Qualcomm : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Qualcomm

En début de semaine, Qualcomm faisait une annonce particulièrement intéressante : le plus grand fournisseur de puces électroniques au monde prévoit de lancer une nouvelle gammes de puces Wi-Fi nommée « Network Pro Series », conçue pour fonctionner avec le Wi-Fi 6 et en faciliter l’accès. 4 nouvelles puces ultra-puissantes Qualcomm vient d’officialiser le lancement de quatre puces destinées à être embarquées dans des points d’accès sur les routeurs des particuliers ou des entreprises. Étonnement, l’entreprise américaine affirme que cela pourrait même permettre d’augmenter les ventes des puces 5G. Pour Rahul Patel, vice-président et directeur en charge de la connectivité chez Qualcomm : « le Wi-Fi 6 doit être développé de façon conjointe avec la 5G parce que les deux technologies sont complémentaires et que seule l’union des deux pourra répondre aux futurs enjeux de connectivité ». Voici les 4 nouveaux produits annoncés par Qualcomm : Qualcomm Networking Pro 1200, Pro 800, Pro 600 et Pro…

Dans le plus grand secret, les deux géants américains que sont, Qualcomm et Intel, tentent de faire discrètement pression sur le gouvernement américain pour qu’il assouplisse l’interdiction de Huawei. La société chinoise était un client important. Les entreprises américaines s’inquiètent des répercussions que ce décret national pourrait avoir sur leur chiffre d’affaires. Huawei faisait vivre les géants américains En 2018, Huawei a dépensé 70 milliards de dollars (62,3 milliards d’euros) pour acheter des composants électroniques. 11 milliards de dollars (9,8 milliards d’euros) ont été dépensés dans des entreprises américaines comme Qualcomm, Intel, par exemple. Reuters rapporte les propos de responsables de ces entreprises : « il ne s’agit pas d’aider Huawei. Il s’agit seulement de prévenir les préjudices que cette interdiction pourrait causer aux entreprises américaines ». Qualcomm aimerait pouvoir continuer à expédier des puces à Huawei pour des appareils courants comme les smartphones et les montres intelligentes. L’entreprise est persuadée que…

La situation s’aggrave pour Huawei, après que Google ai annoncé la destitution de la licence Android pour le constructeur chinois, Intel, Qualcomm, et Broadcom se sont à leur tour pliées au décret du gouvernement américain. Bloomberg rapporte que les trois entreprises ont décidé de mettre fin à leurs relations avec Huawei. Côté européen, le fabricant de puces allemand Infineon Technologies aurait également suspendu tout export à destination de Huawei, tout comme Micron Technology et Western Digital. Ces décisions font évidemment suite à la révocation brutale de la licence Android de Huawei par Google, ainsi que l’interruption de ses accès au Play Store. Cette annonce oblige donc la société chinoise à développer sa propre version en partant du code Android Open Source Project. C’est un vrai coup de grâce pour l’entreprise chinoise. Intel fournissait des puces de serveur, ainsi que les processeurs des Matebook. L’abandon de Qualcomm a bien moins d’impact…

La semaine dernière, Apple et Qualcomm annonçaient avoir trouvé un accord à l’amiable après près de deux ans de batailles juridiques diverses. Les deux firmes, réconciliées, pouvaient de nouveau collaborer sur le secteur des puces 5G… Une nouvelle qui conduisait Intel à annoncer dans la foulée abandonner le marché des modems destinés aux smartphones, pour mieux se concentrer sur les technologies sans-fil intégrées aux PC et aux objets connectés. Cette semaine, Bob Swan, CEO d’Intel, a admis que cette décision était bien la résultante du rapprochement pour le moins inattendu de Qualcomm et Apple . Si Intel assure continuer à considérer la 5G comme une « priorité stratégique », son dirigeant s’est exprimé auprès du Wall Street Journal (via The Verge) sur les facteurs qui ont conduit le fondeur californien à se retirer du marché des puces cellulaires pour mobiles ; et ce malgré de longs mois consacrés au développement du XMM 8160,…

Le verdict est tombé. Apple va devoir s’acquitter de la somme de 31 milliards de dollars pour avoir violé trois brevets Qualcomm, soit 1,4 dollars par iPhone en infraction, comme le rapporte CNET. Un montant qui correspond aux dommages et intérêts demandés par la firme.Cette décision annoncée par un tribunal américain fait suite aux violations de brevets liées à l’iPhone 7,8 et X. Ce procès donne ainsi raison à Qualcomm. La guerre Apple/Qualcomm devrait se terminer en avril La bataille entre les deux entreprises est colossale et remonte à plusieurs années à présent. Qualcomm était fournisseur d’Apple durant plusieurs années. Mais la collaboration a pris fin lorsque Apple a porté plainte contre la firme. Depuis les plaintes ne cessent de tomber. En début d’année, un tribunal allemand a rejeté la plainte de Qualcomm contre Apple concernant le vol de secrets commerciaux. Qualcomm a cependant remporté une petite victoire lorsque le…

Il s’agit d’une technologie WiFi baptisée Terragraph. Celle-ci est le fruit de recherches réalisées par Facebook. Une technologie en open source dévoilée en 2016. Elle est sans fil et fonctionne grâce aux ondes millimétriques 60 GHz. Elle devrait permettre d’alimenter en haut débit de 5G la ville d’Alameda en Californie. Celle-ci est conçue pour contourner les lignes à fibres optiques dont le coût est démesuré. Le Terragraph peut être fixé à une infrastructure, comme un immeuble par exemple, et ainsi diffuser de la WiFi pour tous ses habitants. Facebook n’est pas la seule société à vouloir proposer de la 5G rapidement : Verizon va déployer sa 5G dans 30 villes avant la fin de l’année 2019. Engadget a contacté Common Networks, une start up de la Silicon Valley qui utilise déjà une fréquence à ondes millimétriques 60 GHz. Cette société a précisé qu’elle utilisera certainement le système de Facebook pour se connecter à…

Le torchon brûle depuis des mois entre Apple et Qualcomm. Tandis que la marque à la pomme annonçait dernièrement qu’un procès en bonne et due forme serait inévitable pour régler ses désaccords avec le fondeur californien, Qualcomm s’est pour sa part attaché à compliquer autant que possible la vie d’Apple en Chine (et plus marginalement en Allemagne) sur les dernières semaines de l’année 2018, en tentant d’y faire interdire un maximum d’iPhone à la vente. Dans ces conditions, autant dire que les informations retransmises en début de semaine par Cnet US (via The Verge) ne se montrent pas des plus surprenantes. Ce lundi, le média spécialisé américain relayait les dires de Jeff Williams (Chief Operating Officer d’Apple), amené à témoigner devant la Federal Trade Commission dans le cadre d’un procès justement intenté par Apple à Qualcomm. L’intéressé expliquait notamment à la cour que Qualcomm aurait purement et simplement refusé de faire…