CRISPR : toute l'actualité sur siecledigital.fr

CRISPR

L’éditeur de gènes CRISPR semble intéresser de près les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT). En effet, une équipe de scientifiques aurait utilisé CRISPR pour modifier génétiquement des polymères. Grâce à cela, ils sont convaincus que les substances médicamenteuses pourraient être plus efficaces, et changer de forme par la même occasion. « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » On se demande vraiment ce que CRISPR ne sait pas faire aujourd’hui. Souvenez-vous, nous avions largement entendu parler de la méthode CRISPR au moment où le chercheur chinois He Jiankui avait démarré un processus d’amélioration des embryons. En décembre dernier, une équipe de scientifiques du Southern University of Science and Technology de Shenzhen avait pour objectif d’éliminer le gène CCR5 de futurs nouveaux-nés. Les chercheurs du MIT ont découvert que l’éditeur de gènes CRISPR pouvait avoir des propriétés surprenantes. Concrètement, les nouvelles pistes explorées semblent montrer que CRISPR permet la…

Alors que nous apprenions en février dernier que CRISPR pouvait avoir un impact négatif sur les fonctions cognitives de l’Homme, les premiers essais officiels sur un humain viennent d’être rendus publics par des chercheurs américains de l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie npr.org. Deux patients atteints d’un cancer, l’un d’un myélome et l’autre d’un sarcome ont reçu des traitement liés à CRISPR après que leur traitement classique ne faisait plus d’effet. Pour rappel : CRISPR signifie Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats. En français ça donne Courtes Répétitions Palindromiques Groupées et Régulièrement Espacées. Derrière son abréviation, CRISPR a la possibilité de changer la face du monde. Elle peut avoir un impact mondial sur notre santé, jouer ainsi un rôle clé sur les systèmes de santé, mais aussi sur l’agriculture. L’objectif de l’essai en cours aux États-Unis est de permettre aux cellules immunitaires de s’introduire chez le patient dans l’objectif qu’elles puissent détruire les cellules cancéreuses. En revanche, nous ne sommes pas prêts…

Depuis 2016 la biotechnologie CRISPR fait parler d’elle dans bien des secteurs. Si l’on envisage de l’utiliser dans le cadre de traitement contre le cancer, ou pour lutter contre le VIH, d’autres applications sont à prévoir. C’est notamment le cas de l’agriculture. L’édition génétique végétale est déjà bien avancée et se présente comme une seconde vague d’innovation dont les protagonistes souhaitent se démarquer de la réputation sur les OGM. Calyxt, succursale du groupe pharmaceutique français Cellectis y travaille avec soin. Par exemple, elle se concentre sur l’huile de soja et tente de couper le gène responsable de la présence de gras trans. Néanmoins, en France et en Europe l’arrivée de telles solutions est encore dans le débat. Ceci permet de faire émerger des acteurs sur d’autres continents, surtout aux États-Unis et en Chine, où la génétique animale avance. CRISPR permettant des modifications simples, rapides, et moins onéreuses, quelques éleveurs se…

Une startup spécialisée dans la biotechnologie, Mammoth Biosciences, travaille sur un dispositif capable de détecter toutes sortes de maladies grâce à un échantillon de salive, d’urine ou de sang. Encore au stade de prototype, ce test pourrait révolutionner la manière dont nous testons les maladies, en les rendant accessibles et abordables à tous. L’utilisation est aussi simple qu’un test de grossesse. Il suffit de déposer de la salive, de l’urine ou du sang, sur une bande jetable, de la taille d’une carte de crédit. Les résultats sont ensuite interprétés à l’aide d’une application mobile. Le test pourra détecter plusieurs maladies à la fois. Pour parvenir à de tels diagnostics, le dispositif de Mammoth Biosciences se base sur le CRISPR, comme la plupart des innovations récentes en génétique. CRISPR-Cas9, sorte de « ciseaux à ADN », est une enzyme qui peut détecter une partie spécifique de l’ADN et la détruire. Les chercheurs s’intéressent depuis…

Cela fait bientôt un an que nous vous avons présenté CRISPR, bien que cette solution existe depuis déjà un certain temps. Ses champs d’action sont aussi vastes que le service qu’elle pourrait rendre au monde. C’est pour cela que l’entreprise fondée par sa créatrice a lancé un projet pour réaliser de premiers essais cliniques. CRISPR est un outil de modification génétique qui s’avère être puissant, peu onéreux, et facile à exploiter. Cette biotechnologie peut ajouter, supprimer, modifier le patrimoine génétique de n’importe quelle cellule. Qu’elle soit végétale, animale, ou humaine. De premières études ont montré qu’il était possible de retirer le VIH d’un animal vivant. D’autres ont permis à des chercheurs de stocker un GIF dans de l’ADN. Aux États-Unis, ce sont des embryons humains qui ont été édités avec CRISPR, mais sans les réimplanter par la suite. Emmanuelle Charpentier, une microbiologiste et généticienne française à l’origine de CRISPR-Cas9 a…

On est d’accord, ça fait peut-être un peu beaucoup pour un titre. Pourtant c’est bel et bien ce qu’a réussi à faire une équipe de chercheurs de l’Université de Harvard. En utilisant la technologie de CRISPR, ils ont été en mesure de stocker une vidéo à l’intérieur d’une bactérie vivante. CRISPR vaut pour Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats. En français ça donne Courtes Répétitions Palindromiques Groupées et Régulièrement Espacées. C’est une ‘technologie’ qui permet manipuler un gène afin le renforcer, ou parfois de lui retirer ses défauts. De cette manière, on pourrait retirer une maladie héréditaire à un nouveau-né par exemple. Ses performantes on déjà été mises à l’épreuve sur différentes maladies dont le VIH. Au mois de mai, des chercheurs de l’Université Temple et l’Université de Pittsburgh ont réussi à retirer l’ADN du virus VIH d’une souris. Au-delà des différents maux que pourrait traiter CRISPR, les chercheurs d’Harvard…