Nos prédictions pour le F8 2019

L’année dernière, Facebook était en plein tir groupé suite au scandale de Cambridge Analytica. Le réseau social a repoussé bien des annonces, notamment le lancement de son enceinte connectée : Portal. Se sont joints à cela quelques mea cupla, et une volonté de revoir un peu le fonctionnement du groupe Facebook. Il faut y associer Instagram, WhatsApp, Messenger, Oculus. Le seul mot d’ordre aura été de faire des stories LE format standard des plateformes.

Cette année, on pourra d’abord s’attendre à un retour sur l’évolution des stories qui ont atteint 500 millions d’utilisateurs quotidiens, rien que sur Facebook. S’y joindront certainement des nouveautés publicitaires pour les annonceurs, autant que des nouvelles fonctionnalités pour les développeurs.

Au-delà des stories, les différentes plateformes du groupe ont montré quelques tests, et changement d’interfaces.

Quelles annonces à venir pendant le F8 de Facebook ?

Unification du fil d’actualité et des stories

Récemment, des utilisateurs ont mis en lumière une changement de l’interface utilisateur. Plutôt que de descendre de façon verticale dans son fil d’actualité, il était possible de naviguer entre les publications en faisant glisser l’écran vers la gauche ou vers la droite.

Il s’agit d’un fonctionnement propre aux stories, mais qui pourrait représenter un intérêt, tant le ’swipe’ (fait de glisser avec son pouce à gauche ou à droite) est devenu populaire. Cela permettrait, sur Instagram par exemple, de présenter de vraies publications en plus de stories et ainsi redonner de la visibilité à des contenus que l’on irait pas voir.

Facebook Dating

C’est un marché très porteur. Autant pour les données récoltées, que pour l’expérience des utilisateurs, et que pour les annonceurs à placer. Le service Facebook Dating avait été présenté l’année dernière pendant le F8 2018. Des tests ont démarré au mois d’aout 2018, puis le service a été lancé en Colombie au mois de septembre, et puis plus rien.

Facebook possède une base d’utilisateurs monstrueuse, et connait tout d’eux. Contrairement au fait de devoir installer Tinder, Happn, ou une autre application, l’expérience de rencontre pourrait se faire directement sur le réseau social. Ainsi, il serait totalement légitime pour Facebook de se lancer sur ce secteur. D’ailleurs, lors de cette annonce l’année dernière, l’action du groupe Match (Tinder, OkCupid, et autres) avait plongé.

Des avatar pour concurrence Bitmoji

Depuis la première apparition de Facebook Spaces, la version VR du réseau social, les utilisateurs peuvent créer leur avatar. À l’instar des Bitmoji, il est censé se rapprocher de leur apparence physique, mais en version cartoon. Après plusieurs améliorations, on peut s’attendre à ce qu’ils soient déployés en dehors du système Oculus.

Snapchat et ses Bitmoji ont récemment mis un coup de collier avec une option pour personnaliser des personnages dans les jeux. En bon gourmand, et ayant déjà une grosse plateforme de jeu, on peut supposer que Facebook ira surement dans cette voie, avec sa propre solution. Également, puisqu’il y a Bitmoji dans Tinder, on pourrait voir les avatars de Facebook arriver dans son application de rencontre.

Regroupement des messageries

Depuis novembre 2016, les entreprises qui gèrent une page et qui ont un compte Instagram ont la possibilité de gérer leurs messages directement depuis leur page ou l’outil de messagerie.

Suite à une interview accordée au New York Times, on apprendra que Mark Zuckerberg projette d’unifier ses messageries Instagram, Messenger, et WhatsApp. L’idée étant de permettre à une personne utilisant Facebook d’envoyer un message crypté à une personne utilisant uniquement WhatsApp. Chaque application continuera à fonctionner de manière autonome. Subsiste de lourdes questions sur les données collectées, et le respect de la vie privée des utilisateurs.

Une telle mise en place représente un défi technique d’envergure, mais pas irréalisable pour le groupe. On pourra donc découvrir pendant le F8 un premier aperçu de ces projets.

Repenser Instagram

Il est possible que le groupe Facebook jette un pavé dans la marre de l’influence, surtout la fausse. Alors que la société vient de lancer une poursuite contre une société Néo Zélandaise qui vendait des faux likes et abonnés, des changements doivent s’imposer. À l’instar de Twitter qui a verrouillé bon nombre d’API et réduit les capacités de suivre des gens de façon trop artificielle, Instagram n’a pas dénié changer cela.
Il est possible qu’en voulant limiter les données qui sont envoyées aux applications tierces, le groupe en soit venu à embarquer les API qui sont utilisées pour gérer les applications de fake influence.

Outre l’omniprésence des outils de follow/unfollow, Instagram pourrait retourner à ses premiers amours, et faire un pied de nez aux influenceurs. Si certain se moquent du nombre de likes sur une photo, les marques, elles, ont besoin de cet égo lors des collaborations. Or, le réseau social teste actuellement une version où le nombre de likes sur une publication n’apparaît pas. De quoi remettre les utilisateurs dans le droit chemin.

Un Facebook Actualités en opposition à Google Actualités ?

Après le lancement de nombreuses mesures pour évaluer la qualité d’une page, afficher les publicités en cours, et présenter des contenus de qualités dans le fil d’actualité, il est possible que les médias regagnent en visibilité sur Facebook.

Depuis le mois d’avril, le réseau social teste un onglet News. On y retrouve des actualités provenant de médias mainstreams, mais aussi des recommandations de pages à suivre.

Sur le Business Manager, les administrateurs de pages en France peuvent d’ores et déjà soumettre leur média. Nous avons effectué cela le 29 avril, à voir si l’intégration impose une certification de la page (que nous n’avons pas) et/ou d’être un plus gros médias.

Capture d'écran de l'inscription d'un page d'acutalités dans le Business Manager
Capture d’écran de l’inscription d’un page d’acutalités dans le Business Manager.

Le programme publié sur le site du F8 révèle quelques autres surprises auxquelles ont peut s’attendre concernant la réalité virtuelle, la réalité augmentée, du gaming, mais aussi le développement informatique (au sens très large).
Quelques ateliers sont prévu pour Oculus for Business, et beaucoup d’autres pour Spark AR. Facebook pourrait donc lancer beaucoup d’éléments d’interactions, pour les deux réalités. Cela pourrait être en lien avec du ecommerce, avec des filtres, avec des jeux en réalité augmentée, les possibilités sont vastes.
Le groupe devrait aussi présenter quelques nouveautés pour les développeurs de jeux sur Instant Games, mais également pour les chatbots et applications sur Messenger.

Pour suivre tout cela, il faudra suivre le direct de Facebook, avec une keynote d’ouverture qui commencera à 19h00. C’est durant cette première heure que l’on pourra prendre la température de ce qui va être présenté.

Send this to a friend