IBM : toute l'actualité sur siecledigital.fr

IBM

Le cancer, l’une des causes de mortalité les plus importantes au monde, reste l’une des priorités de nombreux chercheurs. On estime que le cancer à lui seul a causé 9,6 millions de décès en 2018, et environ 18 millions de nouveaux cas signalés. Justement, le groupe Computational Systems Biology d’IBM à Zürich travaille sur des processus utilisant l’IA pour trouver quels mécanismes peuvent déclencher le cancer, mais également en apprendre davantage sur la composition des tumeurs. Afin de faire accélérer les recherches, ce laboratoire a rendu publics quelques-uns de ces projets. « Notre objectif est d’étoffer notre compréhension du cancer et d’offrir aux industries et aux instituts de recherche la connaissance qui leur permettra un jour ou l’autre de contribuer aux traitements et aux thérapies », déclare-t-on chez IBM. Pour le moment, les chercheurs ont mis à disposition 3 projets. Le premier appelé PaccMann, est un algorithme capable de déterminer…

Et si la chirurgie ophtalmologique changeait complètement grâce à l’intelligence artificielle ? C’est en tout cas ce qu’espère IBM. En effet, la société travaille actuellement sur une intelligence artificielle capable de détecter et de traiter le glaucome de manière extrêmement rapide. L’aile de recherche de l’entreprise croit beaucoup en cette solution. Alors qu’il y a quelques mois, nous apprenions qu’un implant oculaire magnétique pourrait sauver des patients atteints de glaucome grâce à des vibrations, IBM veut aller encore plus loin. Même s’il s’agit d’une technique très fiable qui pourrait même être personnalisable, l’implant n’existe pas encore. Actuellement, un diagnostic de glaucome nécessite toujours de nombreux tests minutieux pour évaluer avec précision la perte de vision et les problèmes causés par cette maladie. Un processus beaucoup trop long selon IBM, qui aimerait pouvoir améliorer cela grâce à l’intelligence artificielle. L’idée imaginée par la société serait qu’un ordinateur soit en mesure de faire tous…

Le CES aura été l’occasion pour le géant américain IBM de présenter un nouveau système de prévision météo, l’IBM Weather System. Puissant et astucieux, il est propulsé par le Global High-Resolution Atmospheric Forcasting System (GRAF), un outil potentiellement alimenté par les données recueillies à l’aide de nos mobiles. Sa particularité est en effet de se baser sur les centaines de millions de smartphones quotidiennement utilisés à travers le monde pour obtenir des données météo précises et exploitables à grande échelle. Bien que prometteur, ce projet devra tout de même réussir à convaincre les utilisateurs, et pour cause, le gros du système est conçu pour être alimenté par les données de ces derniers. La dimension collaborative du GRAF est à la fois sa grande force et sa grande faiblesse. S’il devrait permettre d’améliorer drastiquement la qualité des prévisions météo en affinant leur échelle (IBM parle ainsi d’une amélioration de 200% en passant de prévisions…

Le gouvernement des Emirats arabes unis (EAU) a approuvé la création de la première plateforme de blockchain officielle à Dubaï. Fournie dans un environnement IBM Cloud, cette plateforme deviendra un véritable tremplin pour les organisations administratives des EAU. Dans l’idée, les EAU souhaiteraient transformer et numériser les processus gouvernementaux ainsi que les services citoyens. De plus, les EAU ont pour objectif de faire de l’émirat un gouvernement numérique d’ici 2021. Cette Dubaï Blockchain Platform contribuera à intégrer les services numérisés dans la vie des citoyens des EAU. Les organisations bénéficieront également de la conservation de leurs données dans le pays, mais aussi de la transaction au niveau local, ce qui réduira considérablement les coûts opérationnels. Bien évidemment, la plateforme sera conforme aux normes ISR (Information Security Regulation) qui ont été publiées par le gouvernement de Dubaï. Par ailleurs, elle sera alimentée par la technologie mainframe d’IBM intitulée LinuxOne, qui est…

Dans un article publié ce jeudi 18 octobre dans la revue Science, le Dr. Sergey Bravyi a fait une déclaration importante. Il révèle avoir mis au point, avec une équipe de chercheurs d’IBM, une preuve mathématique illustrant les avantages au calcul de l’algorithme quantique par rapport à la technique classique. Même si cette preuve ne résout en soi aucun problème de calcul existant, cela nous donne un aperçu de ce qui rend un ordinateur quantique plus puissant. Le média Engadget explique que cette découverte pourrait permettre à l’avenir d’imaginer des algorithmes plus pratiques et utiles. Récemment, nous vous parlions du nouveau processeur quantique de Google. Concrètement, la particularité d’un ordinateur quantique est la rapidité avec laquelle il peut traiter certaines informations. La conception d’un ordinateur quantique est un véritable défi que mènent les grandes entreprises. En début d’année, Intel et QuTech se sont rapprochés un peu plus de cet objectif en…

Au mois de décembre, Theophile Gaudin et Philippe Schwaller, deux chercheurs au sein de IBM Research avaient élaboré, avec d’autres partenaires, une intelligence artificielle capable de prédire des réactions chimiques. Non content d’avoir créé un système qui pourrait révolutionner de nombreux secteurs, IBM a rendu cette IA accessible librement depuis une application sur internet : IBM RXN for Chemistry. Pour réussir cette prouesse, les chercheurs ont appréhendé la chimie comme une langue. Les séries de données que pouvait posséder IBM sur le langage avaient des similarités avec celles sur la chimie organique. En effet, « un groupe fonctionnel d’un côté d’une molécule peut influencer sa réactivité tout comme un mot d’une phrase peut influencer son sens. Si on change un atome dans une molécule, elle n’aura plus la même réactivité. L’équivalent dans une langue ce serait la négation, » nous avait précisé Theophile Gaudin. Pour le reste, il aura fallu…

Alors que le site Groupon est à la recherche d’un repreneur, IBM accuse l’entreprise d’utiliser certains brevets sans son autorisation. Le lundi 16 juillet, l’avocat d’International Business Machines, John Desmarais a déclaré devant un jury du tribunal fédéral que Groupon enfreignait des brevets que Amazon ou Facebook ont achetés entre 20 et 50 millions de dollars. De son côté, le site web les utiliserait de manière gratuite, et surtout, sans autorisation préalable. Il ajoute également : « la plupart des grandes entreprises ont pris des licences pour ce brevet, Groupon ne l’a pas fait et refuse de prendre la responsabilité de la technologie qu’il utilise ». Dans les prochains jours, un cadre d’IBM devrait témoigner sur les accords de licence avec les entreprises comme Amazon, Google ou Facebook. L’occasion d’avoir un aperçu sur la manière dont l’entreprise travaille sur la commercialisation de ses brevets. IBM investit énormément dans la recherche et…