Uber

Selon le Wall Street Journal, Uber a soumis une demande d’entrée en bourse à la SEC (Securities and Exchange Commission) la semaine dernière. Cette décision ferait suite à l’entrée prochaine dans la danse de son concurrent, Lyft, ainsi qu’à des exigences de son principal investisseur SoftBank. Plusieurs grandes banques estiment que cette entrée, qui devrait avoir lieu au premier trimestre 2019, entrainera une capitalisation boursière de 120 milliards de dollars pour la société de San Francisco. De plus, Uber accélère ses plans, puisque Dara Khosrowshahi, nouveau CEO de la société, avait en tête 2020 pour son induction. En rentrant en bourse au premier trimestre 2019, Uber devrait prendre les devants sur son principal concurrent, Lyft, qui pourrait soumettre ses premières actions en avril ou en mai selon Bloomberg. Il contente également SoftBank, qui souhaitait absolument cette entrée pour que les anciens actionnaires puissent vendre leurs actions en bourse plutôt que…

D’après un récent rapport, les GAFAM empêcheraient l’accès à de nombreuses données cartographiques qui pourraient bénéficier à d’autres entreprises du Royaume-Uni. Apple, Uber, ou encore Google monopolisent les données numériques pour l’amélioration des cartes. Ils « verrouillent et étouffent » l’innovation au Royaume-Uni selon le rapport fourni par un groupe de défense des données britannique, l’Open Data Institute (ODI). Ainsi, ils pourraient bientôt être obligés de partager leurs données avec les entreprises publiques et même leurs concurrents. Le média TheVerge précise que certains services comme les livraisons de marchandises à domicile par drone ou véhicule autonome pourraient bénéficier de ces données pour se développer. Nous connaissons les dérives de l’utilisation des données de géolocalisation. Il y a un an, une enquête du site Quartz révélait que Google avait récolté les données de localisation des utilisateurs via son système d’exploitation mobile : Android. Depuis le début de l’année 2017, Google collecte donc les informations…

Uber annonce un nouveau partenariat pour offrir plus de courses et plus rapidement aux personnes en fauteuil
Souvent critiquée pour son manque d'accessibilité, la société vient d'annoncer un nouveau partenariat afin de faire bénéficier aux personnes en fauteuil roulant de plus de trajets avec un temps d'attente inférieur à 15 minutes. Bien évidemment, ces véhicules ne seront pas disponibles dans toutes les villes où Uber exerce et se concentrera davantage sur les grandes villes américaines.

La société vient de publier son rapport de sécurité, de manière volontaire et publique. Son objectif est assez clair : Uber veut reprendre son programme d’essais de véhicules autonomes sur la voie publique. D’ailleurs, la société vient tout juste d’en demander l’autorisation à l’État de Pennsylvanie, comme le rapporte The Verge. Cette demande intervient plus de sept mois après un accident mortel à Tempe en Arizona. Le sujet est délicat, mais Uber est convaincu que l’innovation passe par des sacrifices et qu’il faut persévérer. Après le drame qui a eu lieu à cause d’un véhicule autonome en Arizona cette année, Uber change les règles et s’engage à reprendre les essais avec deux employés à bord de chaque véhicule autonome. Cela pourra permettra un freinage et un contrôle strict des conducteurs en cas de problème. La société américaine a d’ailleurs déclaré qu’elle dispose désormais d’une surveillance en temps réel des conducteurs de sécurité…

waymo-car-16-millions
Le Department of Motor Vehicles (DMV) de Californie vient tout juste d’autoriser Waymo à tester sa flotte autonome sur les routes publiques de Californie. Waymo est une filiale de Alphabet, maison mère de Google, exerçant dans la conception de véhicules autonomes. De ce fait, Waymo devance ses concurrents, comme Uber ou General Motors, et devient la première société à obtenir ce permis en Californie.

Uber apparaît comme déterminé à utiliser prochainement des drones pour la livraison de repas. Si de nombreuses entreprises comme Amazon ou Google sont tout aussi séduites, Uber pourrait y avoir en effet recours pour UberEats dès 2021. Le PDG d’Uber, Dara Khosrowshahi, avait tenu un tel discours déjà lors d’un entretien avec Bloomberg en mai 2018. UberExpress est la dénomination interne utilisée pour ce projet. D’ailleurs, une offre d’emploi publiée ce week-end dans le Wall Street Journal et diffusée sur LinkedIn prouve que tout ceci est bien réel et en marche. L’annonce titre “Normes de vol et formation” et l’offre est basée à San Francisco, ville du siège social d’Uber. Si l’annonce a été effacée du Wall Street Journal rapidement, mais reste encore visible sur LinkedIn, un porte-parole d’Uber a déclaré qu’elle « ne reflète pas pleinement leur programme, qui en est encore à ses débuts”. Le mission principale évoquée serait…

La sentence est tombée pour Uber, accusé par les 50 états des États-Unis d’avoir couvert le hacking dont il avait été victime en 2016. Révélé au grand public en 2017, Uber n’avait pas signalé le vol de la data de 57 millions de clients et chauffeurs. La startup avait alors accepté de payer 100 000 dollars au hacker pour supprimer la data de ses utilisateurs. Aujourd’hui, la somme qu’Uber devra payer en conséquence de son acte est bien plus importante puisque ce sont 148 millions de dollars que le géant de la mobilité devra donner suite à un accord avec les 50 états. En effet, il s’agit de la plus grande sommes jamais réclamées pour un délit de ce type de la part d’une entreprise selon Digital Trends. Cela peut paraître lourd, mais étant donné le nombre d’utilisateurs touchés par la faille de sécurité et le fait qu’Uber ait tenté…

Uber n’est plus la simple application utilisée pour commander un chauffeur. Depuis sa création l’entreprise a toujours vu grand. C’est pour cette raison qu’elle s’est diversifiée en rachetant par exemple la société de vélos électriques en libre-service Jump, en se lançant le défi de développer un taxi-volant ou encore plus récemment en annonçant vouloir lancer ses propres trottinettes électriques. C’est donc sans surprise que Dara Khosrowshahi, PDG de la société a annoncé à travers un article de blog lancé le mode Switch sur l’application Uber. Ce dernier permet aux utilisateurs de basculer entre les voitures Uber, les vélos et les trottinettes. Une manière plus simple de visualiser où se situent les modes de transport alternatifs à  un trajet en voiture. Le fonctionnement de cette nouveauté est assez simple. Elle apparaît  sur la page d’accueil de l’application et il suffit de sélectionner le mode de transport de votre choix pour obtenir…

En plus de ses projets avec Jump et Lime, Uber semble se pencher sur la conception de ses propres trottinettes électriques. Il y a quelques jours, le PDG de la compagnie Dara Khosrowshahi indiquait qu’il souhaitait désormais se focaliser sur les véhicules électriques en libre-service plutôt que sur les voitures. Dans une interview, celui-ci expliquait qu’il était logique de se concentrer sur la mobilité douce, considérée comme plus efficiente lors de courts trajets en ville. Pour illustrer cette décision, il avait indiqué : « il est très inefficace qu’une masse de métal d’une tonne déplace une personne sur plusieurs pâtés de maisons ». Pour rappel, le groupe a récemment pris deux importantes décisions en lien direct avec cette stratégie. Ainsi, Uber a fait l’acquisition de Jump Bikes pour 100 millions de dollars, une jeune pousse américaine en charge de vélos électriques en libre-service. Un important partenariat a également été officialisé…

Send this to a friend