bitcoin : toute l'actualité sur siecledigital.fr

bitcoin

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance fait un grand pas en avant. En effet, l’UNICEF vient d’annoncer qu’elle pouvait désormais recevoir des dons sous forme de monnaie virtuelle grâce à la création d’un Fonds en cryptomonnaies. Du Bitcoin et de l’Ether peuvent désormais être transférés en guise de dons vers l’agence des Nations unies. Une démarche transparente du début à la fin Ce Fonds en cryptomonnaies sera utilisé pour financer des projets qui amélioreront les conditions des enfants du monde entier. Pour Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF : « c’est une initiative nouvelle et passionnante pour notre organisation ». Avec cette mesure, l’UNICEF devient la première organisation des Nations Unies à accepter les cryptomonnaies. Bonne nouvelle : grâce à ce nouveau mode de fonctionnement, les donateurs seront probablement en mesure de suivre leur contribution pour savoir comment elle est reversée aux organisations caritatives. Depuis septembre 2018, les français peuvent déjà réaliser des dons en cryptomonnaies. Désormais c’est une réalité…

Ces derniers temps les cryptomonnaies sont au coeur de l’actualité. Entre le lancement de la Libra, et la nouvelle hausse du Bitcoin, cette technologie semble se démocratiser de plus en plus. Si de nombreux commerces ou restaurant proposent déjà à leurs clients de payer avec des cryptomonnaies, la brasserie écossaise BrewDog va encore plus loin. Hier, BrewDog a annoncé la prolongation de sa campagne de financement participatif « Equity for Punks » jusqu’en 2020. Cette annonce était accompagnée d’une seconde concernant l’acceptation des cryptomonnaies. BrewDog accepte le Bitcoin, Bitcoin Cash, Bitcoin SV, Ethereum, Litecoin, OmiseGO, Qtum, Augur, Ripple, et l’0x. Pour l’occasion, BrewDog a également concocté une bière unique appelée Cryptonite. Chaque investisseur recevra un pack de 6 bières Cryptonite. De plus, la brasserie écossaise proposera d’autres avantages, comme des invitations aux soirées lors d’ouverture de nouveaux bars, ainsi qu’un siège à la réunion annuelle de l’entreprise. Pour le moment,…

On sait désormais qu’écologiquement, le Bitcoin n’est pas la monnaie du futur. Pourtant, le cours de cette cryptomonnaie a atteint son plus haut niveau depuis près de cinq mois. Si le Bitcoin peut se targuer de repasser la barre des 5 000 $ (4 450€), c’est certainement grâce à une commande majeure passée par un acheteur anonyme. D’après les analystes, cet achat aurait déclenché une frénésie et un gain de confiance chez d’autres acheteurs. Voilà qui devrait ravir tous les heureux propriétaires de la monnaie virtuelle. Avec Bitcoin, c’est un peu « Je t’aime, moi non plus ». Souvenez-vous, fin 2017, le bitcoin faisait un bond historique. Sa valeur était proche des 17 000 $ (15 120 €). Depuis, les prix se sont effondrés. Les petites cryptomonnaies ont fait leur apparition et ont rebattu les cartes sur le marché. Le Bitcoin est avant tout basé sur un socle technologique susceptible de complètement…

C’est un chiffre incroyable, mais les voitures et les avions (entre-autres) ne sont pas les seules menaces pour l’environnement. Dans un article publié ce lundi dans la prestigieuse revue Nature, des chercheurs de l’université de Hawaï ont démontré que la consommation électrique liée au bitcoin pourrait à elle seule augmenter la température de deux degrés d’ici 2048. Une consommation électrique plus que gourmande Les transactions en bitcoin consomment énormément d’énergie, ainsi, une seule d’entre elles consommerait autant qu’un ménage américain sur une semaine selon une étude Mother Jones. En effet, elles nécessitent aux ordinateurs responsables de la sécurité des échanges de faire tourner de puissants logiciels, ce qui les fait surchauffer et consommer des tonnes d’énergie, et donc indirectement émettre de grandes quantités de CO2. Le bitcoin pour tous, le danger majeur « La préoccupation environnementale liée à l’utilisation du Bitcoin provient de la grande empreinte carbone d’une si petite…

Concernant la blockchain, les observateurs finissent inlassablement par débattre de nombreux points qui sont pour la plupart du temps totalement faux ou en tout cas très partiaux et partiels dans leur analyse. Et s’il y a bien un sujet qui fait débat depuis de nombreux mois c’est l’aspect énergivore de la blockchain. Ainsi nombreux sont les experts à argumenter sur les méfaits de la blockchain sur l’environnement, sur le fait qu’elle serait une véritable calamité énergétique pour notre planète. Mais alors qui a vraiment raison dans cette bataille qui oppose les pro et les anti blockchain sur sa consommation d’énergie ? Existe-t-il une seule vérité ? Des faits avant toute chose Parler de « la blockchain » en général est un abus de langage que tout le monde utilise, or il existe des dizaines de technologies différentes, chacune disposant de ses propres caractéristiques et fonctionnalités. Toutes les blockchains ne fonctionnent pas de la même manière.…

Le Bitcoin et les autres grandes cryptomonnaies ont connu un boom en 2017. L’année 2018 commence plus difficilement avec hier, une chute moyenne de 20 % de l’ensemble des cryptomonnaies. La volatilité de cet argent virtuel est donc réel et les mesures potentielles que les différents États du monde entier s’apprêtent à prendre pour réguler ces monnaies, ne devraient pas arranger la situation. Quatre chercheurs : Neil Gandal, JT Hamrick, Tyler Moore et Tali Oberman, se sont lancés dans la rédaction d’un papier sur le prix du Bitcoin et sa manipulation. Cet écrit montre à quel point l’écosystème du Bitcoin (et on imagine plus largement, celui des cryptomonnaies) est contrôlé par les « mauvais acteurs ». Pour eux il y a plusieurs points importants : Les hausses de taux de change sont liées aux transactions suspectes sur les échanges de devises en Bitcoin  Le marché du Bitcoin est manipulé par…

Ça y’est nous sommes début 2018, une année vient de s’écouler et une nouvelle démarre avec toujours autant de débats passionnés avec parfois une pointe d’hystérie autour de la blockchain et des cryptomonnaies. Je vous propose de vous partager mes prédictions sur ces sujets pour les 12 mois qui viennent. Du POC à la production Les secteurs de la finance ont passé les dernières années à tester et s’approprier la blockchain dans leur contexte. Ils ont pour cela procédé à des expérimentations (des POC, des prototypes, des MVP…), ils ont monté des Labs, ont réalisé des séances de brainstorming. Ils ont surtout appris et compris ce qu’ils pouvaient faire et ce qu’il était impossible de réaliser avec la blockchain. Certains de ces tests ont abouti à des pilotes sur des populations d’utilisateurs ciblés en interne ou en externe. Dans d’autres cas, des acteurs se sont regroupés pour contribuer à des…