La plateforme Getty Images a décidé d'interdire les contenus générés par l'intelligence artificielle sur sa plateforme. Dans sa déclaration, le site web dit « s'inquiéter des futures revendications de droits d'auteur ».

Getty Images ne veut pas de contenus générés par l'IA

Alors que la victoire d’une œuvre générée par l’IA fait polémique, cette décision de Getty Images pourrait bien servir d'exemple aux autres plateformes qui hébergent des contenus sur le web. La plateforme a interdit le téléchargement et la vente d'illustrations générées par des outils artistiques d'intelligence artificielle, tels que DALL-E, Midjourney ou Stable Diffusion. C'est la dernière (et la plus grande) plateforme de contenus générés par des utilisateurs à introduire une telle réglementation, après des décisions similaires prises par des sites tels que Newgrounds, PurplePort et FurAffinity.

Pour le patron de Getty Images, Craig Peters, cette décision est motivée par des inquiétudes quant à la légalité du contenu généré par l'intelligence artificielle et par la volonté de protéger les clients du site. Il précise qu'il y a aujourd'hui de « réelles inquiétudes concernant les droits d'auteur des résultats de ces contenus et des problèmes non résolus concernant l'imagerie, les métadonnées et les individus contenus dans ces images ». Compte tenu de ces préoccupations, il estime que la vente de contenus créés grâce à l'intelligence artificielle pourrait potentiellement exposer les utilisateurs de Getty Images à des risques juridiques.

Un tournant majeur dans le monde l'art ?

Les créateurs de Midjourney assurent pourtant que leur technologie est légale. La plupart des générateurs de contenus sont formés à partir d'images disponibles sur le web et protégées par le droit d'auteur. L'acte de « grattage » est légal aux États-Unis, et il semble que le résultat du logiciel soit couvert par la doctrine de « l'usage loyal ». Cette jurisprudence offre cependant une faible protection aux activités commerciales telles que la vente d'images. De nombreux artistes réclament justement une nouvelle législation à ce sujet, dans l'objectif de clarifier les règles.

Getty Images précise que ce type de contenu est encore très limité sur sa plateforme et que cette politique est proposée pour « éviter tout risque pour la réputation, la marque et les résultats des clients ». Shutterstock, le concurrent direct de Getty Images, semble limiter certaines recherches de contenus générés par l'intelligence artificielle, mais n'a pas encore introduit de politiques spécifiques à ce sujet. D'autres plateformes ont carrément décidé de retirer les images générées par l'IA. C'est le cas de la plateforme FurAffinity, qui a déclaré que « ces contenus pouvaient être dangereux pour le travail des artistes humains ».