display : toute l'actualité sur siecledigital.fr

display

Le contenu sur le web se fait de plus en plus par le truchement de l’image. C’est assez évident. La publicité par exemple, quelle soit sociales sur Facebook, Twitter, Linkedin, Instagram ou display, associe le texte à l’image, et se doit d’être impactante pour générer du trafic. Idem pour tout ce qui va toucher à une image d’illustration d’article de blog, une miniature YouTube ou encore des épingles pour Pinterest : visuel médiocre, moins de clics à l’arrivée. Trouver un outil pour créer des visuels sans avoir de compétence graphique Constat fait qu’il est nécessaire de pouvoir générer des visuels appuyant la stratégie d’acquisition ou de trafic, on se retrouve vite à devoir trouver des ressources internes ou externes capables de réaliser cette tâche si importante. L’autre option est de s’équiper en outils qui permettent de réaliser ces opérations en s’approchant d’un résultat professionnel sans devoir monter en compétence en…

Les Facebook Ads sont l’un des leviers publicitaires à ne pas sous-estimer. Le réseau social véhicule encore parfois l’image d’une plateforme communautaire. Ce qui est le cas, mais il ne faut pas oublier que c’est plus de 30 millions d’utilisateurs actifs par mois rien qu’en France métropolitaine. Un atout indéniable pour l’ensemble des secteurs industriels tous confondus (oui oui…) qui pourront utiliser les nombreuses données récoltées et segmentées pour un ciblage Facebook efficient auprès des bonnes personnes. Par expérience, seul Facebook, parmi les acteurs de la publicité digitale (je pense notamment à Google Adwords), propose autant de fonctionnalités utiles. Justement une infographie résume bien ces dernières qui sont beaucoup plus complètes que les « centres d’intérêt ». Le ciblage Facebook est très régulièrement limité à cette seule fonctionnalité, mais il ne faut pas oublier les données démographiques (allant plus loin que l’âge et le sexe) ou encore les comportements et certaines habitudes…

La régie publicitaire de Google est l’une des plus utilisées dans le monde. Si l’on se base sur les sources Statista, les revenus publicitaires de Google (Adwords et Adsense confondus) s’élevaient à plus de 97 milliards de dollars. Ce qui représente le double des revenus pubs de Facebook Inc. si l’on souhaite comparer. Dans le même, Google fait pas mal parler de lui à travers les applications de l’intelligence artificielle et du machine learning. On a vu Google capable de détourer un objet en premier plan tout en comblant le vide créé, s’essayer à l’e-santé. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est l’application de cette technologie à sa régie Adsense : les annonces automatiques. L’objectif de ce nouveau format publicitaire est de se servir du machine learning pour optimiser les placements des bannières sur un site web et les enchères : Jusqu’à présent, les bannières Adsense étaient (ce choix est…

Le navigateur de la firme de Mountain View, Google Chrome, a annoncé par l’intermédiaire de son responsable commerce Sridhar Ramaswamy vouloir bloquer les publicités gênant l’expérience utilisateur de l’internaute dès 2018. Il faut en premier lieu remettre dans le contexte la situation, pour ceux qui n’auraient pas suivi les dernières actualités en matière de publicité en ligne. À travers un groupe de plusieurs acteurs majeurs du Web sous l’égide de la « Coalition for Better Ads » dont Google fait partie. Une décision a été prise en matière d’éthique publicitaire sur les standards à adopter par les régies (Google, Facebook, AppNexus, Teads…) : lister les formats non acceptables pour l’expérience utilisateur sur ordinateur et mobile. La réalité est, qu’il est trop fréquent que les personnes rencontrent des publicités gênantes et intrusives sur le web. Comme celles qui vous forcent à attendre 10 secondes avant de pouvoir voir le contenu de…

Vous êtes probablement en train de consulter cet article avec votre adblockers activé, comme les 30% des internautes français. Au niveau mondial, le chiffre monterait même à 419 millions soit bien plus d’habitants que les États-Unis pourtant très connectés (86% d’internautes). Le phénomène continue même de s’amplifier. Cela est dû à un agacement de la publicité via les bannières et pop up/in pour un grand nombre de personnes. Notamment les Millennials. Cependant, c’est un grand manque à gagner pour les éditeurs et les sites en général qui basent une partie de leur business model sur le display (la publicité en ligne – ndlr). Mais à combien s’évaluent ces pertes ? Youtube perdrait environ 12 700 000 euros rien qu’en France sur une année ! Ce qui représenterait à l’échelle mondiale, une perte de plus d’1 milliard d’euros pour la plateforme de vidéos. Mais l’étude ne s’arrête pas uniquement à Youtube,…

« J’en ai marre de ces pubs ! » est peut-être une phrase que vous avez prononcée ou sûrement entendue depuis que vous avez un ordinateur. Les sympathisants « anti-pub » se font de plus en plus nombreux notamment avec le display et ses multiples formats intrusifs : pop up, pop in, interstitiels, native ads in feed, etc… Du côté des éditeurs, certains se posent la question des revenus générés par ces formats dans le futur. Mais que se cache concrètement derrière un ad block ? AD BLOCK : DONNÉES ET TENDANCES Premièrement il est intéressant de noter l’évolution rapide du volume de recherche sur Google search d’une requête comme ad block en France : C’est à partir de 2013 que le volume devient exponentiel en France… NOMBRE D’UTILISATEURS En 2009, on estime à 21 millions d’utilisateurs d’ad block. En 2015, c’est 198 millions à travers le monde… Ce nombre justifie la courbe du…

D’après la célèbre maxime que tout le monde du web connait : “Quand c’est gratuit, c’est vous le produit”. C’est pour assurer cet accès gratuit que de nombreux sites d’éditeurs d’informations se rémunèrent en grande partie grâce aux publicités. Le problème est qu’un nombre de plus en plus important d’internautes apprécie la gratuité, mais sans contrepartie. L’utilisation des bloqueurs de publicité, également appelés adbloqueurs, est de plus en plus courante. D’après Clubic pro, 5% à 6% des publicités en ligne sont filtrées par ces outils que les internautes installent sur leur navigateur (sous forme de plugins) ou par des fonctionnalités natives, comme sur la Freebox. Cela pourrait monter jusqu’à 40% de filtrage sur des sites spécialisés où les visiteurs sont des experts du digital, de la high-tech, des jeux vidéos, etc. Une bataille à mort entre éditeurs et adbloqueurs Du point de vue des internautes, les adbloqueurs sont salvateurs. Si les bannières et…