Europe : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Europe

Une enquête de l’Union européenne, toujours en cours, suggère que les contrats informatiques de Microsoft avec les institutions européennes ne respectent pas la réglementation européenne sur la protection des données (RGPD). Une enquête du Contrôleur européen de la protection des données En avril dernier le Contrôleur européen de la protection des données (CEPD) a lancé une enquête sur les contrats informatiques liant les agences européennes à des services de Microsoft. La CEPD est une autorité relativement méconnue, créée en 2004. Son rôle a été renforcé et clairement définit dans le chapitre VI du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Globalement le CEPD est chargé d’intervenir dans toutes les affaires européennes ayant un trait aux données et à la vie privée. Il a un rôle de contrôle, de conseil sur les lois ou traités et coopère avec les états membres. L’enquête actuellement menée n’est toujours pas achevée, mais des…

Le 1 octobre 2019 à Bruxelles, la Commission européenne s’est réunie afin de discuter des enjeux majeurs liés à l’environnement. De nouvelles mesures viennent d’être adoptées dans le but d’améliorer le système de consommation des appareils ménagers de l’Union Européenne. D’ici 2021, les fabricants seront contraints de proposer des pièces de rechange pour leurs appareils. La commission dessine les prémices d’une économie circulaire Ces appareils ménagers rythment notre quotidien, de la machine à laver aux réfrigérateurs, leur présence sont nécessaires à notre confort actuel. La Commission européenne a donc entrepris de changer un mode de consommation rapide et polluant en un système plus durable. En effet, d’ici 2021, les fabricants seront soumis à une toute nouvelle obligation, celle de proposer des pièces de rechange. La Commission parle « d’exigence en matière de réparabilité et de recyclabilité », afin d’offrir une nouvelle vie à ces objets devenus indispensables. Ainsi, les constructeurs de réfrigérateurs…

Suite à une enquête de 7 mois, menée par les autorités allemandes, à propos des conditions de vente d’Amazon et de ses relations avec ses vendeurs tiers, l’entreprise américaine va revoir sa politique. Une bonne nouvelle qui devrait s’appliquer dans le monde entier : Amazon va modifier les accords qui régissent la relation entre la plateforme et les vendeurs tiers. Les autorités allemandes laissent 30 jours à l’entreprise Alors qu’Amazon était dans le viseur de l’Union Européenne, c’est finalement l’Allemagne qui attaque en premier. Récemment, la Commission européenne a annoncé qu’elle ouvrait une enquête antitrust sur Amazon, afin d’étudier si l’entreprise américaine n’exploite pas les données qu’elle possède sur la concurrence (directement via sa plateforme de e-commerce), à son avantage. La commissaire européenne chargée de la concurrence, Margrethe Vestagar, doit se charger de l’enquête. Pourtant, depuis cette annonce, quelques jours auront suffit à l’Allemagne pour faire flancher l’entreprise américaine. Amazon…

L’Union Européenne veut se préparer à de potentielles cyberattaques provenant de la Russie et de la Chine. Pour cela, différents ministres participeront aux « jeux de la cyberguerre » et seront mis dans différents scénarios fictifs, pour pallier un piratage informatique massif. La gamification fait son entrée officielle auprès des gouvernements européens, et c’est pour une cause noble. La gamification pour plus de cybersécurité L’information vient directement de Pekka Haavisto, ministre finlandais des Affaires étrangères. Il a déclaré que l’augmentation des cyberattaques à travers le monde nécessitait une réaction des 28 États membres. Un sommet se tiendra prochainement à Helsinki et à cette occasion, les ministres de l’intérieur et des finances de l’Union Européenne participeront à des scénarios fictifs, pour tenter de renforcer la sécurité de l’Europe. Dès le 1er juillet, la Finlande prendra la tête de l’Europe. Le pays scandinave estime que la Russie a bloqué des signaux GPS, en octobre dernier,…

Un groupe d’experts politiques réunis par l’Union européenne a recommandé l’interdiction de l’utilisation de l’IA à des fins de surveillance de masse et de « scoring des individus ». Pour rappel, cette pratique consiste au regroupement des données des citoyens pour évaluer leur intégrité morale, entre autres choses. Une pratique combattue de longue date par la CNIL. Visiblement, Big Brother va avoir du mal à poser ses valises en Europe. Le groupe d’experts politiques rassemblés par l’UE pour encadrer le développement de l’IA a recommandé l’interdiction de son exploitation à des fins de surveillance de masse et de scoring. Autrement dit, si l’Union européenne choisit de lui faire confiance, la surveillance massive par le biais de la reconnaissance faciale et le système de note sociale qui se développent en Chine ne pourront jamais s’épanouir sur nos terres. Le projet de développement d’une IA éthique progresse Si l’Union européenne a rassemblé…

La jeune licorne britannique continue son développement fulgurant. En effet, après avoir levé 58 millions d’euros en 2017, Revolut veut révolutionner le marché européen en ajoutant Apple Pay à son service, dans 16 pays. La fintech britannique, créée en 2015, Revolut est connue pour avoir révolutionné la banque, et notamment l’accès trading, en créant sa plateforme sans frais où il est possible d’investir dans diverses sociétés. Toutefois, selon une enquête menée par Wired, l’environnement de travail de l’entreprise est décrit comme étant toxique pour les employés. D’après l’enquête, les employés se doivent d’être disponibles 7 jours sur 7 et 24h sur 24. De quoi frôler le burn-out. En attendant, son développement s’intensifie. Voici la liste des nouveaux pays concernés : Royaume-Uni, France, Pologne, Allemagne, République Tchèque, Espagne, Italie, Suisse, Irlande, Belgique, Autriche, Suède, Danemark, Norvège, Finlande, Islande et Finlande. Concrètement, cela signifie que les clients Revolut vivant dans l’un de…

L’Union Européenne estime que le silence des voitures électriques peut s’avérer très dangereux. Par conséquent, dès le 1er juillet prochain, toutes les voitures non thermiques fabriquées sur le territoire européen, devront émettre un bruit, lorsqu’elles roulent à une vitesse inférieure à 20 km/h. Un minimum de 56 décibels est demandé aux constructeurs de véhicules éclectriques. L’Union Européenne veut faire en sorte que les piétons soient capables d’entendre les voitures qui arrivent dans leur dos. Nos députés européens sont convaincus que ce bruit devrait accroître notre sécurité, et notamment celle des personnes ayant une déficience visuelle. Cette mesure devrait aussi être bénéfique à toutes les personnes qui ont pris la mauvaise habitude de marcher en fixant leur smartphone. Des sons artificiels sortiront donc de nos véhicules électriques. À l’instar du bruit que fait un véhicule thermique, celui du véhicule électrique devra être progressif en fonction de l’accélération ou de la décélération du…