sécurité : toute l'actualité sur siecledigital.fr

sécurité

La police métropolitaine de Londres revient sur ses premières déclarations faites au Maire de la ville, et avoue avoir partagé des données avec un ensemble restreint de partenaires spécialisés dans la reconnaissance faciale. Nouveau rebondissement dans l’affaire King Cross En août 2019, une enquête avait été diligentée par le bureau du Commissaire d’informations (Information Commissioner’s Office, soit l’ICO), pour éclaircir l’utilisation de la reconnaissance faciale dans le quartier londonien de King Cross, dénoncée un mois plus tôt. Zone extrêmement fréquentée, à proximité des gares de King Cross et Saint-Pancras, le quartier comprend des restaurants, boutiques, et prestigieux bâtiments tels que la prestigieuse école Central Saint Martins College (berceau de la création londonienne), et le quartier général britannique de Google. En juin 2019, un article paru dans le Financial Times dénonçait l’utilisation d’un système de reconnaissance faciale dans le quartier ultra fréquenté, et équipé de caméras de surveillance. La société privée…

Depuis toujours, pour s’identifier il faut un mot de passe. Avec le développement de la technologie, de nouveaux moyens ont fait leur apparition. On peut par exemple penser aux schémas à dessiner, à la reconnaissance faciale avec FaceID ou au déverrouillage grâce à une empreinte digitale. Comme l’a expliqué Google sur son blog, cette dernière solution va être de plus en plus utilisée pour s’identifier à différents services de Google sur Chrome et sur Android. Une empreinte digitale suffit pour se connecter aux services de Google Disponible dès aujourd’hui sur les appareils Pixel et très prochainement aux appareils dotés d’Android 7.0 ou une version supérieure, Google souhaite fournir « des expériences d’authentification plus simples et plus sûres. » Le géant américain se base ainsi sur les normes FIDO2, W3C Web Authn et FIDO CTAP. L’avantage de ce service ? Plus besoin de se souvenir de mots de passe complexes et différents puisque…

Fin juillet, nous vous expliquions que certains sous-traitants d’Apple étaient en mesure d’écouter une partie infime des requêtes Siri afin d’améliorer le fonctionnement de son assistant. Une annonce surprenante pour Apple qui se veut grand défenseur de la vie privée, mais qui a omis de prévenir les utilisateurs de ce détail. En réaction, la firme de Tim Cooks vient d’annoncer avoir suspendu « le programme d’évaluation de Siri à l’échelle mondiale », comme le rapporte TechCrunch. Apple veut garder sa position de leader dans la « sécurité » Apple a déclaré ce vendredi « nous nous engageons à offrir une expérience Siri exceptionnelle tout en protégeant la vie privée des utilisateurs. » « Pendant que nous procédons à un examen approfondi, nous suspendons l’évaluation de Siri à l’échelle mondiale. De plus, dans le cadre d’une future mise à jour du logiciel, les utilisateurs auront la possibilité de choisir de participer ou non à l’évaluation. » L’objectif de…

Depuis plusieurs mois, le réseau social de Mark Zuckerberg, Facebook est soumis à diverses enquêtes. Suite au scandale Cambridge Analytica, survenu en mars 2018, une enquête a été ouverte. Facebook était accusé d’avoir « violé un accord conclu en 2011 avec le gouvernement américain relatif au respect de la vie privée des utilisateurs. » Pour faire simple, le réseau social devait obtenir le consentement explicite des utilisateurs pour pouvoir partager leurs données. L’amende potentielle n’avait pas été précisée, on parlait seulement d’amende « record ». La Federal Trade Commision (FTC) semble finalement avoir pris sa décision. D’après le Wall Street Journal, Facebook devra s’acquitter d’une amende de 5 milliards de dollars. Au sein de la commission, deux membres étaient opposés à la décision et demandaient plus de restrictions contre trois en accord avec cette décision. Une aubaine pour le réseau social qui a déjà mis de côté près de 3 milliards de dollars pour…

Les États-Unis viennent d’adopter un nouveau projet de loi visant à renforcer leur système de vote électronique contre le piratage. Ce SAFE Act HR 2722, la Chambre des représentants des États-Unis l’a approuvé par 255 voix contre 184. Seul 1 républicain a voté pour cette mesure. À présent, c’est au Sénat, principalement rempli de républicains, de rendre son verdict. Il semble donc peu probable que le chef de la majorité du Sénat, Mitch McConnell, présente ce projet de loi. BREAKING: The House just voted to safeguard our elections. The SAFE Act will: 🗳️Replace outdated & vulnerable voting equipment 📝Mandate paper ballot voting & post-election audits 💻Create strict cybersecurity requirements for voting systems 2020 is coming. Let’s be prepared.— Adam Schiff (@RepAdamSchiff) 27 juin 2019 Le SAFE Act est l’ultime tentative du Congrès pour répondre au piratage des systèmes électoraux américains par la Russie. S’il est adopté, ce projet de loi…

Des chercheurs en sécurité de l’entreprise Cybereason ont découvert qu’un groupe de hackers, probablement d’origine chinoise, avait accès depuis au moins 2017 aux métadonnées d’une dizaine d’opérateurs mobiles répartis en Asie, Afrique, Europe et Moyen-Orient. Ce n’est pas la première fois que la Chine est suspectée de piratage. Récemment, l’Australie avait été victime d’un piratage, et estime que cette attaque ne peut venir que d’un seul pays capable d’un tel acte : la Chine. Lior Div, cofondateur et directeur général de Cybereason a indiqué à TechCrunch qu’il s’agissait d’un espionnage à « grande échelle » renommée « Soft Cell » par l’entreprise. Il faut savoir que la base de données CDR (Customer Detail Records) regroupe toutes les données de connexion des utilisateurs, soit : qui est-ce qu’ils appellent, quand, où, avec quel terminal… Des méthodes de piratage très performantes connues Les chercheurs ont découvert l’existence de cette opération il y a environ un an, en analysant…

Un nouveau service pourrait faire son apparition dans la palette proposée par Amazon. La société de Jeff Bezos aurait breveté un service qui lui permettrait de surveiller nos habitations à l’aide de drones. Pas de panique, cela ne risque pas de voir le jour tout de suite. Une idée qui ne verra peut-être jamais le jour Amazon a une réelle culture du brevet. Généralement, toutes les idées, même celles qui ne verront jamais le jour, sont brevetées, pour éviter qu’une autre société puisse les lui piquer. C’est peut-être le cas de ce nouveau service légèrement en désaccord avec la protection de la vie privée. En effet, Amazon vient de breveter un service qui consisterait à surveiller nos maisons à l’aide de drones. Plusieurs obstacles pourraient se dresser devant ce service. La Federal Aviation Administration n’a pas terminé d’élaborer les réglementations concernant les vols de drones dans les quartiers de nos…