France

La nuit dernière, l’Assemblée nationale a finalement voté la taxe dite « GAFAM » qui en réalité ne concerne pas seulement ces 5 entreprises. Les députés ont approuvé par 55 voix contre 4, et 5 abstentions, ce projet de loi porté par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie. C’est donc 64 députés sur les 577 en poste qui ont participé à ce vote, auquel Washington s’opposait clairement. Pourtant, sur Twitter, Bruno Le Maire évoque un « large soutient » de l’Assemblée nationale. 55 voix pour la taxation des géants du numérique et 4 voix contre : merci à l’#AssembléeNationale pour ce vote de large soutien qui dépasse les clivages politiques et place la #France en position de force pour les négociations à l’@OCDE_fr— Bruno Le Maire (@BrunoLeMaire) 8 avril 2019 L’instauration de cette taxe en apparence fait l’objet d’un consensus. Toutefois, quelques élus de l’opposition font part de quelques remarques…

Pour s’abonner à Culture Numérique : Spotify – iTunes – Deezer – Google Podcasts – Ausha. Alors que la Taxe GAFA avait été pensée pour être Européenne, elle ne sera certainement que française. Un impôt logique et justifié pour Bruno Le Maire. Selon le ministre de l’Économie, c’est une « question de justice fiscale ». Jugée parfois trop franco-française, le projet de loi qui porte sur la taxation des grandes entreprises du numérique, est applicable depuis le 1er janvier 2019. Les géants du numérique paient beaucoup moins d’impôts que les PME françaises. Pour cette raison, Bruno Le Maire entend bien rétablir une certaine justice fiscale et aller au bout de son projet. La loi sera votée dans le courant de l’été. Pour être soumis à cette nouvelle taxe, les géants du web devront au moins réaliser un chiffre d’affaire de 750 millions d’euros au niveau mondial et de 25 millions en France. Évidemment,…

Alors que nous apprenions il y a quelques mois qu’un centre d’essai Hyperloop débarquait en France, plus précisément en Haute-Vienne, les Européens décident de cadrer l’industrie. Avant que tous les pays ne se mettent à construire des tunnels au gré de leurs envies, l’Europe décide d’imposer des normes pour éviter de voir fleurir des technologies incompatibles. C’était lors du MWC (Mobile World Congress) 2019 qui se tenait à Barcelone que des échanges ont émergé au sujet de l’Hyperloop. David Villalmanzo fait partie l’Union internationale des chemins de fer. Il a déclaré ceci : « personne ne pensait que les pays qui formeraient l’Union européenne relieraient leurs réseaux ferroviaires à l’avenir. Les start-ups ont tout intérêt à se pencher concrètement sur la question dès maintenant. Il semble nécessaire qu’un cadre européen soit instauré, pour discuter de la prénormalisation de certains détails techniques ». Dans l’idée, les régulateurs européens pourraient entrevoir des règles strictes.…

Connaissez-vous cette plate-forme qui met en relation des entreprises ou des projets en cours de développement ayant besoin de sécuriser leurs réseaux informatiques avec des hackers éthiques, qui agissent pour le bien ? Il y a quelques jours, l’armée française annonçait qu’elle lançait un programme de Bug Bounty (prime à la faille) pour renforcer la sécurité des systèmes informatiques. Dans le même temps, la startup Yes We Hack vient tout juste d’annoncer avoir levé 4 millions d’euros pour se structurer et amorcer un développement d’envergure à l’international. Une somme levée auprès d’Open CNP, de programmes de corporate venture de CNP Assurances, et de Normandie Participations.  Les menaces de cyberattaques se font de plus en plus nombreuses et il est rare qu’il se passe une semaine sans que nous n’entendions parler d’une faille de sécurité dans les systèmes informatiques de telle ou telle entreprise. Très récemment, par exemple, une faille informatique aurait pu permettre à…

Le ministère des Affaires étrangères a révélé dans un communiqué que plusieurs données personnelles avaient été piratées. En effet, des fichiers qui figuraient sur la plateforme du ministère nommée Ariane, qui donne la possibilité de recevoir des alertes quant à la sécurité lors de déplacements, ont été volés. En outre, un journaliste de RTL a révélé que les pirates auraient dérobé les noms, prénoms, adresses mail et numéros de téléphone des victimes. Toutefois, aucun nombre n’a pour le moment été donné. De plus, les données volées pourraient permette de « donner lieu à des utilisations détournées mais limitées, puisque les renseignements ne comprennent pas de données sensibles, financières ou susceptibles de dévoiler les destinations des voyages déclarées dans Ariane ». Cependant, bien qu’il n’y ait visiblement pas de grand danger, cela pose tout de même problème. Rappelons que récemment, le NRCC avait également été victime de piratage sur la messagerie de ses…

Lors de la réunion des ministres de l’économie européens ce mardi, la France et l’Allemagne n’ont pas réussi à faire voter une taxe sur les GAFA, les 4 géants du numérique américains. Bruno Le Maire s’est exprimé aujourd’hui à ce sujet, sur France 2, et a déclaré qu’il n’hésiterait pas à mettre en place une taxe française en 2019 si la situation n’était pas corrigée d’ici la. Cela faisait déjà plusieurs mois que la France prévoyait de faire taxer les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) à l’échelle européenne, pour mettre fin à une situation devenue inconcevable. En effet, ces entreprises qui ont totalement envahies notre quotidien et génèrent des bénéfices monstres, payent des impôts dérisoires dans la majorité des pays d’Europe via des montages fiscaux. Malheureusement, lors de la réunion des ministres de l’économie de l’Union Européenne, Bruno Lemaire a vu l’idée se casser les dents. Les géants du numérique…

Les achats sur le web pourraient bien vous coûter plus cher. La controversée, proposition de loi « Pacte national de revitalisation des centres-villes et centres-bourgs », prévoyant notamment une taxe sur la livraison de produit a été adoptée par le Sénat. Le texte, porté par Martial Bourquin (PS), Rémy Pointereau (LR), a été voté par 288 voix pour et zéro contre, avec l’abstention du groupe LREM, des radicaux, et des communistes. Le but étant de protéger les commerces de proximité. L’article 27, relatif à la taxation sur les livraisons, a cependant été atténué par rapport à sa version initiale. Le texte avait provoqué de vives réactions. La fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), dénonçait une mesure qui entraînerait un coût supplémentaire pour les consommateurs. Les sénateurs ont finalement préféré une version moins contraignante pour le porte-monnaie des acheteurs. À la place d’une taxe de 0,5€ par kilomètre pour…

Send this to a friend