ProShares, un émetteur de produits financiers cotés (ETF), a annoncé le lancement de son nouveau produit, BITI, à la Bourse de Toronto, le 21 juin. Il permettra de vendre le bitcoin à découvert. La mise en circulation de cet actif numérique s’inscrit dans un contexte difficile pour le secteur de la cryptomonnaie alors que la valeur de l’ensemble des devises numériques continue de s'effondrer. À l’aide du BITI, les investisseurs pourront parier sur la baisse du bitcoin afin de renflouer leurs caisses.

Un produit financier coté lié au Bitcoin

ProShares n’en est pas à son premier produit financier concernant le bitcoin. En octobre dernier, la Securities and Exchange Commission (SEC), l’autorité américaine chargée de la réglementation et du contrôle des marchés financiers, a autorisé l’émission du BITO, un ETF qui mise sur la croissance du Bitcoin à court terme.

Les produits financiers cotés sont des fonds d’investissement qui peuvent être échangés en bourse. Ils répliquent l’évolution d’un indice boursier. Un ETF CAC 40 reproduit l’indice boursier CAC 40 : si celui-ci augmente, le produit financier augmente et inversement si l’indice baisse. Ils permettent également de faciliter les acquisitions dans un secteur. Comme l’explique Coinhouse, une plateforme d’échange de cryptomonnaies, « Au lieu d’acheter une par une des actions pour se constituer un portefeuille équilibré dans ce secteur, l’investisseur n’a qu’un seul titre à acquérir avec l’ETF. C’est donc beaucoup plus pratique et cela occasionne moins de frais [de transactions] ».

Un ETF qui imite le cours du Bitcoin comporte de nombreux avantages. Il s’agit d’un actif négociable en bourse et donc, être encadré. De quoi rassurer les institutions financières. Ces dernières n’osent pas investir dans les cryptomonnaies à cause des nombreux risques qui accompagnent l’acquisition et la détention de ces devises numériques. Il est hors de question, pour elles, de passer par des plateformes intermédiaires et de s’exposer à des piratages.

En revanche, les ETF sont directement émis par des institutions connues du monde de la finance traditionnelle. Dans le cas du BITI et du BITO, c’est la SEC qui s’est occupée d’approuver les deux cryptoactifs. Elle s’assure ainsi que les investisseurs sont protégés de toute manipulation ou d’actions malveillantes.

Pour ProShares, l’arrivée du BITI permet « d’éviter les coûts et les frais importants généralement liés à la vente à découvert du bitcoin ». L’entreprise précise que « les investisseurs vont pouvoir profiter potentiellement d’une baisse du prix du bitcoin et couvrir leur exposition aux cryptomonnaies avec la commodité d’un ETF ».

Parier dans un marché volatil

Après l’écroulement du stablecoin TerraUSD et le gel des activités de Celsius, le marché des cryptomonnaies fait face à une importante récession. Le bitcoin a perdu 56 % de sa valeur cette année, passant sous la barre des 21 000 dollars tandis que celle de l’ether a chuté de 69 % tombant à 1 160 dollars. Le capital de marché des cryptoactifs ne représente plus que 857 milliards de dollars, bien loin derrière les 3 billions de dollars enregistrés en novembre.

Dans ce contexte, les investisseurs se demandent s’il est réellement possible de gagner de l’argent en achetant un ETF calqué sur le cours du bitcoin. Michael L. Sapir, président-directeur général de ProShares, cherche à rassurer et déclare que « Le BITI offre aux investisseurs qui croient que le prix du bitcoin va chuter une opportunité de réaliser un profit potentiel ou de couvrir leurs avoirs en cryptomonnaies. BITI permet aux investisseurs d’obtenir commodément une exposition courte au bitcoin en achetant un ETF dans un compte de courtage traditionnel ».

Si les ETF sont plutôt communs dans le monde de la bourse, un produit financier coté qui parie sur la baisse du prix du Bitcoin est quelque chose d’inédit. Évoluant dans un marché volatil et incertain, il est pour le moment difficile de savoir si le BITI représente un investissement prometteur.