no-code

Qu'est-ce que le no code ?

Le code informatique est la colonne vertébrale de tout logiciel ou application. Chaque ligne de code est une instruction permettant aux ordinateurs et aux serveurs de réaliser une action. Pour créer ces fameuses instructions, il est nécessaire d’avoir des connaissances pointues en informatique et en codage, ou de faire appel à un développeur. Toutefois, il est possible de simplifier le processus grâce aux plateformes de développement no code. Ce sont des environnements de développement composés de blocs visuels. En ce sens, le no code permet de s’affranchir des connaissances techniques initialement nécessaires à la conception d’une application ou d’un site. De cette façon, le créateur peut se concentrer sur le cœur de son projet en laissant place à sa créativité et à son imagination. L’objectif du no code est de faciliter le développement de son chatbot, sa plateforme ou son application mobile. Pour cette raison, le no code est de plus en plus plébiscité par les entreprises, notamment celles n’ayant pas de pôle informatique et ne pouvant pas se permettre de faire appel à un développeur pour des raisons budgétaires. Grâce à un ensemble d’éditeurs visuels, des connecteurs intégrés et des lignes de code prêtes à être utilisées, il est possible de déployer rapidement une application web. Avec le no code, les personnes ayant peu de connaissances en informatique ou en langage de programmation comme Java peuvent développer des projets se rapprochant de ceux d’un ingénieur logiciel. Ils peuvent créer et modifier l’apparence d’un site ou d’une app sans avoir à créer de multiples lignes de code. Si les avantages du no code semblent évidents, il est nécessaire de savoir d’où il vient pour comprendre son fonctionnement.

Les origines du no code

Pour comprendre les caractéristiques et les fondements des plateformes no code, il faut se tourner vers James Martin, un consultant en technologies de l'information. Dans son livre Développement d'applications sans programmeurs publié en 1982, il explique que « Le nombre de programmeurs disponibles par ordinateur diminue si rapidement que la plupart des ordinateurs devront à l’avenir fonctionner au moins partiellement sans programmeurs ». Il a poussé les professionnels à explorer ce qui pourrait être accompli sans code. Excel voit alors le jour. Il est considéré comme le premier outil permettant aux utilisateurs de manipuler des données sans code. En parallèle, la programmation visuelle commence à prendre de l'ampleur. Au fil de ces évolutions et du développement d’internet, le no code se popularise.

Comment fonctionne le no code ?

Depuis, les utilisateurs peuvent créer des applications mobiles pour iOS ou Android, des sites web, des jeux vidéos, des chatbots ou encore des applications web sans avoir de connaissances précises en code. Depuis une interface visuelle, il leur suffit de glisser et déposer des blocs (aussi appelées « drag and drop » en anglais). De la même manière qu’un interprète, l’outil no code va les transformer en lignes de code en arrière-plan.

Avantages du no code

Agilité, diminution des coûts, modification simple… Outre l’accessibilité, le no code offre de nombreux avantages aux utilisateurs. Son cahier des charges comprend ergonomie et intuitivité. Autant d’éléments essentiels pour construire une expérience utilisateur optimale.

L’agilité

Il est clair que le mode de fonctionnement du no code permet de gagner un temps précieux lors de la création d’une application e-commerce, d’un chatbot ou d’une plateforme. Cela signifie qu’il est bien plus simple de lancer un produit et de tester un projet en cours. Les services marketing ou ressources humaines peuvent facilement mettre en place de nouvelles applications de gestion de projets ou d’organisation sans faire appel à un développeur. Il est alors possible de répondre rapidement à un besoin et d’ajuster simplement la plateforme ou l’app créée pour gagner en agilité.

Diminution des coûts

Faire appel à une équipe de développeurs peut s’avérer très coûteux, particulièrement pour les start-ups. Cet investissement est parfois même inenvisageable. Pour cette raison, de nombreuses entreprises se tournent vers le no code. Bien que les outils de ce type ne soient pas gratuits, plusieurs proposent des tarifs accessibles. Cela reste moindre comparé à ceux des prestataires, ou de la masse salariale d’un développeur.

Modifiable en un clic

Avec le codage dit traditionnel, modifier la fonctionnalité ou une caractéristique d’un produit n’est pas toujours simple. Cela se révèle encore plus complexe quand le projet a été développé avec des prestataires externes à son entreprise. Avec le no code, il suffit de formaliser son nouveau processus pour modifier un élément. Il devient alors effectif rapidement.

Les inconvénients du no code

Bien que le no code ait de multiples avantages, il a aussi quelques limites. Parmi eux, des fonctionnalités restreintes pour développer des applications et une certaine dépendance à la plateforme no code choisie.

Fonctionnalités limitées

Les outils no code peuvent aider l’utilisateur au lancement d’un processus, comme le développement d'applications responsives. Toutefois, il n’est pas toujours judicieux de créer l’intégralité de son projet dessus, car ils n’offrent pas de grandes possibilités de personnalisation. Pour créer un site web ou une application plus techniques, quelques connaissances en code s'avèreront nécessaires, ou il faudra passer sur une autre plateforme.

Une dépendance aux outils

Développer un projet sur un logiciel no code signifie être dépendant de celle-ci. Lorsque des modifications sont apportées aux fonctionnalités ou encore à la langue, c’est toute la mise en place du projet de l’utilisateur qui peut être bouleversé. S’il utilise une option proposée et qu’elle est subitement supprimée, il se retrouve bloqué et doit repenser l’intégralité de son app en cours de développement. Il faut également noter que l’utilisateur n’est pas propriétaire du code source de sa plateforme ou de son app. Le récupérer et changer de fournisseur engendre des coûts supplémentaires.

Quelles sont les différences entre le no code et le low code ?

Si chaque méthode de développement a ses particularités, les plateformes no code et low code ont quelques similarités. Elles utilisent le même type d’interfaces, basées sur le principe du glisser-déposer, qui servent à construire une application simplement. Toutefois, les deux techniques ne répondent pas aux mêmes besoins. Le no code permet de développer un site web ou une app sans avoir à saisir de code ou maîtriser Javascript ou le HTML, tandis que le but du low code est de les concevoir rapidement. Le logiciel low code contient des fonctionnalités pré-configurées qui complètent les besoins des développeurs. Ces derniers glissent des blocs visuels de code dans un workflow afin de créer rapidement leurs projets. Cela signifie que le collaborateur qui les développe doit avoir quelques connaissances en codage. La différence tient aussi dans leur fonctionnement. Nombreuses sont les plateformes de low code qui sont connectées à un backend ou à une interface de programmation (API). Cela offre davantage de possibilités de customisation lors de la création de son application. Ce n’est pas le cas des logiciels de no code, qui donnent accès à des templates déjà construits avec quelques options de personnalisation.

Dans quelles situations utiliser le no code ?

Le no code peut être exploité dans de multiples situations. Les équipes business peuvent par exemple créer des formulaires avec Google Forms, des newsletters ou automatiser des processus avec des outils comme Zapier. Ce dernier déclenche des actions lorsqu’un événement se produit. Il est également très plébiscité pour concevoir des sites web simples avec une landing page, ou des plus complexes comme une marketplace, une plateforme e-commerce ou SaaS. Il s’avère aussi utile pour développer des API facilement. Ces dernières sont essentielles pour faire le pont entre différents logiciels et d’automatiser certaines actions. Cela contribue à améliorer la productivité de ses collaborateurs, qui peuvent se concentrer sur des tâches à valeur ajoutée. Les outils no code peuvent par ailleurs servir pour produire un chatbot. Ils permettent de rédiger des scénarios conversationnels et d’anticiper les réponses des clients ou des prospects sans avoir à manier les rouages du code. Le seul élément nécessaire est de bien connaître ses besoins pour créer l’agent conversationnel adapté.

Quels sont les outils no code ?

Il existe une pléthore de plateformes proposant de concevoir applications et sites web ou d’améliorer sa productivité, et ce, sans avoir à saisir une seule ligne de code. En voici quelques-unes, répondant à différents usages.

Airtable

Airtable est l’un des outils collaboratifs no code les plus populaires. Il donne la possibilité d’organiser ses bases de données avec des fonctionnalités similaires à une feuille de calcul, mais sur une interface simplifiée et ergonomique. Les équipes d’une même entreprise peuvent alors s’organiser en quelques clics.

Bubble

Bubble permet de créer et de lancer différents types de sites web et d’applications. Cela peut être des plateformes SaaS, des API ou encore un CRM. Il offre une grande liberté dans la conception de son projet. Il est doté de fonctionnalités de bases de données et offre de multiples possibilités back-end. Il est considéré comme l’un des outils les plus complets sur le marché.

Carrd

Carrd propose uniquement de réaliser des sites one page et entièrement réactifs. Cela peut être utile pour concevoir une page de profil personnel ou une présentation abrégée de son entreprise. L’outil est pourvu de nombreuses fonctionnalités de personnalisation, avec des templates à disposition.

Notion

Notion est une plateforme no code de collaboration et de gestion de tâches. Elle offre un espace de travail tout-en-un qui permet de gérer ses flux de travail quotidiens. Elle est indispensable pour réunir toutes les informations nécessaires qui pourraient servir à ses collaborateurs. Il est possible d’ajouter des tableaux de base de données, des notes, d’organiser ses tâches, d’intégrer des documents… À noter que Notion est également exploité pour développer des sites web sans avoir besoin de connaissances en code.

Webflow

Webflow est l’un des outils les plus utilisés par les start-ups et les créateurs indépendants. Il permet de créer simplement et rapidement un site web responsive pour leurs services ou leurs produits. Il se distingue par ses multiples options de personnalisation. Contrairement à d’autres plateformes, il donne la main sur l’ensemble de la conception. Cela donne le sentiment d’avoir soi-même codé son site.

Inscrivez-vous à la newsletter