend