cloud : toute l'actualité sur siecledigital.fr

cloud

Satya Nadella, PDG de Microsoft, s’exprimait il y a quelques jours à l’occasion du Microsoft Government Leaders Summit à Washington DC. L’homme faisait part de son opinion quant à l’avenir de l’informatique. Il plaide clairement en faveur du Edge computing. Ce réseau maillé de Micro Data Centers permet de traiter des données à la périphérie du réseau au sein d’une architecture informatique ouverte. Il présente d’ailleurs cette solution comme étant « le nouvel ordinateur du monde ». Le Edge computing : la solution miracle ? De nombreuses entreprises sont actuellement en pleine transition vers le cloud. Pourtant Satya Nadella est convaincu que cette solution est limitée. D’après lui, pour aider l’intelligence artificielle à apprendre plus vite et mieux, les données doivent absolument être traitées en périphérie du réseau directement où elles sont générées. Il explique que « nous devons faire circuler les données » et ajoute qu’aujourd’hui : « tout cela est guidé par le nouveau paradigme technologique que nous décrivons comme…

Que ce soit dans la bouche des constructeurs, notamment de Microsoft qui annonce la sortie prochaine de son service de Cloud Gaming, le xCloud, en bêta fermée en Europe pour le mois d’Octobre, ou des éditeurs de jeux vidéo à l’instar d’Ubisoft ou d’EA, cette nouvelle technologie semble bien partie pour chambouler notre rapport au médium vidéo-ludique. Après les jeux dématérialisés, voici venu le temps des consoles ? Le Cloud Gaming ça existe depuis quelques temps déjà, et certaines offres sont disponibles dès à présent si vous souhaitez vous essayer à cette nouvelle technologie. Faisons ensemble un petit récapitulatif des services actuellement disponibles, et ceux à venir dans un futur plus ou moins proche ! Tout d’abord, qu’est ce que c’est que le Cloud Gaming ? Si l’on commence à être tous plus ou moins familier avec le stockage dans le Cloud, cette technologie reposant sur l’utilisation d’un serveur externe…

Ce weekend et plus précisément dimanche 2 juin, plusieurs services utilisés au quotidien par des millions de personnes étaient indisponibles. On pense par exemple à l’application des jeunes, Snapchat, au service de messagerie Gmail ou encore à Discord et YouTube. La raison ? Ces services sont hébergés sur le cloud de Google qui rencontre depuis le 2 juin, des difficultés. G Suite Statuts Dashboard montre également des problèmes sur la quasi-totalité des produits Google. We’re aware of an issue preventing some Snapchatters from using the app 😥 Hang tight! — Snapchat Support (@snapchatsupport) 2 juin 2019 La panne a dans un premier temps impacté les utilisateurs aux États-Unis, mais au fil des heures, les utilisateurs en Europe ont également rencontré des difficultés à se connecter aux différents services comme le montre les tweets ci-dessous. Le problème est lié au Google Compute Engine, le composant infrastructure de la plateforme cloud de…

Dans l’univers du progiciel, la course à la puissance a poussé de nombreux éditeurs à assembler dans l’urgence de multiples briques fonctionnelles au fil d’acquisitions successives. Mais si ces Marketing Cloud brillent par leur complétude et trônent dans les quadrants des analystes, ils souffrent également de leur faible intégration, de leur complexité et de résultats business décevants. A l’instar de la créature suturée du Dr Frankenstein, certaines offres de Marketing Cloud ne seraient-elles que des FrankenCloud ? Publié en 1818 par Mary Shelley, ‘Frankenstein ou le Prométhée moderne’ est un roman évoquant la création par le docteur Victor Frankenstein, d’un être vivant assemblé de chairs mortes. Horrifié par son aspect hideux, le Dr Frankenstein l’abandonne mais le monstre, doué d’intelligence, se venge pour avoir été rejeté par son créateur… Deux cent ans après sa publication, le texte de ce roman reste d’une étonnante modernité et pourrait même s’appliquer au secteur…

Alors qu’il y a quelques jours, Amazon annonçait déjà mettre à disposition du grand public ses cours dédiés au machine learning, la société lance aujourd’hui une plateforme cloud qui vise à offrir aux développeurs un endroit où développer et tester des applications robotiques en open-source. Le lancement d’AWS RoboMaker utilise le système d’exploitation de robots (ROS), un logiciel open-source. Comme l’explique TechCrunch, dans les différents outils proposés par le service : des technologies de machine learning et des logiciels d’analyse qui permettent le développement de la robotique dans le monde réel. Le système pourrait aussi gérer le déploiement d’une flotte de robots comme ceux que nous pouvons observer dans les entrepôts d’Amazon par exemple. Alors qu’il y a quelques jours Jeff Bezos, CEO d’Amazon, expliquait à ses employés comment sa société allait certainement échouer, le géant américain n’arrête pas d’innover et de remettre en question les différents modèles existants. « La simulation robotique d’AWS RoboMaker…

Poussées par le besoin de transformer leur activité et de rester compétitives, nombre d’OIV perçoivent désormais les bénéfices de migrer certaines de leurs activités à caractère non sensible dans un cloud public ou privé « hors les murs ».  Le marché du Cloud public dans le monde est en croissance de 21% en 2018 et devrait représenter 554 milliards de dollars en 2021 selon IDC. Plusieurs secteurs jusqu’ici peu enclins à utiliser ce mode de stockage et de gestion de données s’y intéressent désormais. A commencer par les administrations, établissements publics et collectivités. Même les organismes d’importance vitale (OIV) ont amorcé le virage vers les Cloud publics. Une évolution rendue possible en France par une règlementation française certes rigoureuse mais efficace, avec le soutien tout particulier de l’ANSSI. Résultat : en peu de temps, le marché se trouve en capacité d’offrir des dispositifs adaptés en matière de cyber sécurité, spécialement recommandés dans le…

Dans un article partagé sur son blog, Google a annoncé le projet Dunant. Un câble qui reliera Virginia Beach à la côte Atlantique française et qui permettra d’étendre le réseau du géant de la tech. Ce nom a une résonance particulière puisqu’il rend hommage à Henri Dunant, créateur de la Croix-Rouge et premier lauréat du prix Nobel de la paix. Les câbles sous-marins assurent 90 % du trafic numérique mondial. De fait, Google explique que l’ensemble de ses investissements visent à « aider les gens et les entreprises à tirer parti de tout ce que le cloud a à offrir ». Ce câble de 6 400 kilomètres permettra d’apporter « des connexions cloud bien approvisionnées à large bande passante, à faible latence et hautement sécurisées entre les États-Unis et la France ». La firme américaine travaille aux côtés de TE Subcom pour la conception, la fabrication et la pose du câble.…