adn : toute l'actualité sur siecledigital.fr

adn

Catalog, une startup américaine dont le métier est l’archivage numérique, a voulu prouver l’efficacité de sa solution en sauvegardant l’ensemble des informations présentes sur Wikipédia, sous forme d’ADN. Les disques durs et les puces mémoires n’ont qu’à bien se tenir, une nouvelle technique d’archivage des données débarque sur le marché. 16 Go stockés sur des brins d’ADN L’intégralité de la version anglaise de Wikipédia, soit 16 Go, tient sur des brins d’ADN. C’est la prouesse qu’a démontrée la startup américaine Catalog. Les entreprises qui ont besoin d’archiver de grandes quantités de données pourraient être très intéressées par cette nouvelle technique de sauvegarde. L’ADN est vieux comme le monde, et pourtant il pourrait être l’avenir du numérique. L’ADN possède une caractéristique qui la rend particulièrement utile dans le secteur du stockage. Le code génétique est basé sur un système à quatre composantes alors que le langage binaire n’en possède que deux.…

Et s’il suffisait d’un coton tige pour rencontrer l’amour ? L’application américaine Pheramor propose à ses utilisateurs de trouver leur âme soeur grâce à des tests ADN. Puisque les opposés s’attirent, la startup fait le pari d’un site de rencontre qui formerait des couples aux gènes contraires. L’application se base sur un phénomène dont l’existence n’a pourtant jamais été prouvé chez les humains : les phéromones. Selon certaines études, lors d’une attirance physique entre deux individus, ces derniers relâchent des substances chimiques, dont les phéromones. L’émission de ces substances est plus forte lorsque l’ADN des deux partenaires est différent. Pour 19,99$ (plus des frais d’adhésion mensuels de 10$), Pheramor enverra un kit de prélèvement ADN à retourner à la startup. L’entreprise associera cette information avec les traits de personnalité et les intérêts recueillis sur les réseaux sociaux pour proposer des partenaires. HOUSTON, WE HAVE LAUNCHED. The world's first science-based dating…