Avant de vivre dans le métavers, les utilisateurs auront besoin des dispositifs pour y parvenir. Dans une enquête publiée le 13 avril, The Verge révèle toutes les difficultés et défis auxquels font face les équipes de Meta pour les développer, sous la surveillance étroite de « l’œil de Sauron », Mark Zuckerberg.

Mark Zuckerberg veut enterrer les smartphones

« Il veut que ce soit un moment iPhone », voilà l’ambition du fondateur de Facebook pour ses futurs appareils de réalité virtuelle, à en croire le témoignage d’un ancien employé du groupe. En renommant son entreprise Meta, Mark Zuckerberg a mis l’accent sur le développement d’un métavers, présenté comme l’avenir du numérique, bien qu'encore technologiquement inaccessible. Le pari repose essentiellement sur les appareils électroniques qui succéderont à l’hégémonie du smartphone et leurs systèmes d’exploitation dominants, iOS et Android.

L’ambition est immense, les moyens pour y parvenir le sont tout au temps. La division réalité virtuelle/réalité augmentée de Meta, qui travaille sur les dispositifs et les logiciels afférents, représente 10 milliards de dollars d’investissement en 2021 et les dépenses devraient encore augmenter dans les prochaines années. 18 000 salariés débauchés à prix d’or chez Microsoft, Apple, Google… s’affairent sur le grand projet du PDG.

Pour Mark Zuckerberg le succès de « Meta » et de ce que cela représente est une question d’ego. Le groupe traverse l’une des périodes les plus compliquées de son existence : éternel débat sur le respect de la vie privée et de la modération sur ses réseaux, ralentissement de l’adhésion des utilisateurs, poursuites antitrust pouvant entraîner un démantèlement de Facebook, WhatsApp, Instagram, chute des revenus publicitaires avec l’App Tracking Transparency d’Apple, chute en bourse… La réussite des projets de périphériques vers le métavers prouvera que le groupe et son fondateur conservent toute la créativité et le talent d’innovation de ses débuts.

Meta prévoit toute une gamme de périphériques vers son métavers

Cet horizon d’attente passe par plusieurs projets en développement depuis 2018. Le premier d’entre eux a pour nom de code Nazare. Il s’agit d’un casque de réalité virtuelle fonctionnant sans smartphone, avec un dispositif dédié pour répartir la puissance de calcul. Pour Mark Zuckerberg il doit offrir une expérience complète à sa sortie, environnement 3D, large champ de vision et design attrayant.

Démonstration de l'interface en réalité augmentée créée par Facebook et contrôlée depuis un bracelet connecté

Grâce à un bracelet connecté, Facebook va permettre aux utilisateurs de contrôler avec leurs doigts une interface en réalité augmentée. Capture d'écran : Siècle Digital / Facebook.

Le projet doit aboutir en 2024 pour sa première édition, 2026 pour une seconde plus légère et perfectionnée, 2028 pour une troisième. Ces objectifs sont encore entravés par des difficultés de développement. Le système d’exploitation pose des problèmes et a dû être moins ambitieux, en restant proche des Meta Quest, le poids du dispositif est significatif, 100 grammes, l’autonomie est limitée à seulement 4 heures.

Il devrait à terme fonctionner avec un périphérique d’un genre nouveau, présenté par Mark Zuckerberg lors de sa conférence d’octobre, un bracelet capable de lire (plus ou moins) dans les pensées. Le projet est qualifié d’innovation la plus enthousiasmante de Meta et au-delà par d’anciens et actuels employés interrogés par The Verge.

Le dispositif a été imaginé par la startup CTRL-Labs, rachetée en 2019 par le groupe. En utilisant l’électromyogramme (EMG), les impulsions électriques dans le système nerveux périphérique, il serait capable de comprendre certains ordres à exécuter. La troisième version d’une hypothétique future montre connectée made in Meta devrait en être dotée et s’associer avec Navare et Hypernova.

le bracelet développé par Facebook pour interagir avec son interface

Le prototype de bracelet développé par Facebook, équipé de capteurs électromyographiques pour "interpréter" les mouvements de l’utilisateur. Image : Facebook.

Attention à ne pas se brûler les ailes

Hypernova est un autre projet de casque programmé pour 2024. Moins ambitieux que Nazare, il devrait lui fonctionner avec l’aide d’un smartphone. Un troisième casque, Cambria, incarnant la nouvelle génération d’Oculus, devrait voir le jour au cours de l’année 2022. Enfin, les Ray-Ban Stories sont déjà sorties, avec des ventes décevantes pour le moment.

Le risque pris par Meta est à la hauteur de ses espérances. Pour le moment, les casques ou lunettes de réalités augmentées et virtuelles n’ont pas encore trouvé un large public. Même Nazare vise, pour sa première édition, avant tout un public de technophiles et de développeurs. Le groupe se donne jusqu’à 2030 pour en démocratiser l’usage et s’imposer face aux produits concurrents d’Apple, Snapchat ou Microsoft... Alex Himel, vice-président pour la réalité augmentée de Meta, a donné à ses équipes comme but la vente de 10 millions de lunettes intelligentes d’ici la fin de la décennie… Bonne chance.