MIT

Une équipe de chercheurs du CSAIL au MIT a développé une IA capable d’identifier des objets présents sur une image à partir d’une description de celle-ci. En temps réel, le système met en exergue les éléments qui sont décrits. L’IA qu’ils ont créé a une approche opposée aux technologies de reconnaissance vocale actuelles : elle ne nécessite pas de travail manuel en amont. Ainsi, elle apprend directement les mots depuis les extraits de voix ainsi que les objets présents sur une image. Ensuite, elle est capable de les associer. Par exemple, une fois entraînée, vous pourrez lui demander de décrire une table, un cheval, ou une montagne. Cependant, le modèle actuel ne possède que quelques centaines d’objets dans sa base. Dans le futur, les chercheurs du MIT espèrent pouvoir intégrer leur association de reconnaissance vocale et de reconnaissance d’objets dans des systèmes communs, ou d’en créer à partir de leur…

Ce petit robot veut mettre fin aux fuites d'eau en se baladant dans les tuyaux
20% d'eau est perdue chaque jour dans le monde à cause des tuyaux qui fuient
IA MIT déprime

Depuis toujours, il est impossible de faire communiquer un appareil naviguant sous l’eau avec un autre se déplaçant dans les airs. La raison est simple et physique : les signaux transmis ont du mal à traverser l’eau et les technologies ne sont pas les mêmes. L’évolution des techniques et de la recherche devrait probablement supprimer cette contrainte dans un futur proche. En effet, des chercheurs travaillant au sein du MIT Media Lab ont développé une nouvelle approche. Il s’agit d’un système capable de transmettre des données via un moyen appelé Translational Acoustic-RF communication (TARF). Cela consiste à envoyer un signal avec un sonar vers la surface de l’eau. Les vibrations peuvent être lues, car elles représentent des séries de 0 et de 1. Le morse est donc remplacé par le langage binaire qui est traduit par des radars à haute fréquence capables d’identifier les petites variations. On pourrait s’attendre à…

Le MIT dévoile une IA capable de modifier l'arrière-plan de n'importe quelle image
Cheetah 3 : le robot aveugle capable de monter les marches

Des chercheurs du MIT ont mis au point une intelligence artificielle capable d’enregistrer et d’analyser des scanners cérébraux avec une vitesse de traitement 1000 fois supérieure à celle disponible actuellement. Inutile d’avoir visionné l’intégralité des saisons de Doctor House pour savoir que les interventions neurochirurgicales sont réputées pour leur complexité. D’une part pour l’acte chirurgical en lui-même, d’autre part pour les complications que ce dernier peut occasionner. C’est pourquoi il est vital pour les chirurgiens d’avoir une visibilité parfaite, pré et postopératoire, de l’état du cerveau de leurs patients afin de s’assurer que les ablations (ou exérèse) de tumeurs pratiquées aient rencontré un franc succès. Réalisée via le traitement d’une série d’images issues d’IRM, la comparaison entre une cartographie cérébrale préopératoire et postopératoire se révèle être une tâche très laborieuse à cause du traitement des « voxels » (pixel 3D) dont le nombre peut parfois se compter en million. Comme l’explique Dalca,…

un robot qui se contrôle intuitivement en test au MIT
à l’aide de signaux cérébraux et de gestes réalisés par un superviseur humain
RFID

Une équipe de chercheur du CSAIL au MIT a développé un système capable d’identifier une ou plusieurs personnes (même dans le noir) à travers un mur, en utilisant les ondes environnantes. Une IA lui permet également de digérer toutes les informations qu’elle reçoit afin de déterminer si le sujet bouge les bras ou les jambes. La solution créée par les chercheurs porte le nom de RF-Pose. Elle « démontre l’estimation précise de la pose humaine, à travers les murs et les obstructions. Nous tirons parti du fait que les signaux sans fil dans les fréquences WiFi traversent les murs et se reflètent sur le corps humain, » peut-on lire sur leur étude. Dans leurs premiers résultats, leur technologie est en mesure d’identifier des personnes parfois un large groupe (100 personnes), avec 83% de réussite. RF-Pose pourrait avoir de multiples usages tant cette IA semble efficace. Un des cas évoqués serait…

Norman la 1ère IA psychopathe entrainé à partir d'images de Reddit
micro-implant médical
Il pourrait servir à administrer des médicaments et à traiter des maladies à distance

Les chercheurs du CSAIL, le laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du MIT, veulent concevoir des voitures autonomes capables de changer de voie comme le ferait n’importe quel conducteur. Leurs travaux autour d’un nouvel algorithme ont été présentés lors de la dernière conférence internationale sur la robotique et l’automatisation. Comment imaginer une bonne intégration des voitures autonomes dans le flux des usagers de la route si celles-ci ne sont pas en mesure d’agir comme le ferait un conducteur en présence d’un véhicule qui roule trop lentement par exemple  ? Voici sans doute l’une des questions que se sont posées Alyssa Pierson, Daniela Rus, Sertac Karaman et Wilko Schwarting avant de démarrer leurs recherches d’après le blog du MIT . En effet, les premiers modèles de voitures autonomes, qui ont été testés, ne semblent pas vraiment à l’aise avec le concept de changement de voie sauf lorsque cela est absolument nécessaire pour éviter…

MIT drone albatros
Voiture autonome MIT CSAIL
Le MIT donne à sa voiture autonome la clé des champs et des forêts

Une équipe de chercheurs travaillant au sein du MIT a souhaité élaborer une interface pour ordinateur loin des standards actuels. Évoluant au sein du groupe Tangible Media, l’équipe a créé plusieurs « interfaces calmes » constituées de gouttes d’eau qui se déplacent, et qui peuvent changer de forme. Le système est appelé « programmable droplets », c’est à dire « gouttes programmables » et a vu le jour en janvier. Il ne s’agit pas d’eau à proprement parler, mais d’un liquide polarisable. Les gouttes sont posées sur un genre de grillage très lisse qui lui-même est déposé sur un circuit imprimé. Grâce aux courants électriques, les chercheurs peuvent ainsi contrôler les déplacements des gouttes. Un des exemples d’application de ce système serait une sorte de palette peintre automatisée. À partir d’une photo, il pourrait créer une ou plusieurs couleurs sur l’interface. « Dans ce cas d’utilisation particulier, l’information que portent…

wearable pensee MIT
cerveaux Nectome
« On ne sait également pas s'il est possible ou non de recréer la conscience d'une personne »

La startup américaine Nectome souhaite rendre l’humain immortelle en dématérialisant sa conscience afin de pouvoir la sauvegarder dans le cloud. Décidément, l’idée commence à faire son chemin. Sera-t-il un jour possible de sauvegarder une conscience sur un support numérique avant de pouvoir la réinjecter dans un autre corps ? Pour sa part, Netflix avait déjà songé à représenter ce potentiel objectif dans une série intitulée Altered Carbon. Présente au CES, la plateforme avait fait la promotion de cette dernière via une fausse startup qui promettait l’immortalité à ses clients. Baptisée Psychotec, l’entreprise présentait même différentes enveloppes corporelles capables de remplacer votre corps après sa mort. La série populaire Black Mirror avait aussi envisagé l’idée avec l’un de ses spectaculaires épisodes, San Junipero. Malgré le fait que l’immortalité ne semble pas être possible d’ici peu, certains travaillent déjà à concrétiser l’idée. La startup américaine Nectome oeuvre sur le projet depuis 2016,…

Send this to a friend