DeepMind : toute l'actualité sur siecledigital.fr

DeepMind

DeepMind, une startup Google spécialisée dans l’intelligence artificielle, travaille sur un aspect « social » de l’intelligence artificielle. En d’autres termes,  l’entreprise britannique cherche aujourd’hui à apprendre le travail d’équipe à son intelligence artificielle. Cette avancée serait basée sur le système de récompense, qui encourage l’IA de se concentrer sur sa performance positive. Jusqu’à présent, la coordination de différentes IA était difficile en l’absence d’une programmation claire. L’aspect social et la motivation étant pris en compte, la performance d’un robot pourrait être améliorée. Cette motivation sociale, qui est en réalité intrinsèque, a été présentée lors de la Conférence Internationale du Machine Learning la semaine dernière. Toutefois, avant de pouvoir comprendre tout cela, un robot doit passer par une phase d’essais et d’erreurs. Cette méthode s’appelle le « reinforcement learning ». En plus de cette méthode, d’autres expériences ont été effectuées, en intégrant le facteur de l’influence et l’analyse du comportement des autres. Cet exercice…

Souvenez-vous, c’était il y a presque 3 ans, l’intelligence artificielle de Google affrontait en direct le meilleur joueur de go au monde. Résultat du match ? Victoire du système virtuel. Il y a quelques jours, Blizzard et DeepMind ont organisé une série de parties entre leur intelligence artificielle et deux joueurs professionnels de Starcraft 2. Une fois encore, les humains n’ont pas su être à la hauteur : dix victoires et une seule défaite pour AlphaStar, l’IA développée par la filiale de Google. AlphaGo, l’IA qui avait battu plusieurs excellent joueurs de Go a depuis, pris sa retraite. À l’époque, DeepMind déclarait cela : « les parties palpitantes face aux meilleurs joueurs du monde, dans le pays où le go est né, ont marqué l’apogée d’AlphaGo comme compétiteur. C’est pourquoi le Future of Go Summit était la dernière compétition d’AlphaGo ». Aujourd’hui, AlphaStar a su mettre à mal l’équipe Team Liquid, composée…

La société britannique d’intelligence artificielle DeepMind transfère le contrôle de sa filiale santé à sa société mère, Google. Cette annonce, postée sur leur page web, soulève nombre de questions sur la confidentialité future des données des patients, qui étaient possédées par Deepmind Health. Dans un billet de blog, les fondateurs de DeepMind ont déclaré qu’il s’agissait d’un  » jalon majeur  » pour la société, qui allait aider à transformer son application Streams. Pour rappel, Deepmind est une société britannique spécialisée dans l’intelligence artificielle, créée en 2010 par Demis Hassabis, Mustafa Suleyman et Shane Legg. L’entreprise est rachetée le 26 janvier 2014, par Google pour plus de 628 millions de dollars américains. Les travaux de Deepmind dans le domaine des soins de santé ont notamment fait naitre l’application Streams. Cet outil à l’usage des infirmiers et médecins, a pour but de traiter une multitude d’informations complexes concernant les patients, et de les redistribuer au bon…

Après Quake III, le jeu de go, la 3D, StarCraft, ou l’ophtalmologie, Google a trouvé un nouveau domaine pour lequel mettre à contribution sa société DeepMind. Et cette fois, il s’agit de faire des économies et de l’écologie. La firme de Mountain View va placer la gestion de l’énergie de ses data centers dans les mains de l’intelligence artificielle. Dans un article publié sur le blog de DeepMind, Google explique que la moindre action pour améliorer l’efficacité de ses data centers peut avoir de grosses répercussions. Il s’agit d’un côté d’économiser en énergies, de l’autre émettre logiquement moins de CO2. « Nous portons ce système à un niveau supérieur : au lieu de recommandations mises en œuvre par l’homme, notre système d’IA contrôle directement le refroidissement du centre de données, tout en restant sous la supervision de nos opérateurs de centre de données. Ce système de contrôle dans le cloud,…

DeepMind, l’entreprise britannique spécialisée dans l’intelligence artificielle et rachetée par Google il y a quelques années, évolue à un rythme intéressant : elle est capable de jouer aux échecs, de devenir autodidacte et de modifier son comportement selon l’environnement dans lequel elle se trouve. La filiale de Google a développé une machine qui a appris à imaginer une scène de différents points de vue à partir d’une simple image. Par exemple, si l’on utilise la photo d’un vase devant un mur, l’intelligence artificielle interprète les différents éléments, et imagine une version 3D de cette scène, en calculant les ombres et les zones de lumière. Ce système que l’on appelle Generative Query Network (GQN), comprend et analyse les différents détails d’une image en 2D, pour ensuite recréer les relations spatiale des objects, en fonction de l’environnement, comme la position de la caméra par exemple. Ali Eslami, chercheur qui pilote ce projet chez Deepmind,…

DeepMind, succursale de Google travaillant sur l’intelligence artificielle a dévoilé une nouvelle version de son cerveau jouant au jeu de go : AlphaGo Zero. Ce nouveau programme présente de nouvelles compétences qui sont hors du commun. En effet, non seulement est elle bien meilleure dans la tâche qui lui a été confiée (jouer au jeu de Go), mais elle est aussi devenue autodidacte. L’IA joue de façon autonome et se renforce parties après parties. Google n’est en pas à son premier essai puisque des chercheurs du géant ont développé AutoML. C’est aussi une intelligence artificielle qui apprend elle-même à coder d’autres intelligences artificielles. AutoML est capable de concevoir un modèle « enfant », puis d’analyser les résultats de ses performances et ainsi réaliser des corrections sur ce modèle. L’opération se répète plusieurs milliers de fois, chaque nouveau prototype est plus puissant que le précédent. Mieux encore, elles sont de plus…

En 2016, l’intelligence artificielle AlphaGo avait battu 4-1 le joueur professionnel de jeu Lee Sedol lors d’une partie diffusée en direct. Ce week-end, AlphaGo a triomphé contre Ke Jie, un chinois âge de 19 ans et actuellement numéro un mondial du jeu de go. Pas de doute, aucun humain n’arrive à battre la machine aujourd’hui. Développée par Google DeepMind, l’équipe ne s’attendait pas à de tels résultats aussi rapidement et visait plutôt les 10 ou 20 ans à venir. Le jeu de go, originaire de Chine, suscite un grand intérêt principalement car c’est un jeu de stratégie combinatoire qui possède une grande possibilités de combinaisons. À l’instar des échecs, les techniques de jeu semblent infinies. Contre AlphaGo, Ke Jie a tenté de battre l’I.A a son propre jeu, en reprenant des coups qu’elle avait précédemment jouée, et qui n’était pas habituel en compétition. Malgré cela, la performance d’AlphaGo est sans…