MIT - Page 3 of 4 : toute l'actualité sur siecledigital.fr

MIT

Pour déterminer le diagnostic d’une dépression, les professionnels de la santé vont poser un tas de questions à leurs patients au sujet de l’humeur, le mode de vie ou encore les antécédents de ces derniers. Pour sa part, le MIT a développé une intelligence artificielle capable de déterminer la dépression sans avoir à poser toutes ces questions. Ils ont ainsi présenté un réseau neuronal qui analyse les données audio et textuelles d’entretiens. Ce dernier peut ainsi détecter les signes de la dépression. Tuka Alhanai explique : « les premiers signes d’une personne heureuse, excitée, triste ou souffrant de troubles cognitifs graves comme la dépression, se trouvent dans son discours ». Le modèle analyse ainsi les propos d’une personne et les comparent à ceux de personnes déprimées, ou non, afin d’analyser les éventuelles similitudes. Alhanai ajoute : « le modèle voit des séquences de mots ou un style de parole et…

Présenté il y a un peu plus d’un an le robot Cheetah, développé par le MIT a bien évolué. Ayant atteint sa troisième version, on peut découvrir dans la vidéo ci-dessous ses nouvelles capacités. On peut ainsi l’observer montant des marches tout en évitant des obstacles. Rien d’impressionnant ? Il faut souligner que Cheetah ne dispose pas de caméras, il est en quelque sorte aveugle. Il est ainsi capable de se déplacer grâce à deux algorithmes. Le premier fonctionne grâce aux données provenant des gyroscopes, accéléromètres et articulations, lui permettant de définir ce qu’il touche et ainsi se déplacer. Le second sert à déterminer l’intensité du déplacement et permet au robot d’éviter d’être déstabilisé en cas d’obstacles. Le professeur Sangbae Kim, associé au projet a ainsi expliqué « Il y a beaucoup de comportements inattendus que le robot devrait être capable de gérer sans trop se fier à la vision. […]…

Une équipe de chercheurs travaillant à l’Auto-ID Lab du MIT a créé des puces RFID équipées de capteurs pouvant détecter les variations d’une substance chimique. Cette innovation permettrait d’ajouter de nouvelles fonctions aux nombreuses capacités de ces puces. À l’heure actuelle, le RFID est très utilisé dans un dessein logistique chez les fabricants et les enseignes de distribution. Ces puces permettent de suivre la production et le transport d’un produit, jusqu’à sa mise en rayon. Quelques projets tendent également à les utiliser pour remplacer le code-barres et ainsi permettre d’avoir des caisses automatiques qui vont scanner les produits d’un panier ou d’un caddie. Pour ce qui est d’ajouter le suivi d’une substance chimique, il s’agit là d’une puce RFID à Ultra Haute Fréquence (UHF) qui peut détecter des pics de glucose et ensuite transmettre cette information (sans-fil). Si pour l’instant les puces des chercheurs ne peuvent identifier que le glucose,…

Depuis plusieurs mois, une équipe de chercheurs du MIT travaille, en partenariat avec des scientifiques de Brigham and Women’s Hospital, sur un micro-implant médical. Celui-ci pourrait être utilisé pour administrer des médicaments, traiter des maladies ou encore surveiller l’état de santé des patients à distance. Qu’est-ce qui rend ce micro-implant médical si innovant ? En premier lieu, l’innovation réside dans le fait qu’il puisse communiquer et être alimenté à distance. En effet, ces dispositifs implantables, qui sont de la taille d’un grain de riz, disposent d’un fonctionnement ne nécessitant pas la présence d’une batterie. Selon Engadget, les chercheurs pensent même pouvoir diminuer significativement sa taille tout en conservant un niveau d’autonomie optimal. En second lieu, cette évolution en matière de micro-implant médical réside dans la mise en œuvre d’une nouvelle technologie de transfert des ondes radio permettant de communiquer avec un dispositif implanté à l’intérieur d’un corps humain. Auparavant, les ondes…

Les constructeurs de voitures autonomes ont un point commun : ils testent tous leurs voitures dans les grandes villes. La raison est simple : il est plus facile pour la voiture autonome de se repérer grâce aux plans 3D qui indiquent bien les courbes, les dénivelés et toute autre information utile. Le MIT CSAIL (le laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du MIT), qui travaille sur la conception de leur voiture autonome, a relevé un nouveau défi : faire circuler le véhicule intelligent sur des routes non cartographiées. Avec l’aide de Toyota, les chercheurs du MIT ont développé un nouveau système de navigation qui ne nécessite pas de données 3D : MapLite. Pour fonctionner, le système MapLite prend en compte la localisation GPS actuelle du véhicule, ainsi que sa destination finale. Pour naviguer, la voiture génère des points locaux grâce à ses capteurs LiDAR. Ces éléments permettent à cette voiture de prévoir sa trajectoire…

Après avoir annoncé son soutien à la startup Nectome, dont le but est de rendre l’humain immortelle, le MIT s’est finalement retiré du projet. Pour rappel, Nectome est une startup californienne fondée par deux anciens étudiants du MIT. Son objectif est de conserver le cerveau humain suffisamment longtemps afin de trouver une façon d’en extraire la conscience et de la réinjecter dans un autre corps. Grâce à une technique d’embaumement proche de la cryogénisation, le cerveau humain pourrait être conservé de manière suffisamment qualitative pour rester en bon état pendant plusieurs décennies. Fondée en 2016, la startup a déjà eu l’occasion d’expérimenter sa technique sur un lapin et un cochon, mais également une femme dont le cerveau était décédé quelques heures avant les examens. Actuellement, il est possible de s’inscrire sur une liste pour participer à l’expérience et espérer retrouver la vie dans les années à venir. Pour se faire,…

Et si le sur mesure devenait accessible à tous ? Des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) ont créé des robots charpentiers capables de construire des meubles sur mesure. Ce système appelé AutoSaw permet de réaliser un meuble sans risquer d’y perdre un doigt. Il se compose en deux étapes. D’abord il faut concevoir le modèle sur un ordinateur à l’aide d’un logiciel. Les informations sont envoyées aux robots qui découpent les pièces à votre place. Il ne vous reste donc plus qu’à assembler le tout. [youtube https://www.youtube.com/watch?v=6ipza8xMiVA] Pour le moment, Autosaw est assez basique et implique beaucoup de supervision et d’instructions humaines. Le robot ne se limite qu’à quelques meubles comme des chaises, des tables ou des bureaux, qui ne peuvent être personnalisés que de peu de façon. Mais selon Jeffrey Lipton, chercheur en robotique au MIT, le travail n’en est qu’à son début. À terme le robot…