La multinationale IBM, spécialisée dans l'informatique, travaille depuis plusieurs années pour faire avancer l'informatique quantique. En 2023, l'entreprise devrait présenter Condor, son nouvel ordinateur quantique qui proposera une puissance de calcul inédite. De plus, elle travaille également sur un processeur qui devrait l'aider à proposer des ordinateurs quantiques toujours plus performants.

IBM travaille sur l'informatique quantique depuis près de six ans

1 000 qubits pour son ordinateur quantique. C'est l'objectif que s'est donné IBM pour l'année 2023, et ce depuis 2020. Depuis 2016, l'entreprise américaine mène des recherches dans ce domaine. Tout d'abord, dans le but de prouver que l'informatique quantique a bien plus de potentiel que l'informatique classique, ce qu'elle a fait en 2018 : une équipe de chercheurs d'IBM a démontré mathématiquement que les algorithmes quantiques étaient plus performants que leurs homologues classiques.

Progressivement, IBM met au point plusieurs ordinateurs quantiques. Un premier appareil avec 5 qubits tout d'abord, puis un deuxième avec 20 qubits en 2019 baptisé « IBQ System One ». Celui-ci était le premier ordinateur quantique proposé par la firme pour un usage commercial. Les années suivantes, IBM n'a fait qu'augmenter le nombre de qubits. De 65 qubits en 2020, la multinationale est passée à 127 qubits avec Eagle, puis à 433 qubits avec son dernier appareil, l'Osprey.

1 121 qubits en 2023, 4 158 qubits en 2025

Selon les propos recueillis par IEEE Spectrum, Jamie Thomas, directrice générale de la stratégie et du développement d'IBM, a affirmé que l'entreprise va commercialiser un processeur quantique de 1 121 qubits en 2023. « L'élément clé sur lequel nous nous sommes concentrés au cours des six derniers mois est vraiment une articulation de nos feuilles de route, donc la feuille de route autour du matériel, la feuille de route autour du logiciel, et nous avons également fait pas mal de développement d'écosystème », a-t-elle déclaré à l'occasion de l'IBM Think, un évènement organisé tous les ans par IBM.

Pour pouvoir atteindre ce nombre de qubits et éviter la surchauffe de l'appareil, IBM a développé un « réfrigérateur à dilution » ayant la même fonctionnalité que les ventilateurs sur les ordinateurs classiques. En plus de Condor, le géant de l'informatique devrait développer un autre processeur quantique avec seulement 133 qubits. L'objectif de Heron, le nom de ce nouveau processeur, est de focaliser sur des aspects différents que celui de la course au qubit comme l'architecture ou la disposition des composants qui ont également une influence sur la vitesse de traitement de l'information et le nombre d'erreurs commises.

La feuille de route d'IBM pour les prochaines années.

Dans sa feuille de route, IBM évoque Condor et Heron et pense à l'avenir avec de nouveaux processeurs performants comme Flamingo, Crossbill ou encore Kookaburra. Image : IBM.

D'ici 2025, IBM a pour objectif un superordinateur quantique qui révolutionnerait le secteur selon ses dires. Pour y parvenir, la société travaille d'ores et déjà sur deux processeurs plus performants que Condor. Le premier, Flamingo, sortira en 2024 et proposera plus de 1 386 qubits. Le second, Kookaburra, est plus impressionnant, car il permettra de franchir le seuil ambitieux des 4 000 qubits en moins de trois ans.