drone

Helsinki s’apprête à recevoir un tout nouveau mode de livraison par drone. Non, vous n’êtes pas en train de rêver, l’utilisation des drones prend un tournant inédit dans notre histoire. La startup Wing, appartenant à Alphabet, vient tout juste d’annoncer l’essai d’un service de livraison par drones dans la capitale. Des essais de plus en plus répandus. Il faudra attendre le printemps 2019 pour espérer recevoir sa petite commande par drone. Quelques paramètres sont à prendre en compte, les livraisons proposées doivent se situer dans un périmètre de 10km et doivent aussi peser moins de 1,5kg. De cette manière, la Finlande vient s’aligner avec la Belgique, puisqu’Amazon vient aussi d’y débuter des tests de livraisons par drones. La startup a commencé ses essais en Australie, avec des drones capables de livrer des burritos, divers accessoires de maison mais aussi des médicaments, mais n’a pas encore décidé ce que ses drones…

Turbulences pour pour le leader mondial du marché des drones de loisir, DJI. Des chercheurs de l’entreprise Check Point Software Technologies Ltd, spécialisée dans l’apport de solutions de cybersécurité, ont détecté des failles dans l’infrastructure informatique du fabricant de drones DJI. L’entreprise chinoise, créée en 2006 par Frank Wang et employant plus de 6 000 personnes, produit notamment les drones Phantom ou Mavic, très répandus sur le marché. On compte parmi les utilisateurs de drones made in DJI, de nombreux civils mais aussi des services de sécurité et secours comme les sapeurs pompiers français ou les services de police, les utilisant sur nombres d’interventions ou manifestations. La firme comme Blablacar et d’autres entreprises, a lancé un programme Bug Bounty. Ce dernier, permettant à des particuliers ou des entreprises de recevoir reconnaissance et compensation après avoir reporté des bugs sur des vulnérabilités par exemple. Check Point Research, a transmis un rapport…

Ces petits drones peuvent ouvrir des portes
Les créatures volantes qu’on a l’habitude de croiser de manière naturelle, les oiseaux, les chauves-souris ou encore certains insectes peuvent soulever jusqu’à 5 fois leur poids en volant. Estrada et l’Université de Stanford ainsi que l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne se sont inspirés du comportement des guêpes pour le développement de ces micros-drones.

Il est maintenant possible, grâce à une technologie d’eye-tracking, de contrôler un drone en regardant où vous voulez le déplacer. Une équipe de chercheurs a inventé une méthode permettant aux pilotes de drones de les guider à l’aide de lunettes. Quoi de plus simple ? Il existe déjà beaucoup de moyens de contrôle, étranges et gadgets, conçus pour aider les pilotes à guider leurs engins volants à travers le ciel. Des ingénieurs de l’Université de New York, de l’Université de Pennsylvanie et du Laboratoire de recherche de l’armée américaine présentent un nouveau système qui semble bien plus intuitif. Les chercheurs pensent qu’une telle technologie pourrait être utilisée pour aider les personnes ayant peu d’expérience de vol. Elles pourraient piloter en toute sécurité sans avoir recours à l’assistance un pilote expert. Comment ça fonctionne ? Il faut un drone (évidemment), une petite unité de calcul, et une paire de lunettes Tobii Pro 2.…

Le 4 aout dernier, Nicolas Maduro, le président vénézuélien a été la cible d’une attaque de drones, alors qu’il prononçait un discours devant des troupes militaires à Caracas. La tentative d’attentat aurait blessé 7 soldats d’après Jorge Rodriguez, le ministre vénézuélien de l’Information. Que sait-on de cette nouvelle attaque de drones ? Peu de temps après l’attaque de drone, les autorités vénézuéliennes seraient parvenues à arrêter 6 suspects. Dans un communiqué officiel, Nestor Reverol, le ministre de l’Intérieur, a donné plus de détails quant au dispositif utilisé par le groupe de terroristes. On sait à présent que ce sont deux drones DJI M600, chacun chargé d’un kilogramme d’explosif C-4, qui ont ciblé Nicolas Maduro. Ceux-ci sont de qualité professionnelle et principalement destinés aux cinéastes et aux photographes, mais ils sont également capables de faire d’importants dégâts sur un rayon d’environ 50 mètres. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la méthode d’assaut…

Des chercheurs travaillent sur un projet expérimental de drones qui seraient capable de repérer des comportements violents dans une foule en utilisant l’intelligence artificielle. Les scientifiques travaillant sur le projet ont rédigé un papier intitulé « Eye in the Sky », dans lequel ils expliquent comment fonctionne leur système. Un drone de la marque française Parrot permet de transmettre les images qui sont analysées en temps réel. Basé sur le deep learning, un algorithme entraîné se charge de repérer les comportements violents et de les faire correspondre avec des situations préalablement établies. Les chercheurs expliquent que ces dernières sont au nombre de cinq : les coups de pied, les coups de poing, l’étranglement, les tirs (avec une arme à feu) et les coups de couteau. Cependant, le dispositif testé par les chercheurs n’est pas encore en place. Plus le nombre de personnes apparaissant dans le cadre augmente, plus le taux…

Des ingénieurs de l’Université de Washington ont créé RoboFly. Ce petit drone est composé d’ailes battantes et est alimenté électriquement par un laser. Il a la taille d’un insecte et n’est pas plus lourd qu’un cure-dent ! Cette petite taille lui permettrait de se rendre dans des endroits inaccessibles par des drones de taille normale. Vikram Iyer un doctorant au Département de génie électrique de l’Université de Washington a confié à Digital Trends « Notre RoboFly est un robot à ailes battantes sans-fil de la taille d’un véritable insecte, équipé d’électronique de puissance et de calcul. » Comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous, il est capable de décoller et d’atterrir. C’est grâce à ses petites ailes, qu’il peut rester en l’air. Vikram Iyer explique également « la chose la plus excitante est que nous montrons le premier robot de ce genre qui peut décoller sans fils. Nous faisons cela en permettant…

Entre les conflits armés, le tourisme et autres catastrophes naturelles, de nombreux monuments du monde entier sont menacés. C’est de ce constat que Ben Kacyra a fondé CyArk. CyArk est une organisation à but non lucratif qui grâce à la photogrammétrie, la numérisation, la prise d’images par drone, analyse et numérise de nombreux monuments anciens. Pour l’instant CyArk a numérisé 25 lieux historiques provenant de 18 pays. Par exemple, le palais Al Azem en Syrie ou la ville de Chichen Itza au Mexique. Encore plus fort, en 2016, lorsqu’un tremblement de terre ravage de nombreux temples très anciens du Myanmar, CyArk les ressuscite en quelque sorte. Grâce aux photographies, aux scans et autres techniques de capture d’images, CyArk a été capable de créer des maquette 3D extrêmement précises de ces temples. La technologie des données récoltées par CyArk pourrait aussi permettre de faciliter les travaux de rénovations des monuments historiques.…

Send this to a friend