international : toute l'actualité sur siecledigital.fr

international

Au coeur du quartier des affaires de Montréal, j’ai eu le plaisir de rencontre Olivier Laquinte, Président de TALSOM depuis plus de 10 ans. L’occasion de se pencher sur le fonctionnement d’un cabinet spécialisé dans la transformation digitale et l’innovation. Retour sur un échange à propos des pratiques numériques des entreprises québecoises, de la conduite du changement et de la situation digitale de la région. Bonjour Olivier, pourrais-tu me parler de Talsom, un cabinet spécialisé dans la transformation numérique à 360° et de son mode de fonctionnement ?  Nous sommes une entreprise de conseil en management technologique. Nous accompagnons nos clients à travers leur transformation numérique. Pour ce faire, nous avons trois grands points d’entrée ; premièrement, nous disposons d’un studio d’innovation qui a pour fonction d’aider nos clients à développer et définir des nouveaux services numériques et à se réinventer d’une manière « innovationnelle » à travers des approches de design…

La Nouvelle-Calédonie est un territoire français « perdu » aux confins du Pacifique. J’ai eu le plaisir de me rendre dans cet endroit où la préservation écologique n’est pas un vainc mot et d’y rencontrer un acteur majeur de la transformation digitale locale : Mathieu Derex, fondateur et CEO de l’agence de communication digitale « La Fabrik ». Un parcours atypique qui nous renseigne sur l’évolution de ce marché particulier. Bonjour Mathieu, tu es le Directeur Général de l’agence de communication digitale « La Fabrik » créée en 2005 et basée à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie. Peux-tu me raconter ton parcours et l’historique de l’agence ainsi que son offre actuelle ?  Bonjour Guillaume. Âgé aujourd’hui de 38 ans, j’ai, à l’origine, réalisé des études d’art graphique et de multimédia pendant trois ans à l’école « MJM Graphic Design » en alternance à Paris. Ensuite, j’ai commencé ma carrière professionnelle dans le web en 2000 à la fameuse époque de « la bulle internet »…

« La transformation digitale au Myanmar, ça existe, ça ?». Ainsi furent les premiers mots teintés de moquerie qui précédèrent la première étape de mon long périple à la rencontre des acteurs de la transformation digitale « all over the world ». A travers cette série d’articles, je vais donc tenter de vous décrire l’état « numérique » des pays que je traverse, non pas de manière exhaustive ou « toute savante », mais à travers le prisme de mes rencontres avec ces personnes d’ailleurs pour qui la « TranfoDig » est une réalité parfois différente mais tout aussi enrichissante que la nôtre. Bienvenue dans un voyage à travers le monde 1,2,3,4.0 ! Crise économique mondiale : un drôle d’effet papillon !  Située « au bout du monde » et dotée d’un territoire quasiment aussi vaste que celui de son partenaire stratégique majeur, les Etats-Unis, pour seulement 8% de sa population totale, l’Australie n’en demeure pas moins sujette à la concurrence…

David Kaye, expert en surveillance de l’ONU, a réclamé un moratoire international sur la vente des logiciels d’espionnage. Comme l’explique Reuters, dans son rapport publié mardi dernier, il estime que les gouvernements utilisent ces logiciels, fabriqués par des entreprises privées, de manière abusive. Les Droits de l’Homme sont clairement en jeu L’expert des Nations Unies a écrit que « la surveillance de certaines personnes, très souvent des journalistes, des militants, ou encore des personnalités de l’opposition, peut conduire à des détentions arbitraires, parfois à la torture et éventuellement à des exécutions extrajudiciaires ». Il explique qu’il aurait reçu des témoignages détaillés décrivant l’utilisation de ces logiciels par certains gouvernements. Pour David Kaye, ce sont les principes des Droits de l’Homme qui sont en jeu avec ce genre de technologie : « les États devraient immédiatement imposer un moratoire sur l’exportation, la vente, le transfert, et l’utilisation des outils de surveillance, jusqu’à ce qu’un régiment…

Il est l’une des figures principales de l’entrepreneuriat au Vietnam et, sa startup, Lozi, l’une des entreprises IT les plus ambitieuses du pays ; à Hanoï, j’ai eu le plaisir de rencontrer Minh Son, co-fondateur du « Bon Coin » vietnamien. Un entrepreneur génial et 100% investi dans une aventure incroyable débutée en 2012. Retour sur des échanges captivants qui témoignent de l’évolution technologique du pays. Bonjour Minh Son ! Tu es l’un des fondateurs de Lozi, pourrais-tu me parler de ce site internet C2C qui connaît un succès fulgurant depuis sa création en 2012 ? Bonjour Guillaume ! Lozi, ou en tous cas l’idée qui en est à l’origine, est née en Mai 2012 ; au départ, nous souhaitions créer un site internet pour les Vietnamiens, un site où ils pourraient trouver des conseils sur des produits et entreprises locaux. A cette époque, nous avions décidé de nous concentrer sur le…

« La transformation digitale au Myanmar, ça existe, ça ?». Ainsi furent les premiers mots teintés de moquerie qui précédèrent la première étape de mon long périple à la rencontre des acteurs de la transformation digitale « all over the world ». A travers cette série d’articles, je vais donc tenter de vous décrire l’état « numérique » des pays que je traverse, non pas de manière exhaustive ou « toute savante », mais à travers le prisme de mes rencontres avec ces personnes d’ailleurs pour qui la « TranfoDig » est une réalité parfois différente mais tout aussi enrichissante que la nôtre. Bienvenue dans un voyage à travers le monde 1,2,3,4.0 ! Le Cambodge, une ouverture internationale portée par l’Histoire  Attablé devant mon ordinateur sur la terrasse d’Aroma, un petit restaurant libanais tenu par Mansour, un restaurateur multi-culturel connue des nombreux expatriés français, je m’interroge sur la transformation digitale du Cambodge en regardant mon voisin commander son tuktuk…

A quelques kilomètres seulement des célèbres temples d’Angkor, à Siem Reap au Cambodge se trouve un endroit calme, ouvert sur l’extérieur et éco-responsable: le AngkorHub. C’est un canadien francophone, Jeff Laflamme, qui est l’instigateur de ce projet de coworking particulier. Rencontre avec un homme pour qui la « raison d’être » n’est pas un vainc mot ! Bonjour Jeff, tu as fondé le AngkorHub à Siem Reap qui est un espace de coworking mais aussi un « innovation center ». Peux-tu me parler de ce projet, de son origine et de ses développements ?  Je suis arrivé au Cambodge en 2013 en mode « backpacker » après avoir travaillé à Nice pour IBM et Orange et avoir passé quelques mois à Hanoï ; j’étais administrateur système et développeur mais je cherchais à trouver une activité avec une réelle « raison d’être » et l’Asie m’attirait de par son côté technologique et ses besoins « humanitaires ». Pendant ce périple, je…