Clément Cosnier, Author at Siècle Digital

Clément Cosnier

Lire la description
Head of Growth and Partnerships chez Siècle Digital

Ctrl + C, Ctrl + V , copier un lien ou un texte, le transvaser ailleurs, on est ici sur quelque chose que nous pratiquons tous chaque jour. Ça se complique quand il s’agit de copier plusieurs éléments distincts pour les coller ailleurs. La complexité ne tient pas tant à la difficulté de l’opération qu’à la répétition des tâches. Cette perte de temps peut devenir frustrante lorsqu’on est sur un travail qui nécessite justement de jongler de manière répétitive avec les copier-coller. Bref, un gestionnaire de presse papier peut vite devenir un incontournable pour réguler sa pression sanguine. Et sur ce genre d’outil, Maccy est un nouvel entrant plutôt intéressant. Les gestionnaires de copier-coller permettent de conserver plusieurs éléments copiés pour les réutiliser quand on le souhaite. Maccy propose exactement cela, avec un outil gratuit open-source pour macOS qui se “contente” de bien faire le travail. Après son téléchargement et…

Avorton de la portée dans le bagage des actions marketing, les QR codes sont souvent négligés alors que leur utilisation dans une communication offline peut offrir une réelle valeur auprès d’une audience. Ces codes-barres carrés constitués de carrés permettent, après un scan, de rediriger l’utilisateur vers une page web. Majoritairement utilisés en couponing (réductions, offres…), leur utilisation potentielle est bien plus vaste : compléments d’informations, contenus exclusifs ou bonus, jeux-concours, interactions sur les réseaux sociaux… QRzebra est un générateur de QR code qui permet de rediriger les utilisateurs qui scannent, vers différentes URLs en fonction de trois contextes différents : la localisation de l’utilisateur (son pays ou sa ville), l’heure du scan et le nombre de fois ou celui-ci scan. Autrement dit, le même flash code redirige vers différentes URLs. L’outil propose en sus un customisateur de QR code pour générer le flash code qui collera le mieux à la…

Une belle signature à la fin d’un mail pro est comme le cirage sur une paire de chaussures, si ce n’est pas indispensable, son absence peut produire des retroussements de nez. La signature à la fin d’un email sert d’écrin aux informations importantes concernant l’interlocuteur et sa société. De fait, son absence oblige à demander ou à faire des recherches complémentaires. On est déjà sur du frottement, un embryon de pénibilité. Voilà, je démarche, mon interlocuteur produit déjà l’effort de me lire, qu’elle idée qu’il aille, en plus, ouvrir un onglet pour trouver le site de ma société ou en savoir plus sur moi sur LinkedIn. Tout devrait lui être disposé sous les yeux. Et nous ne sommes que sur des basiques ici, pas de fioritures. Une signature d’email est également un moyen de communication qui peut contenir des call to action ou encore les dernières actualités de la société,…

harcèlement mineure vidéo
La créatrice de contenu Nadjélika, présente sur YouTube et Twitter s’est attirée les foudres d’utilisateurs de Twitter après avoir observé que nombre de commentaires s’attachaient à relever l’âge de l’enfant maltraité, pour de supposés rapports sexuels, plutôt que les sévices filmés qui lui étaient affligés.

On en rencontre parfois, au détour d’une conversation, sur la terrasse en train de faire des ronds de fumée à la pause, parfois même en after work. Espèce rare, ils présentent la singularité d’aimer suivre leurs kpis et autres indicateurs sur différentes applications. Personnellement, je préfère écouter en boucle “Ramenez la coupe à la maison” de Végedream plutôt que de le faire. Je suppose que sans aller jusque là, c’est un sentiment assez commun que de ne moyennement apprécier bondir d’onglet en onglet, pour d’un coup d’oeil, check ses metrics. Les tableaux de bord qui agrègent les indicateurs de différents apps et logiciels permettent un gain de temps et de santé mentale assez bienvenue. Toutefois, la plupart ne sont pas donnés et les coûts représentent un pôle conséquent de dépenses. Snapboard est un outil freemium qui permet de répondre à ce besoin de manière simple et sans complexité. Le produit…

Le marché de l’influence est gras. Les créateurs de contenus ont émergé comme des carrefours de visibilité potentiels pour les marques qui mixent leur plan média-marketing-com en intégrant ces profils dans leurs actions. Ils permettent de communiquer autrement en profitant de leur singularité et de leur proximité avec les utilisateurs qui les suivent. Instagram et Twitch sont, avec Tik Tok, les plateformes sociales qui remuent le plus actuellement. Le marché de l’influence est gras mais n’est plus dans ses balbutiements. L’engagement baisse, les marques sont plus matures et veulent “les bons créateurs de contenus” pour leurs campagnes d’influence. Autrement dit, les profils qui parlent à leur(s) audience(s) cible(s) et qui bénéficient d’un bon -et vrai- taux d’engagement. Le marché de l’influence est gras et l’écosystème est riche entre les agences et les logiciels qui se positionnent sur le marché. Sur ce marché donc, et bien vient d’arriver Modash, qui est…

Je me baladais tranquillement sur Twitter en mangeant mes Smacks ce matin, essentiellement pour voir où ça avait pétardé dans la nuit, qui s’était fait éparpillé par le dark Twitter, quand je me suis fait interpellé par un utilisateur, le cofondateur de Smash Rémi Gouedard-Comte plus précisément. On était clairement dans une dynamique de “hey chouf notre produit, il est plutôt cool”. Mais après tout, pourquoi pas, ça peut toujours être intéressant de voir ce qu’il se fait, et là aussi, pourquoi pas, d’en parler si la solution semble pertinente et cohérente avec notre catégorie Outils. Smash est un outil de partage de fichier. Sur le papier, on sait qu’entre Google Drive, Dropbox et WeTransfer, entre autres, un internaute lambda bénéficie plutôt d’une offre pléthorique. Alors pourquoi Smash peut être intéressant ? La première chose à mon sens, c’est que l’outil est français, on ne cocoricoise jamais assez, hein, mais…

Mention, le spécialiste français du social listening qui a été racheté par Mynewsdesk en automne 2018 complète son offre d’outils avec un nouveau produit de publishing sur les réseaux sociaux. À l’origine, positionné judicieusement comme un entrée de gamme de l’écoute social en SAAS à destination des PME face à des solutions comme Sprinklr, Synthesio, Brandwatch, Talkwalker, Visibrain ou encore Linkfluence, la société vise désormais les budgets des SAAS de Social Media Management comme Hootsuite, Buffer ou Agorapulse. Intuitif, ergonomique et surtout extrêmement bien foutu, la solution permettait déjà de suivre l’occurrence de mots clés, de sa marque ou de ses concurrents sur le web tout en construisant des tableaux de bord d’analyse, et ce, avec la possibilité de paramétrer un système d’alerting / reporting directement sur sa boîte mail. En ajoutant une brique “influence”, la suite logique était de rattacher à cette suite un outil de publishing sur l’ensemble…