mark zuckerberg - Page 2 of 3 : toute l'actualité sur siecledigital.fr

mark zuckerberg

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg vient de dépasser Warren Buffett et devient ainsi la troisième personne la plus riche au monde. C’est d’ailleurs la première fois, que les trois premières personnes de ce classement on fait fortune grâce à aux nouvelles technologies. À la première place du classement, on retrouve Jeff Bezos et une fortune estimée à plus de 140 milliards de dollars grâce à Amazon suivi de Bill Gates et ses 94,2 milliards de dollars. À 34 ans seulement, la fortune de Zuckerberg a atteint plus de 80 milliards de dollars, 81,6 milliards de dollars pour être précis. Cette somme représente environ 300 millions de dollars de plus que l’homme d’affaires et investisseurs américain, Warren Buffett. Malgré le récent scandale lié à Cambridge Analytica, Facebook et son fondateur se portent bien. Depuis quelques mois, Facebook est un peu secoué, voyant son nom dans de nombreux articles de presse,…

Le Parlement européen a invité le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, à donner des explications sur le scandale Cambridge Analytica. Il y a quelques jours, Zuckerberg participait à une audition devant le Congrès américain. Pendant deux jours et une dizaine d’heures successives, il a répondu aux questions des membres et tenté de rassurer les entités impliquées. Néanmoins, les entretiens du PDG ne semblent pas encore terminés puisque le Parlement européen a indiqué qu’il souhaitait poser plusieurs questions au PDG de Facebook. Le 12 avril, un porte-parole du Parlement a indiqué à Reuters qu’il souhaitait que Zuckerberg vienne apporter des réponses au scandale Cambridge Analytica. Actuellement, Zuckerberg a décliné l’invitation puisque celui-ci participe déjà à un débat à Strasbourg le mercredi 18 avril. L’agence de presse rapporte également les paroles de Marjory Van der Broeke, porte-parole adjointe du Parlement européen, qui indique : « On l’avait invité cette semaine, mais il…

Un reportage diffusé sur une chaîne américaine il y a quelques mois révélait que le réseau social Facebook espionnait les discussions téléphoniques de ses utilisateurs à des fins commerciales. Auditionné par le Sénat américain cette nuit pendant plus de cinq heures, Mark Zuckerberg a nié l’utilisation d’une telle pratique. Le sénateur démocrate Gary Peters avait vraisemblablement eu écho de cette rumeur, puisque c’est lui qui a questionné le patron de Facebook à ce sujet. « Permettez moi d’être clair sur le sujet. Vous êtes en train de parler d’une théorie conspirationniste qui laissait penser que nous écoutions ce que vous disiez à votre téléphone. Nous ne faisons pas ça » s’est -une nouvelle fois- défendu l’ancien étudiant d’Harvard. Zuckerberg pinky swears that Facebook isn’t using your microphone to spy on your conversations for ad targeting, ok?https://t.co/e94gZLcGs4 pic.twitter.com/hdi1TvTnEf — Richard Lawler (@rjcc) 11 avril 2018 Le multi-milliardaire a ajouté que le seul moment…

Hier, nous vous dévoilions le texte d’intervention de Mark Zuckerberg qu’il lira lors de son témoignage face au Congrès mercredi. À l’occasion de son premier témoignage dont le but est d’expliquer le rôle de Facebook sur l’affaire Cambridge Analytica, face au Sénat mardi après-midi, Mark Zuckerberg fait couler beaucoup d’encre. Comme prévu, ses mots, ses attitudes et ses réponses sont décortiquées avec une grande précision. L’un des échanges marquants est le suivant : • Sen.Orrin Hatch : « Précédemment, vous avez dit que Facebook serait toujours libre, est-ce toujours votre objectif ? »  • Mark Zuckerberg : « Sénateur, oui. Il y aura toujours une version gratuite de Facebook. Notre mission est d’essayer de connecter les individus à travers le monde et de rapprocher le monde. »  En utilisant le terme « version gratuite », Zuckerberg laisse planer le doute sur une version payante de Facebook ou tout du moins une manière…

Mark Zuckerberg témoignera ce 10 avril, aux côtés des patrons de Google et Twitter, devant la commission judiciaire du Sénat. La prise de parole la plus attendue et surtout la plus controversée concerne celle de mercredi 11 avril, devant le Congrès. Alors que Zuckerberg est invité à s’expliquer sur l’affaire Cambridge Analytica, USA Today a annoncé que les membres du comité qui l’ont interrogé étaient les plus grands bénéficiaires des contributions de Facebook. La Commission de l’Énergie et du Commerce du Congrès américain qui le recevra est celle qui a reçu le plus de contributions. Les membres de la Commission ont reçu près de 381 000 dollars depuis 2007. Sur les 55 membres, tous, sauf neuf ont reçu des contributions pouvant atteindre 6 800 dollars pour les républicains et 6 750 dollars pour les démocrates. Le président du Comité, Greg Walden a lui reçu 27 000 dollars. C’est ce dernier qui avait demandé à…

Tous les messages envoyés par le PDG de Facebook n’apparaissent plus dans les boîtes de réception. Si le réseau social admet les avoir supprimés, il explique que c’est pour la sécurité de l’entreprise. Pour n’importe quel utilisateur de Messenger, il est impossible de supprimer les messages envoyés dès lors qu’ils se trouvent dans la boîte de réception du destinataire. Néanmoins, il y en a bien un qui est passé au-dessus des lois puisque tous les messages envoyés par Zuckerberg ne sont plus accessibles sur la plateforme de messagerie. Pour justifier ses actions, le réseau social a indiqué à TechCrunch : « Après que les courriels de Sony Pictures aient été piratés en 2014, nous avons apporté un certain nombre de changements pour protéger les communications de nos dirigeants […] Il s’agissait notamment de limiter la période de conservation des messages de Mark dans Messenger. Nous l’avons fait en pleine conformité…

Alors que Facebook peine à sortir du scandale de l’affaire Cambridge Analytica, une note interne, signée par un haut dirigeant du réseau, Andrew Bosworth, suscite l’indignation. Dans ce mémo daté de 2016 et révélé par Buzzfeed, l’un des plus fidèles lieutenants de Mark Zuckerberg, déclare que la quête de croissance de Facebook justifie certaines dérives, dont le décès d’utilisateurs. « Tout le travail que nous faisons dans le domaine de la croissance est justifié […] Il est possible que cela coûte une vie en exposant quelqu’un au harcèlement. Il est possible  que quelqu’un meure dans une attaque terroriste coordonnée à travers nos outils », affirme Andrew Bosworth dans cette note. Des propos que l’intéressé n’a pas démenti mais dont il veut minimiser la portée. Il explique ne jamais avoir été en accord avec ses écrits et que le but était d’ouvrir le débat. My statement on the recent Buzzfeed story containing a post…