Voici la preuve que tout peut arriver sur le web, même sur un réseau supposé chiffré. Aussi étrange que cette histoire puisse sembler, elle est pourtant bien réelle. Les trafiquants de drogue n'ont plus le droit à l'erreur, ils sont prévenus. Une simple photo publiée sur le web peut les trahir. Selon The Verge, cette photo d'un vulgaire morceau de fromage a suffi pour faire condamner un trafiquant de cocaïne et d'héroïne à 13 années de prison.

La police de Merseyside a pu remonter la trace du trafiquant avec cette simple photo de fromage

Le fait s'est produit au Royaume-Uni. La police britannique de Merseyside a réussi à identifier ce trafiquant de drogue du nom de Carl Stewart (39 ans, vivant à Gem Street, Liverpool). Après s'être fait démasquer en publiant cette photo de fromage sur le web, l'homme a plaidé coupable aux accusations qui lui étaient reprochées. Il fera 13 ans et six mois de prison. Dans sa cellule, il aura le temps de regretter d'avoir publié cette photo de fromage. Preuve ultime que tous les contenus sur le web peuvent divulguer des informations insoupçonnées.

Par exemple, si vous publiez votre badge de vaccination, vous allez révéler votre nom, votre prénom et votre date de naissance. Cela peut sembler anodin et pourtant vous vous exposez à un risque d'usurpation d'identité. En France, plusieurs députés souhaitent accélérer le déploiement de l'identité numérique pour permettre aux internautes d'utiliser des services web grâce à leur identité, en toute sécurité. Cette technologie pourrait rendre possible la réalisation d'opérations sensibles comme le vote électronique.

Ne laissez pas vos empreintes digitales sur le web

En ce qui concerne Carl Stewart, il y a eu deux erreurs majeures de commises en partageant cette photo de fromage. En effet, comme vous pourrez le constater sur l'image, l'homme laisse clairement apparaître ses empreintes digitales. La police de Merseyside n'a eu aucune difficulté pour les utiliser afin de l'identifier. Si Carl Stewart n'est pas le premier criminel à se faire démasquer de cette façon, c'est une nouvelle preuve que vos empreintes digitales sont loin d'être les identifiants "top secret" que nous considérons souvent comme tels.

Deuxième erreur : la photo a été publiée sur EncroChat, une messagerie supposée être chiffrée. Pourtant en mars 2021, les autorités ont réussi à compromettre la clé de chiffrement de cette plateforme. Comme Signal ou d'autres applications chiffrées, cette application de messagerie est largement utilisée par les criminels pour dissimuler leurs activités.

Cette prouesse technologie a donc permis aux policiers de Merseyside d'identifier environ 10 000 utilisateurs britanniques directement impliqués dans "la coordination ou la planification de l'approvisionnement et de la distribution de drogues et d'armes, de blanchiment d'argent et d'autres activités criminelles". Selon la police, 60 000 criminels ont pu être identifiés dans le monde.