Les chercheurs du Massachusetts Institue of Technology viennent de mettre au point une nouvelle méthode, plus intuitive, pour contrôler les drones. Conduct-A-Bot : c’est le nom qu’ils ont donné à ce système. Plus besoin de tapoter sur un écran ou de tourner une manette dans tous les sens, un simple système de capteurs musculaires pourrait suffire à l’avenir.

Contrôler un drone à l’aide de capteurs musculaires

Aujourd’hui les pilotes de drones sont habitués à un système proche des manettes de jeux vidéo. Il faut généralement greffer son smartphone sur une manette pour contrôler un drone à distance. Les chercheurs du MIT CSAIL ont voulu aller plus loin en développant un système de capteurs musculaires pour permettre un contrôle “naturel” de l’engin volant.

Alimenté par des algorithmes de gestes, ce système détecte les mouvements et l’activité de l’avant-bras, du biceps et du triceps d’un humain. En fonction de l’intensité avec laquelle vous serrez votre poing, ou du mouvement de votre bras, le drone prendra une direction bien précise. Démonstration :

Conduct-A-Bot est une nouvelle méthode de contrôle beaucoup plus intuitive qu’une simple manette. Le pilote se fond avec son drone. Avec un peu d’entraînement, l’idée est de permettre aux pilotes de gagner en précision. Avec cette méthode naturelle, le système n’a pas besoin d’indices environnementaux, de calibrage ou d’un entraînement individuel. En d’autres termes, il vous suffit de le mettre en route et de commencer à le faire voler.

Les chercheurs sont encore en phase de test avec ce système de capteurs musculaires. La technologie est actuellement testée sur un drone Parrot Bebop 2. Pour le moment, il répond positivement à 82% des exigences des chercheurs. 1 500 gestes sont actuellement à l’étude, ce qui est particulièrement prometteur. Il est nécessaire d’aller encore plus loin avant d’imaginer une commercialisation d’un tel produit. Les scientifiques ont l’intention d’affiner la technologie, en permettant aux pilotes de paramétrer des gestes personnalisés.

Le nombre de drones augmente à travers le monde

Les drones sont de plus en plus nombreux au fil des années. Les particuliers les apprécient particulièrement et les drones de livraison commencent doucement à émerger à travers le monde. L’Allemagne se pose par exemple la question de remplacer ses camions par des drones de livraison. Un test concluant a déjà été réalisé dans la ville de Darmstadt. En juin 2019, l’Union européenne rédigeait même une charte commune pour réguler l’utilisation des drones.

Aux États-Unis, la Federal Aviation Administration (FAA) a donné son feu vert en octobre 2019 au géant UPS pour qu’il puisse faire voler ses drones de livraison. Plus récemment, l’hôpital de San Diego testait à son tour cette méthode pour transporter des échantillons de sang. Une flotte de drones Matternet a transporté des échantillons vers d’autres infrastructures médicales de la ville avec succès. On peut imaginer que le capteur musculaire du MIT pourrait potentiellement intéresser ces sociétés.