Facebook Ads : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Facebook Ads

Le contenu sur le web se fait de plus en plus par le truchement de l’image. C’est assez évident. La publicité par exemple, quelle soit sociales sur Facebook, Twitter, Linkedin, Instagram ou display, associe le texte à l’image, et se doit d’être impactante pour générer du trafic. Idem pour tout ce qui va toucher à une image d’illustration d’article de blog, une miniature YouTube ou encore des épingles pour Pinterest : visuel médiocre, moins de clics à l’arrivée. Trouver un outil pour créer des visuels sans avoir de compétence graphique Constat fait qu’il est nécessaire de pouvoir générer des visuels appuyant la stratégie d’acquisition ou de trafic, on se retrouve vite à devoir trouver des ressources internes ou externes capables de réaliser cette tâche si importante. L’autre option est de s’équiper en outils qui permettent de réaliser ces opérations en s’approchant d’un résultat professionnel sans devoir monter en compétence en…

Dans l’objectif d’être toujours plus transparent, Facebook dévoile une nouvelle fonctionnalité baptisée : « Pourquoi est-ce que je vois cette publication ? ». L’idée est de permettre à n’importe qui de comprendre pourquoi telle ou telle publication apparaît dans son fil d’actualité. Cette nouvelle fonctionnalité arrive seulement quelques jours après que Facebook ait annoncé qu’il permettrait aux utilisateurs d’accéder à une sorte de bibliothèque géante qui comporte l’historique de toutes les publicités effectuées sur la plateforme. La communauté Facebook va désormais pouvoir contrôler la visibilité des publications et des publicités sur son fil d’actualité. Derrière cette fonctionnalité, Facebook veut permettre à tous ses utilisateurs de personnaliser leur expérience sur la plateforme. Si vous ne souhaitez pas voir les publications de telle ou telle page, vous pourrez les masquer. La fonctionnalité permet aussi de comprendre pourquoi vous tombez sur une publication plutôt que sur une autre. Cette notion est totalement nouvelle sur Facebook. À…

Il y a quelques jours, un scandale éclaboussait Facebook. Certains ciblages publicitaires semblaient totalement irrationnels. En effet, Facebook laissait des annonceurs cibler une communauté intéressée par le nazisme. Suite aux accusations portée par le ministère du logement américain, en août dernier, le réseau social devrait limiter le ciblage publicitaire pour éviter que des annonceurs ne puissent encore cibler en fonction de l’origine ethnique ou d’autres critères discriminants.  Désormais, les annonceurs voulant diffuser des annonces d’emploi ou de logement n’auront plus d’autres possibilités que les suivantes : ils pourront cibler une communauté seulement en fonction de son âge, de son sexe ou de son code postal. Les catégories de ciblage pour intérêt seront beaucoup moins importantes que celles qui existent aujourd’hui. Impossible désormais de cibler en fonction de l’origine ethnique ou de la catégorie sociale. Ces nouvelles mesures devraient être effectives avant la fin de l’année 2019. Le département du Logement et du Développement urbain des…

Vous savez que Facebook traverse de nombreux scandales dans diverses affaires, la plupart liés à leur mauvaise gestion des données de leurs utilisateurs. Et pourtant, Rob Goldman, vice-président de Facebook Ads, fait l’éloge du réseau social dans un billet de blog, en citant les actions mises en place pour améliorer la publicité sur la plateforme. Il concède qu’il « y a certainement encore un peu de travail », mais selon ses mots, Facebook a permis de rendre la publicité plus transparente, de faire la lumière sur les contenus politisés, ou encore de mieux surveiller les données de tiers dans le cadre des publicités. Rob Goldman fait le bilan de cette année 2018. Il déclare ceci : « nous avons apporté énormément de changements durant l’année qui vient de s’écouler, notamment dans un objectif de transparence. Nos utilisateurs ont demandé plus de visibilité sur les publicités diffusées par les entreprises sur Facebook. Pour résoudre ce problème, nous…

C’est officiel et c’est Maria Smith Directrice de produit, responsable de la monétisation chez Facebook, qui l’annonce. L’accès aux ad-breaks, publicités à activer au milieu des vidéos, va être étendu. Ce format publicitaire existait déjà aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Irlande, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il débarque dans 21 nouveaux pays, dont la France. Les 21 nouveaux pays concernés sont : Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, France, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Suède, Argentine, Bolivie, Chili, Colombie, Salvador, Équateur, Guatemala, Honduras, Mexique, Pérou, République dominicaine et Thaïlande. Toutes les pages ne pourront pas utiliser ce nouveau format publicitaire : Facebook exige que les futurs annonceurs qui adhéreront au programme Ad Breaks aient au minimum 10 000 abonnés. Deuxième condition, comptabiliser 30 000 vues d’une minute sur des vidéos qui durent plus d’un minute. Ils devront également respecter les normes générales de monétisation de Facebook. Les coupures publicitaires vont s’afficher pendant les vidéos qui durent plus…

Tout ? Cela serait exagéré et même faux de le dire. Pour autant, si l’on se penche sur le fonctionnement publicitaire de Facebook et des outils à disposition, on remarque que les données accessibles sont précieuses pour n’importe quel marketeur. Avec plus de 30 millions d’utilisateurs actifs en France (en 2017), Facebook s’avère plus précieux et qualitatif que n’importe quelle étude marketing menée sur un échantillon de 1 500 personnes. Pour peu que l’on sache se servir des outils de Facebook for Business et que l’on ait connaissance des données accessibles aux annonceurs sur les utilisateurs. C’est justement ce que l’on va voir après avoir noté dans un article précédent, les outils permettant au réseau social de collecter les données… 3 principales sources de données sur les utilisateurs Finalement trois sources, ce n’est pas énorme… Enfin assez pour attirer les annonceurs sur la plateforme sociale, qui contrairement à Google Adwords,…

L’information nous vient, une fois de plus, de Matt Navarra à travers son compte Twitter présentant une série de captures écran de Power Editor. Ces dernières montrent un nouveau format publicitaire pour Messenger : Messenger Broadcast. Ce qui correspond à une fonctionnalité d’envois massifs de message sur la plateforme sociale. https://twitter.com/MattNavarra/status/924018471507251202 Alors que peut-on conclure des éléments que nous avons à disposition ? L’envoi d’un message sur Messenger sera possible pour les personnes ayant suivi la page Facebook en question pour éviter les spams. Il sera possible de personnaliser un message de bienvenue, d’ajouter un élément graphique (image/texte, vidéo/texte ou seulement du texte), de préciser le titre de ce dernier. Mais là où le format s’avère intéressant, c’est dans la possibilité d’ajouter des suggestions de réponses pour faciliter l’engagement entre la page et l’utilisateur. Ci-dessous les captures écran prisent : On peut observer la portée d’audience potentielle indiquée : « 7…