Santé - Page 2 of 10 : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Santé

L’IA est aujourd’hui utilisée dans bien des domaines comme la reconnaissance d’objets, reconnaissances de personnes, jeux vidéos ou encore pour déverrouiller notre téléphone. Les émotions sont elles un peu plus complexes à analyser. Des chercheurs de l’Université du Colorado et de Duke ont créé EmoNet. Une IA capable d’identifier 11 émotions à travers une simple photo. Il y a un an nous vous présentions une IA capable d’identifier certains traits de personnalité… en suivant le mouvement oculaire. Un moyen de rendre les robots plus naturels et les aider à mieux interpréter le comportement des humains. Plus récemment, c’est Facebook qui a présenté les avancements de son système qui à l’avenir servira à lire nos pensées… creapy. Des émotions plus simples à identifier que d’autres Grâce au réseau neuronal, les photos sont analysées et ensuite placées dans des catégories émotionnelles. L’IA a réussi à en identifier 11 précisément. Pour classer les…

Le cancer, l’une des causes de mortalité les plus importantes au monde, reste l’une des priorités de nombreux chercheurs. On estime que le cancer à lui seul a causé 9,6 millions de décès en 2018, et environ 18 millions de nouveaux cas signalés. Justement, le groupe Computational Systems Biology d’IBM à Zürich travaille sur des processus utilisant l’IA pour trouver quels mécanismes peuvent déclencher le cancer, mais également en apprendre davantage sur la composition des tumeurs. Afin de faire accélérer les recherches, ce laboratoire a rendu publics quelques-uns de ces projets. « Notre objectif est d’étoffer notre compréhension du cancer et d’offrir aux industries et aux instituts de recherche la connaissance qui leur permettra un jour ou l’autre de contribuer aux traitements et aux thérapies », déclare-t-on chez IBM. Pour le moment, les chercheurs ont mis à disposition 3 projets. Le premier appelé PaccMann, est un algorithme capable de déterminer…

Des chercheurs du Georgia Institute of Technology, aux États-Unis, ont mis au point de minuscules robots capables de capter les ultrasons pour se déplacer. Ces petits robots de 2 mm de long pourraient un jour être capables de nous soigner de l’intérieur. Le biomimétisme inspire de plus en plus les chercheurs Alors que certains robots s’inspirent du comportement du calamar, d’autres sont aussi capables de nager à l’intérieur de notre vessie. En effet, Metin Sitti, directeur du département d’intelligence physique à l’Institut Max Planck a lui mis au point un robot qui ressemble à une microscopique méduse. Il explique que : « si vous appliquez un champ magnétique lent dans une direction ascendante, les bras se courberont lentement vers le haut. Ensuite, un signal magnétique descendant très rapide permettra aux bras de se plier très vite vers le bas ». De leur côté, les scientifiques du Georgia Institute of Technology ont développé des robots…

Dans le cadre des mesures de sécurité, pour une future expédition sur Mars, des scientifiques de l’ESA (l’agence spatiale européenne) travaillent sur la bio-impression 3D, d’os et de peau. Une fois lancés dans cette mission spatiale, les astronautes ne pourront plus faire marche arrière. Si jamais certains d’entre eux se fracturent un os, ou se brûlent, ils pourraient s’en sortir grâce à ces échantillons de peau et d’os. Des os et de la peau bio-imprimés Alors que des scientifiques ont déjà réussi à imprimer une cornée en 3D, les traitements des patients avec de la peau ou des os imprimés en 3D, n’en est qu’à ses balbutiements sur Terre. Pourtant, les scientifiques travaillant sur les missions spatiales tentent d’accélérer la cadence, pour pouvoir répondre aux attentes de l’ESA (l’European Space Agency). Cette technique de soin pourrait être vitale dans l’espace, là où le corps humain ne guérit pas aussi vite…

Ces derniers temps, on entend très souvent parler de deepfakes. Le moins que l’on puisse dire, c’est un terme qui n’inspire pas du positif. Cependant, outre les mauvaises utilisations comme avec Mark Zuckerberg, ou l’application DeepNude, cette technologie pourrait s’avérer bien plus utile. Les capacités de ces algorithmes à créer des images aussi réalistes devraient permettre d’aider les médecins pour un diagnostic. Les deepfakes peuvent être formés pour détecter différents types de cancer au cours d’une tomodensitométrie, ou encore différencier les maladies pendant un IRM. Mais en raison de préoccupations liées à la protection de la vie privée, les chercheurs n’ont souvent pas suffisamment de données sures pour former correctement ces IA. Heureusement, les GAN, ces réseaux de neurones artificiels, peuvent remédier à cette pénurie de données. Un autre obstacle freine le développement de cette technologie, la qualité des images. Afin de s’entraîner correctement l’IA à l’origine des deepfakes en…

Les progrès technologiques ne cessent de faire des prouesses dans le domaine de la santé. Une fois de plus, le Massachusetts Institute of Technology (MIT), le prouve en mettant au point une nouvelle intelligence artificielle, capable de détecter le cancer du sein, 5 années avant son apparition réelle. Un algorithme pour les blancs et les noirs Alors qu’il y a quelques jours, IBM annonçait qu’il venait de créer un algorithme capable de détecter le cancer du sein, 1 an à l’avance, il semblerait que le MIT fasse encore plus fort. En utilisant des données provenant de milliers de dossiers médicaux des images de mammographies, l’algorithme créé par IBM est capable de prédire l’apparition de ce type de cancer. Pourtant, le MIT prétend pouvoir le détecter 5 ans à l’avance. Basé sur le deep learning, l’algorithme du Massachusetts Institute of Technology est plus performant que celui de ses concurrents car il n’est…

Lundi 24 juin dernier, une gigantesque panne a frappé les Pays-Bas. Les autorités néerlandaises estiment qu’il ne s’agit pas d’une cyberattaque. Comme l’explique Reuters, le pays se relève tout juste et considère qu’il a pris une vraie leçon sur sa dépendance à l’égard des nouvelles technologies. Une panne de près de 4h Après que des banques néerlandaises aient été ciblées par des hackers l’année dernière, c’est au tour des services de télécommunications du pays de flancher. La semaine démarrait comme toutes les autres, hier aux Pays-Bas, pourtant la ligne permettant de joindre les différents services de secours a été frappée par une panne pendant plusieurs heures. Les numéros d’urgence équivalents à nos 15 (SAMU), 17 (Police) ou encore 18 (Pompiers), se sont arrêtés de fonctionner pendant au moins 4 heures consécutives. Landelijke 112-storing: verstoring nog gaande. Inmiddels zijn er landelijke & lokale noodnummers beschikbaar. Ook zijn brandweerkazernes & politiebureaus bezet.…