Uber - Page 3 of 9 : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Uber

Aux États-Unis, Uber et Lyft ont la belle vie sur le secteur des VTC et du covoiturage. Si le dernier point représente évidemment un élément intéressant pour réduire la densité des voitures présentent sur les routes d’une agglomération, la solution VTC l’est beaucoup moins. Ces deux modes de transport (associé au terme TNC pour Transportation network company) n’étant évidemment pas aussi écologiques que les transports en commun. Une étude publiée dans le magazine Science Advances a souhaité évaluer le poids de ces deux entreprises sur la dégradation du trafic dans la ville de San Francisco. Alors qu’elle vit actuellement sa pire année, la capitale de la Silicon Valley a vu la congestion urbaine augmenter de 60% entre 2010 et 2016. De ces 60%, plus de la moitié incombe à Uber et Lyft. Les bases de l’étude sur la congestion à San Francisco L’étude a été dirigée par Gregory Erhardt, un…

Les londoniens vont désormais pouvoir comparer les différentes options de transport à leur disposition. En effet, Uber permet depuis quelques jours aux habitants de Londres, de voir en temps réel le prix et le temps de trajet pour une course en Uber, mais aussi le trafic sur les lignes de métro, de bus, de train et de Docklands Light Railway. Voilà qui devrait plaire aux utilisateurs de l’application, et peut-être pousser un lancement prochain à Paris. Une nouvelle fonctionnalité baptisée « Transport Public » qui apparaît juste à côté des options Uber et UberPool. C’est très simple : lorsque vous voudrez vous déplacer d’un point A vers un point B et que votre premier réflexe sera, comme d’habitude, Uber, vous aurez la possibilité de savoir si la course que vous vous apprêtez à prendre vous fera réellement gagner du temps ou non. L’application génère désormais une liste des itinéraires de votre trajet…

Nous connaissons tous ces nouveaux emplois nés grâce, ou à cause de l’uberisation de nos sociétés. Chauffeur chez Uber ou encore livreur chez Deliveroo. Ces travailleurs 2.0 n’ont que très peu de protection sociale. D’ailleurs des travailleurs d’Uber avaient déjà porté plainte à ce sujet en juillet 2018. Pour pallier à cela, le Parlement européen a fait le choix de voter de nouvelles lois allant dans le sens de ces travailleurs atypiques. Ces nouvelles règles permettent de fixer des droits minimaux et exigent une transparence totale de la part des employeurs qui proposent des missions « à la demande ». Concrètement, la volonté du Parlement européen était de limiter les pratiques abusives et de permettre aux travailleurs à la demande d’avoir plus de visibilité sur leur avenir professionnel. Les nouvelles lois obligeront les employeurs à verser une compensation à leurs salariés si jamais une mission était annulée. L’Union Européenne veut mettre fin…

Déjà existant aux États-Unis, Uber Freight s’exporte dorénavant en Europe, en commençant par les Pays-Bas. Après son service VTC et la livraison de repas, Uber importe dorénavant son service de fret routier outre-atlantique. Uber Freight permet de mettre en relation des entreprises ayant besoin d’expédier des marchandises et des chauffeurs routiers. La logistique étant primordiale dans l’économie européenne, elle devient aussi un secteur qu’Uber aimerait couvrir. Le marché européen du transport de marchandises routier représente une opportunité de 400 milliards de dollars. C’est le troisième plus important au monde après la Chine et les États-Unis. Dans les prochaines semaines, Uber Freight pourra accueillir les premiers chargements européens. C’est en tout cas ce qu’affirme Lior Ron, le CEO de Uber Freight dans son article. Au cours de l’année, le service prévoit de s’étendre à d’autres pays de l’UE. « Le marché européen du transport routier souffre d’une grave pénurie de chauffeurs, et…

Aux États-Unis, l’application de transports Uber a lancé Uber Rewards. Il s’agit d’un programme de fidélité qui a pour but de récompenser les utilisateurs. Un programme qui se rapproche de celui des compagnies aériennes, et qui devrait aider la société à se démarquer de ses concurrents. Il est clair que les projets pour le futur d’Uber résident dans sa capacité à fédérer autour de son ses services. Les VTC, les vélos en libre-service, les plats livrés à domicile, etc. Qualifiée à juste titre de société de technologie, l’application, bien que principalement dédiée aux transports, ne propose aucun chauffeur ou livreur salarié. À terme, beaucoup seront remplacés par des voitures autonomes, et pourquoi pas par des robots de livraison. Alors l’objectif, comme pour toute société, c’est de fidéliser. Par l’expérience et la qualité de service, c’est déjà le cas si l’on compare les VTC aux taxis. Restait la récompense en avantages…

Lorsque Dara Khosrowshahi, le PDG actuel de Uber s’est rendu de compte de l’engouement autour des systèmes de vélos en libre service, il a immédiatement voulu intégrer le marché. Début 2018, la société initialement de VTC s’est associée avec la startup Jump à San Francisco. Uber finit par acquérir Jump en avril. Ce rachat permet dorénavant aux utilisateurs Uber de trouver des vélos électriques directement via l’application habituelle. Cette nouvelle fonctionnalité permet à Uber de prôner une conduite pratique et surtout respectueuse de l’environnement. Notamment dans les villes denses où l’espace est limité et où les routes sont bondées de monde. Vers une nouvelle mobilité urbaine. Nos confrères de chez Digital Trends relatent que Jump, ce service de vélos en libre service est si populaire auprès des habitués de Uber qu’il se fait déjà ressentir dans le nombre de trajets en voiture. Ce week-end, sur le blog de Jump, Ryan Rzepecki,…