IBM

Depuis plusieurs décennies, maintenant que la recherche dans le domaine de l’intelligence artificielle existe, il y a toujours eu deux camps bien distincts. Les « symbolistes » qui cherchent à faire grandir une intelligence artificielle par le machine learning, en codant à l’aide de règles logiques et les « connexionnistes » qui tentent de construire des réseaux de neurones artificiels en s’inspirant de la biologie. Pour la première fois, ces deux approches distinctes de l’intelligence artificielle ont décidé de collaborer pour créer un programme capable « d’apprendre le monde comme un enfant le ferait », d’après le MIT. Effectivement, IBM, DeepMind et le MIT travaillent actuellement sur un programme informatique baptisé « neuro-symbolic concept learner » ou encore « NS-CL », qui consiste en la combinaison des deux approches citées ci-dessus. Un réseau neuronal apprend à cartographier les questions en langage naturel à un programme simple qui peut être exécuté sur une scène pour formuler une réponse. Pas simple à comprendre.…

Au CES 2019, IBM a annoncé le lancement de son premier ordinateur quantique qui sera destiné à un usage commercial. Nommé le « IBQ System One », ce dernier sera, selon les dires, le premier système quantique intégré au monde. En plus d’être doté d’un système à 20 qubits, qui est l’unité de formation quantique, cet ordinateur a été testé en laboratoire préalablement par les équipes de la firme, et sera à l’avenir l’un des plus viables jamais créé. Toutefois, il convient de souligner que ce premier ordinateur n’est qu’une première tentative. En effet, 20 qubits sont loin d’être suffisant pour toutes les utilisations que l’on envisage de faire de cet ordinateur. La firme en a bien conscience et déclare que « les systèmes sont conçus pour traiter des problèmes qui sont actuellement considérés comme trop complexes et trop exponentiels que les autres systèmes classiques ne peuvent traiter ». Preuve que ces systèmes sont évolutifs.…

Après la cuisine, IBM s’est associé avec l’un des plus grands producteurs de parfums, Symrise, pour créer des parfums à l’aide d’une l’intelligence artificielle nommée Philyra. IBM souhaite tirer profit de cette IA non pas pour remplacer les experts qui font les parfums, mais bien pour les aider à en concevoir. Philyra est une intelligence artificielle destinée à des cibles démographiques spécifiques, suivant l’âge et la région géographique. Elle se base sur les données de vente des précédentes formules créées par Symrise, soit 1,7 millions, afin de les améliorer. Avec cet atout, Phylira serait susceptible de créer le parfum parfait pour les utilisateurs. En se basant sur ces données, Phylira a été en mesure de créer deux parfums pour le géant des produits de beauté brésilien O Boticário. Pour David Apel, le nez de Symrise, la première évoquerait des senteurs de cuisine exotique, épicée, avec du fenugrec et de la cardamome.…

C’est une première dans le secteur de l’assurance. Un conseiller virtuel pourra très bientôt répondre aux questions des clients de Generali France. D’ici la fin de l’année, sa mission sera de faire face aux questions récurrentes posées par les clients à propos de leurs contrats d’assurance. Un outil d’intelligence artificielle derrière lequel se cache IBM. L’assureur français compte bien améliorer la qualité des services et simplifier les processus de réponse. Ce tout nouveau conseiller virtuel est baptisé Léo. Il sera, a priori dès la fin de l’année, en mesure de répondre aux clients Generali France ainsi qu’aux visiteurs, au sein des agences. Derrière cet outil se cache Watson, l’outil d’intelligence artificielle élaboré et développé par IBM. Nous vous parlions déjà de cet outil, car il a plusieurs utilisations. Il aide aussi les médecins pour les traitements contre le cancer. David Wassong, responsable de l’intelligence artificielle chez Generali s’exprimait récemment au sujet…

Groupon a été condamné à verser 83 millions d’euros à IBM. Après une longue bataille judiciaire, IBM remporte finalement son procès contre le site marchand, pour violation de quatre brevets. Depuis 2016, IBM accuse l’e-commerçant d’avoir utilisé plusieurs de ses brevets sans s’acquitter d’un droit de licence. La société réclamait initialement 167 millions de dollars pour violation de brevets. Les juges de la cour de Wilmington, dans le Delaware, ont finalement donné raison à IBM mais ont baissé le montant de l’amende à 83 millions de dollars, soit 71 millions d’euros. La plainte concernait des brevets de technologies fondatrices du commerce en ligne. Lors du procès, IBM a basé sa défense en indiquant qu’Amazon, Facebook, LinkedIn et Twitter avaient tous versé entre 20 et 50 millions de dollars pour pouvoir utiliser ces brevets. « La recherche coûte beaucoup d’argent. Tout ce que nous demandons c’est que les personnes qui l’utilisent demandent…

La Nasa a annoncé le décollage de la fusée Falcon 9 en Floride à 5h42 heures locales (soit 11h42 à Paris) le vendredi 29 juin. À son bord, la capsule Dragon 9 transporte Cimon (Crew Interactive MObile companioN qui signifie « compagnon mobile et interactif de l’équipage »), un petit robot rond développé par IBM et Airbus. Cette intelligence artificielle a été conçue pour assister l’astronaute allemand Alexander Gerst. Par ailleurs, ce volcanologue et géophysicien a déjà effectué deux missions de longues durée en 2014 et 2018. Cimon entraîné à la reconnaissance C’est au bord de la Station Spatiale Internationale (ISS) que Cimon suivra l’astronaute Alexander Gerst. Sa première mission : reconnaître sa voix et son visage afin de l’aider complètement dans ses tâches. Si l’astronaute allemand l’interpelle, Cimon est en capacité de se diriger vers son partenaire de voyage. Des fonctionnalités rendues possibles grâce à une caméra frontale. Selon Le Dauphiné,…

Après Siri pour Apple ou encore Alexa pour Amazon, IBM vient de présenter son assistant personnel : Watson Assistant. Parfait mélange entre l’intelligence artificielle d’IBM, Watson et l’IoT. Contrairement aux assistants présentés par les géants de la tech,  celui d’IBM vise davantage les entreprises. L’objectif étant «d’aider les entreprises à fidéliser leurs clients et à transformer leurs expériences clients tout en conservant les données privées et sécurisées ».  En effet, les données clients seront accessibles uniquement par les entreprises partenaires de Watson Assistant ce qui n’est pas le cas pour le Google Home par exemple. IBM a déjà introduit Watson Assistant à l’aéroport de Munich ou encore à la Royal Bank of Scotland. Avec Watson, IBM souhaite développer les assistants vocaux dans des chambres d’hôtel, dans les voitures et dans les magasins. L’entreprise confie « Watson Assistant n’est pas seulement conçu pour un seul endroit, comme votre maison. De plus, il ne répond…

Send this to a friend