machine learning - Page 2 of 2 : toute l'actualité sur siecledigital.fr

machine learning

Chudo, ce nom ne vous dit rien ? Vous le savez sûrement, Apple propose de créer et d’utiliser des Animojis et des Memojis. Les Animojis vous permettent de transformer votre visage en lion, en singe ou bien en crâne. Les Memojis sont assez semblables, sauf que le personnage créé correspond davantage à votre vrai visage, un peu comme avec les Bitmojis de Snapchat. Le problème, c’est que pour utiliser ces personnages il faut avoir un iPhone X ! Si vous n’avez encore craqué pour les bijoux technologiques d’Apple, rassurez-vous, l’application russe Chudo vous permet de transformer votre visage en personnage animé, peu importe votre téléphone. Pour  faire cela, l’application utilise différents algorithmes de machine learning, l’intelligence artificielle et les données de plus de 15 000 visages scannés. Côté fonctionnement, l’utilisateur doit prendre une photo de lui-même, ce qui générera 30 Chumojis ! Petite anecdote, début septembre l’application a été refusée…

L’intelligence artificielle a réussi à se faire une place dans le marché de la musique et de la création musicale. En effet, de grands changements ont lieu dans ce secteur d’activité. En voici un exemple: LANDR est une plateforme d’intelligence artificielle qui représente pour les musiciens un outil de créativité, de collaboration et de promotion. Elle leur permet de travailler sur l’édition et la distribution de leurs morceaux musicaux, ainsi que sur la présence de ces derniers en streaming. L’entreprise canadienne, basée à Montréal, annonce l’arrivée d’une nouvelle fonctionnalité : Samples. C’est un service gratuit de curation et de création de morceaux musicaux pour les membres. Pour créer cette nouvelle option, LANDR s’est associée à plusieurs talents comme Dirty Projectors, Blue Hawaii, Marc Houle, Pan-Pot, Mike & Keys, ou Jazzfeezy pour créer une base d’échantillons musicaux de styles différents (pop, electro, techno, etc.). Cette base sera disponible exclusivement pour les membres…

La régie publicitaire de Google est l’une des plus utilisées dans le monde. Si l’on se base sur les sources Statista, les revenus publicitaires de Google (Adwords et Adsense confondus) s’élevaient à plus de 97 milliards de dollars. Ce qui représente le double des revenus pubs de Facebook Inc. si l’on souhaite comparer. Dans le même, Google fait pas mal parler de lui à travers les applications de l’intelligence artificielle et du machine learning. On a vu Google capable de détourer un objet en premier plan tout en comblant le vide créé, s’essayer à l’e-santé. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est l’application de cette technologie à sa régie Adsense : les annonces automatiques. L’objectif de ce nouveau format publicitaire est de se servir du machine learning pour optimiser les placements des bannières sur un site web et les enchères : Jusqu’à présent, les bannières Adsense étaient (ce choix est…

Adobe Photoshop a annoncé que son outil permettant de détourer une image en un clic était maintenant disponible. Exploitant l’intelligence artificielle, il devrait permettre un gain de temps considérable. En novembre 2017, l’entreprise américaine avait présenté la fonctionnalité qu’elle souhaitait proposer sous peu : Select Subject. Adobe avait alors expliqué que l’outil en question utiliserait l’intelligence artificielle pour accomplir sa tache. De cette façon, l’utilisateur peut alors cliquer sur l’un des sujets d’une photo, que ce soit des personnes (une ou plusieurs) ou des animaux. En sélectionnant les individus, il suffit de cliquer sur l’outil Select Subject pour que ces derniers soient détourés. De quoi éviter le détourage à la plume, une tache très répétitive pour ceux qui utilisent le logiciel au quotidien. Depuis quelques jours, l’alternative à la méthode classique est disponible sur la version Photoshop 19.1. Plus précisément, l’outil utilise l’intelligence artificielle de la plateforme Adobe Sensei ainsi…

La BBC a annoncé qu’elle allait utiliser les compétences de l’intelligence artificielle afin d’améliorer la diffusion de ses programmes. Pour cette tache, la société britannique a annoncé le début d’un partenariat avec 8 universités. Déjà en septembre, la BBC a su montrer qu’elle savait maitriser les nouveaux outils technologiques et qu’elle ne souhaitait certainement pas rester sur la touche. Grâce aux assistants vocaux Amazon Echo et Google Home, la British Broadcasting Corporation a crée une nouvelle interactive. L’histoire, régit par un robot féminin, deux scientifiques et l’utilisateur, pouvait avoir 3 fins différentes en fonction des réponses de ce dernier. Un bon moyen de prouver sa volonté de prendre à bras le corps les nouvelles possibilités offertes par les technologies récentes. Cette fois-ci, la société passe un autre cap en s’approchant de l’intelligence artificielle et du machine learning. Mais pourquoi donc la BBC souhaite-t-elle utiliser l’IA et le machine learning là…

Qui n’a jamais fait l’expérience frustrante de voir sous ses yeux une vidéo s’arrêter pour charger en plein milieu, ou baisser automatiquement la définition de l’image ? Partant du principe qu’au-delà d’une expérience utilisateur individuelle se trouvait une attente générale de la part des internautes face au temps de chargement, le MIT s’est penché sur la question. À long terme, cette solution pourrait être bénéfique pour les utilisateurs, mais aussi pour les marques, dont le taux de rebond pourrait baisser si les temps de chargement des vidéos étaient plus rapides. Les chercheurs du CSAIL, le laboratoire de l’Informatique et de l’Intelligence Artificielle, ont mis au point Pensieve, une IA qui utilise le machine learning pour répondre à cette problématique. Pensieve n’est pas entièrement une invention, mais fait plutôt office d’amélioration du système déjà existant. Youtube et Netflix répondent à ce problème de chargement en baissant automatiquement la définition de l’image…

Stratagem c’est une société britannique de paris sportifs qui utilise l’IA pour faire des paris. Pour son fondateur la glorieuse incertitude du sport n’existerait donc pas, elle pourrait même être prévisible en observant des milliers de schémas de matchs et en sortant des trames prédéfinies. De là, Andreas Koukorinis, le patron de l’entreprise veut en faire de l’argent. En effet, en vendant les trames et les données que son entreprise a extraites à des bookmaker ou à des particuliers fortunés et en prenant elle même les devants en pariant. Pour cela, la firme a levé des fonds pour créer un fond de placement en paris sportifs doté de 32 millions de dollars. Ce fond, Stratagem le vend comme un placement comme un autre et espère attirer les plus fortunés à placer leur argent dans ce dernier. La touche d’intelligence artificielle serait donc là pour rassurer les investisseurs quant aux garanties…