drone

L’équipe chargée de la sécurité des Jeux olympiques d’hiver en Corée du Sud a décidé de déployer des drones pour attraper d’autres drones sur l’événement. Pour s’assurer du bon déroulement des épreuves, les autorités ont décidé de mettre en place un service de sécurité aérienne grâce à l’utilisation des drones. De plus en plus de personnes possèdent un de ces objets volants à quatre hélices. La technologie est en train de se démocratiser et il est aujourd’hui possible de devenir l’acquéreur d’un drone pour quelques dizaines d’euros. C’est ce qui inquiète particulièrement les personnes en charge de la sécurité pendant les deux semaines durant lesquelles se déroulent les épreuves olympiques. Ils ont ainsi pris des mesures pour éviter qu’un objet volant non identifié vienne perturber les athlètes. Derrière ces mesures se cache une véritable problématique qui concerne ces appareils. Les pires scénarios envisagés par les forces de l’ordre incluent un…

Il faut croire que Boeing a une vision de développement technologique basée sur les drones, car en moins d’une semaine, le géant de l’aérospatial a présenter deux prototypes de drone. L’un servant les intérêts militaires avec un drone capable de ravitailler les avions et celui présenté hier : un drone « géant » capable de transporter plus de 220 kg de marchandises. Le drone de Boeing est présenté comme un véritable cargo aérien et figure comme une étape importante dans la stratégie eVTOL qui consiste aux engins aériens de décoller et atterrir verticalement. Amibtieux Boeing ajoute que ce drone pourrait servir de précurseur des futurs avions autonomes… Mais avant de s’emballer, il faut rappeler que le drone de plus de 300 kg et haut de 4 mètres n’est qu’à la phase de prototypage. Cependant, notons que son développement aura été rapide puisqu’en trois mois seulement, il a pu être testé au sein…

Le 12 octobre, le laboratoire Jet Propulsion Laboratory de la NASA a organisé une course de drones dans laquelle se sont affrontés une intelligence artificielle et un pilote professionnel. Mais alors, qui a gagné ? Il est commun de voir la NASA pratiquer toute sorte de tests afin de développer son utilisation de la technologie. Cette fois-ci la NASA a continué ses expérimentations au travers d’une course de taille qui opposait l’homme à la machine. Alors que Google a financé l’organisation de la course pour un projet portant sur les systèmes autonomes et la vision par ordinateur, il aura fallu deux ans à la NASA pour concevoir une intelligence artificielle capable de concourir. Pour cela, elle a construit trois drones du nom de Batman, Joker et Nightwing et s’est ensuite focalisée sur l’écriture de leur algorithme. Chacun des drones a embarqué la technologie Tango de Google, qui permet aux objets…

On connaissait les simulateurs de vols ou encore de course automobile. À présent les drones ont leur propre simulateur rendu possible grâce aux lunettes de réalité augmentée Moverio de la marque Epson. Les fans de la marque de drone DJI seront ravis puisque c’est le modèle Mavic Pro qui est modélisé grâce aux lunettes. Si les pilotes diront (avec raison) qu’une simulation holographique d’un vol de drone ne remplacera jamais la sensation réelle et l’expérience qui en découle, le simulateur a le mérite de vulgariser le vol auprès des amateurs. Enfin quand on dit vulgariser, les lunettes Moverio (modèle BT-300) sont au prix de 899€ à la Fnac, le coût n’est pas neutre… D’autant plus que le prix du DJI’s Mavic Pro est affiché au prix de 1 199€ sur le site éponyme, mais avec des prix plus bas sur d’autres plateformes comme Amazon ou PriceMinister. En savoir plus sur…

CNN vient de recevoir une dérogation spéciale de la part de la FAA qui l’autorise à utiliser ses drones au dessus de foules. C’est la première autorisation du genre, et cela ouvre une belle voie pour les médias aux États-Unis. La Federal Aviation Administration (FAA) est connue pour être très rigoureuse sur les dérogations. De son côté, CNN utilise les drones de Vantage Robotics, principalement le modèle Snap qui offre une qualité d’image en 4K. De plus, ce modèle a été spécialement conçu pour la sécurité de son environnement grâce à des rotors protégés, et un poids de seulement 620 grammes. L’autorisation obtenue offre au média la possibilité de faire voler ses engins à 45 mètres au dessus de personnes. CNN a longtemps travaillé sur un cadre de règles pour soumettre sa demande à la FAA. Appelée « The Reasonableness Approach » elle comprend les conséquences potentielles du crash d’un…

En 2016, la société californienne Zipline commençait la livraison de poches de sang par drones au Rwanda dans l’objectif de limiter les efforts du personnel hospitalier et de gagner du temps. Avant l’arrivée dans le pays, le personnel se rendait à l’hôpital principal de la ville situé à 60km, soit parfois plus de 4h aller-retour pour ramener les précieuses proches de sang. Une énorme perte de temps, et surtout, une méthode qui ne permettait pas vraiment de réagir à l’urgence. Aujourd’hui, The Verge a annoncé que la société Zipline allait poser ses valises en Tanzanie, un pays qu’elle avait en ligne de mire depuis quelques mois. Au Rwanda, le centre de distribution a été mis en place à 5 km de l’hôpital : équipé de 13 drones et de 2 lanceurs en acier, cette logistique permettait de livrer l’hôpital en 30 minutes. Chaque drone est semblable a un petit avion…

L’agence spatiale japonaise (Jaxa) a publié pour la première fois des photos et des vidéos prises sur la Station Spatiale Internationale (ISS) par son drone caméra Int-Ball. Int-Ball c’est une boule aussi mignonne que pratique. Elle a la capacité de filmer en direct et est contrôlée directement depuis la Terre. Entièrement fabriquée par impression 3D, elle s’appuie sur la même technologie que les drones. Avec ses grands « yeux » bleus elle peut se déplacer n’importe où et peut enregistrer des images sous n’importe quel angle. Elle pèse 1 kg pour un diamètre de 15 cm. Propulsée par 12 hélices, l’Int-Ball aura pour principale fonction de coller au point vue de l’astronaute pour un retour d’expérience optimal. De plus, lors de travaux de réparation ou d’opération qui nécessitent des photos, au lieu de mobiliser un autre membre de l’équipage l’Int-ball s’acquitte de cette tâche. Le drone a été livré au module japonais…

Send this to a friend