Le MIT a réussi à anéantir la mise en mémoire tampon sur le WiFi
Technologie

Le MIT a réussi à anéantir la mise en mémoire tampon sur le WiFi

Grâce à Minerva, vous pourrez désormais tous regarder votre émission préférée en même temps.

Des scientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont trouvé le moyen de réduire la mise en mémoire tampon des flux vidéo lorsqu’un réseau WiFi est lent ou surchargé. Vous n’aurez plus à aller disputer vos enfants ou votre colocataire qui regardent une vidéo dans leur chambre et qui vous empêchent de regarder votre programme préféré. Cette innovation devrait permettre d’éviter une certaine latence, souvent insupportable.

Plus de mise en mémoire tampon

Y a-t-il quelque chose de plus ennuyeux que d’essayer de regarder une vidéo sur une connexion Internet lente partagée avec un tas d’autres utilisateurs ? La pixellisation et la lenteur de chargement peuvent clairement gâcher l’expérience. Lorsque tout le monde à la maison essaye de regarder une émission en même temps, ça ralentit clairement votre temps de chargement.

Pourtant le MIT semble avoir trouvé la solution à ce problème. En effet, le groupe du Laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle (CSAIL) a mis au point un système baptisé Minerva qui analyse les vidéos avant de les lire pour vérifier dans quelle mesure elles seraient affectées si elles étaient lancées dans une qualité inférieure.

Sur les systèmes existants, si vous essayez de regarder un match de football en HD sur votre téléviseur et que l’un de vos enfants tente de regarder Le Roi Lion sur son smartphone, chacun de vous se verra attribuer la moitié de la bande passante disponible. C’est certainement assez pour votre petit, mais c’est terrible pour vous, car les vidéos rapides comme les événements sportifs souffrent plus de la faible bande passante que d’autres types de vidéos comme les dessins animés.

Grâce à Minerva, vous n’aurez plus ce problème. Cette technologie peut analyser les deux vidéos au préalable, pour savoir laquelle bénéficierait d’une plus grande bande passante et laquelle pourrait être servie avec une bande passante plus faible sans que la qualité en pâtisse. Le protocole attribue ensuite une bande passante en fonction des besoins des différents utilisateurs et s’adapte au fil du temps en fonction du contenu vidéo lu. Plutôt pas mal non ?

Send this to a friend