cnil

Si Saint-Étienne est la capitale du design, cette ville rencontre aussi de nombreux problèmes d’insécurité dans ses rues. Pour y remédier, la CNIL a autorisé un dispositif inédit en France. Un quartier de la préfecture de la Loire est dorénavant équipé de capteurs capables de détecter des bruits « suspects ». Le district de Tarentaize, Beaubrun, Couriot compte plus de 7000 habitants et bientôt, une cinquantaine de capteurs pour veiller sur eux. Cette expérimentation en conditions réelles devrait débuter au cours du mois de mars, d’après Le Progrès. Ces capteurs ont la capacité de détecter certains sons menaçants. Par exemple, le son du verre qui se brise voire, celui d’un coup de feu. Dès lors qu’un bruit de ce type est détecté, la police est immédiatement prévenue. Ce processus fonctionne grâce à une plateforme développée par Serenicity, une startup stéphanoise. La CNIL donne son feu vert. Fabrice Koszyk, dirigeant associé…

Send this to a friend