machine learning : toute l'actualité sur siecledigital.fr

machine learning

Il existe des milliers d’algorithmes différents. Chacun a sa particularité et son utilité. Un jeune informaticien vient d’imaginer un nouvel algorithme particulièrement étrange et effrayant. Après six mois de travail et près de 100 To de données, le programmateur chinois, basé en Allemagne, a développé un algorithme capable de retrouver les profils d’actrices pornographiques sur les réseaux sociaux. Finalement, le principe est assez simple : près de 100 000 actrices pornographiques ont été identifiées dans le système neuronal de l’intelligence artificielle. Croisés aux réseaux sociaux, ces profils sont facilement identifiables. C’est Yiqin Fu, un chercheur à l’Université de Yale qui a fait cette drôle de découverte. Il a tweeté à ce propos le 27 mai dernier : A Germany-based Chinese programmer said he and some friends have identified 100k porn actresses from around the world, cross-referencing faces in porn videos with social media profile pictures. The goal is to help…

La division de recherche sur l’intelligence artificielle de Google a décidé d’ouvrir sa base de données au grand public pour partager l’étendue de son travail. Si un système d’intelligence artificielle est capable de reconnaître avec précision tel ou tel point de repère à travers le monde, c’est bien parce que sa base de données est extrêmement riche. Google Landmarks V2, c’est son petit nom compte plus de 5 millions d’images et 200 000 points de repères. Une intelligence artificielle est aujourd’hui capable de dire si la chute d’eau qu’elle aperçoit correspond plutôt aux chutes du Niagara ou aux chutes Victoria en Afrique. Pour réussir cette prouesse, elle se base sur des points de repère. En plus d’avoir ouvert ce vaste réseau, Google lance deux défis sur sa plateforme dédiée au machine learning, Kaggle. Pour participer à Landmark Recognition 2019, vous devrez concevoir des modèles d’intelligence artificielle capables de détecter des points de…

De nos jours, les réseaux sociaux sont de plus en plus gangrenés par des manipulateurs qui n’hésitent pas à mentir pour influencer l’opinion publique, qui se construit beaucoup sur les différentes plateformes. Afin de mettre fin à cette situation, la startup Astroscreen a levé un million de dollars pour développer son projet se reposant sur le deep learning et l’assistance d’analystes en désinformation pour éradiquer la manipulation de masse. Les réseaux sociaux mettant en avant la viralité, il est très facile de faire rayonner une fake news en utilisant un thème qui va faire débat, et en la saupoudrant d’une armée de bots qui vont faire éclater la polémique en la commentant et la partageant en masse. Cette désinformation peut coûter très cher, notamment pour les marques qui perdent parfois 60% de leur valeur marchande à cause d’une diffamation. C’est là où AstroScreen va intervenir. Via le deep learning et…

À travers un communiqué de presse, McDonald’s a annoncé mettre la main sur Dynamic Yield Ltd, pour la somme de 300 millions de dollars, d’après des sources proches. L’entreprise israélienne spécialisée dans les recommandations grâce au machine learning, va permettre au géant du fast-food d’améliorer l’expérience utilisateur grâce à une personnalisation plus importante. McDonald’s mise de plus en plus sur la technologie pour développer ses services. Depuis 2018, elle teste les services de Dynamic Yield dans certains de ses restaurants. Les résultats semblent concluants puissent que McDonald’s met la main sur la firme et développera la technologie sur l’ensemble des points de vente en commençant par le drive avant de l’intégrer aux bornes de commande et même à l’application mobile. L’intelligence artificielle pourrait même également être utilisée en cuisine. McDonald’s mise sur une personnalisation grâce à plusieurs facteurs Côté fonctionnement, lorsqu’un client passe commande, il verra apparaître des items suggérés…

Le président de la puissance qui a inventé l’intelligence artificielle s’est-il enfin réveillé ? Comme le remarque le MIT Technology Review, « la Chine, le Canada et la France ont pris, ces dernières années, des mesures plus énergiques que les USA pour que cette technologie leur soit utile. » Cet état de fait pourrait cependant changer bientôt. Executive order Donald Trump signera ce 10 février un « executive order » qui lancera officiellement l’initiative du gouvernement américain en matière d’intelligence artificielle. Une « initiative » portée par l’administration de la politique scientifique et technologique (Office of Science and Technology Policy). Il s’agit de réallouer des fonds, et créer de nouvelles ressources en mettant au point des moyens permettant au pays de façonner la technologie, même si celle-ci devient incroyablement globale. Concrètement, il y a 5 points-clés Réallouer les fonds. L’ordonnance obligera les agences de financement à hiérarchiser les investissements.  Créer des ressources . Les données…

Il y a quelques mois, la Station spatiale internationale s’est dotée d’un nouveau membre d’équipage qui n’avait pas grand chose d’un humain. Et pourtant tout s’est très bien passé lors de la première mission du robot. Il s’appelle Cimon (Crew Interactive MObile CompanioN), ce qui signifie « compagnon mobile et interactif de l’équipage »), un petit robot rond développé par IBM et Airbus. Cette intelligence artificielle a été conçue pour assister l’astronaute allemand Alexander Gerst. Comme le rapporte le média TheVerge, il s’agit d’un assistant interactif doté d’une intelligence artificielle qui peut flotter autour de l’ISS, dans l’espace et aider les astronautes dans leurs missions en les guidant ou en leur donnant des indications. C’est un peu comme si Alexa d’Amazon avait pris place dans un vol de la station spatiale. Concrètement, le robot a été conçu pour deux missions principales : aider les astronautes dans leurs tâches, comme par exemple fournir…

Il n’y a pas que la santé et le commerce qui font leur révolution numérique. L’Union Européenne va tester iBorderCtrl, un détecteur de mensonges basé sur l’intelligence artificielle à ses frontières. Le but est de rendre le passage des migrants plus simple et plus rapide. Avec plus de 700 millions de personnes entrant chaque année sur le sol européen, les gardes frontières ont de plus en plus de difficultés à effectuer les vérifications de sécurité. L’Union Européenne a donc décidé de se servir de l’intelligence artificielle pour aider son personnel aux frontières. Le détecteur de mensonge iBorderCtrl, financé par l’UE, va être testé pendant six mois dans quatre postes frontières, en Grèce, en Hongrie et en Lettonie. Sorte de garde frontière virtuel, iBorderCtrl permettra de détecter les menteurs grâce à leurs expressions faciales. Après avoir téléchargé des documents, comme le passeport ou le visa, grâce à une application, le voyageur…