Géolocalisation

Un constat de départ très basique : les paramètres entre Instagram et Facebook Messenger sont les mêmes. Par ce biais, Facebook peut très simplement collecter vos données. Nous pouvions nous attendre à ce genre d’actions de la part d’Adam Mosseri, nouveau boss d’Instagram, chez Facebook. Il promettait une fusion maximale entre les deux réseaux sociaux. Aujourd’hui il teste l’extraction de données massive. Avec les dernières révélations sur l’utilisation de nos données par le géant des réseaux sociaux, on s’autorise de penser que tout cela est réalisé dans le but de permettre un meilleur ciblage publicitaire à Facebook. Dans une déclaration faite à TechCrunch, Facebook a précisé cela : « à propos des rumeurs concernant l’utilisation des données de localisation via Instagram, nous sommes très clairs : ce n’est pas fondé. Mais, vous le savez, nous travaillons souvent sur des idées qui peuvent évoluer avec le temps, être simplement testées, et pas forcément…

Une vulnérabilité présente dans un site web a permis de géolocaliser des utilisateurs en temps réel sans que ceux-ci ne soient au courant. Il y a quelques jours, KrebsonSecurity a remarqué que le site web LocationSmart donnait accès à un outil permettant de localiser un smartphone en temps réel. De plus, il n’y avait pas besoin de posséder un identifiant, un mot de passe ou un consentement donné par l’utilisateur puisque ce dernier n’en était pas informé. À l’origine, LocationSmart est une entreprise qui permet d’agréger des données de localisation tout en arguant du fait qu’elle possède les autorisations de plusieurs opérateurs téléphoniques. Sur son site web, la compagnie propose une fonctionnalité qui permet d’essayer l’outil avant de l’acheter, afin de juger de la capacité à géolocaliser un utilisateur avec précision. C’est justement cette fonctionnalité qui pose problème. À l’origine, il faut donner son consentement pour que ces données personnelles…

Le média américain Quartz a révélé que la firme américaine Google récoltait les données de géolocalisation de ses utilisateurs Android pendant plus d’un an. Et ce, qu’ils l’ait voulu ou non. Alors que la Commission Européenne avait prévenu quelques géants tels que Google, Facebook et Twitter au mois de juillet, le moteur de recherche ne semble pas avoir jugé bon d’appliquer les consignes. La mise en garde de la Commission portait alors sur le droit des utilisateurs et les pratiques mises en place par les entreprises. À ce sujet, la commissaire chargée du dossier, Vera Jourova, avait déclaré : « certaines conditions imposées par ces compagnies américaines sont très défavorables aux consommateurs européens. S’ils veulent profiter du marché européen, ils doivent en suivre les règles ». Apparemment, Google n’a pas souhaité plier sous la menace d’une potentielle (grosse) amende. Mardi 21 novembre, une enquête du site web Quartz a révélé…

Alors que la mise à jour Snap Map fait encore beaucoup parler d’elle, Snapchat a mis à jour le système de création de filtres géolocalisés et personnalisés. En effet, disponible depuis quelques semaines, Snap Map fait encore beaucoup parler. Snapchat a mis en place un système de géolocalisation qui permet de partager sa position géographique avec un ou plusieurs utilisateurs, et ce de manière très précise. De quoi faire réfléchir sur les problématiques de données personnelles, mais aussi de sécurité, car le réseau social est utilisé majoritairement par de jeunes utilisateurs. Selon comScore, Snapchat est utilisé à plus de 46% par des utilisateurs ayant 18 à 24 ans : l’étude ne comptabilise pas les mineurs mais on peut imaginer qu’ils sont nombreux sur la plateforme. Le réseau social continue à faire croitre l’importance de la géolocalisation en simplifiant la création de filtres géolocalisés. Avant cette mise à jour, il fallait…

Alors que le « retail » cherche la voie de sa révolution, une start-up, créée par Johan Jégard en 2014 à Dijon, se paye le luxe d’inventer l’application mobile capable d’envoyer à ses utilisateurs les informations en fonction de l’endroit où ils se trouvent et de leurs centres d’intérêt. Disponible depuis début décembre sur l’App Store et prochainement sur Android, cette application pourrait bien être le chaînon manquant entre le petit commerce de proximité, les grandes marques franchisées et les consommateurs smartphoneaddict de plus en plus nombreux à recourir au digital pour effectuer leurs emplettes. À Dijon, plus de 300 commerces ne s’y trompent pas et se sont déjà enregistrés sur l’application ! Sweepin, l’application à très fort potentiel Cette application très réussie sur le plan graphique et ergonomique repose sur deux systèmes de détection, forte du constat que 88% des mobinautes utilisent leur smartphone pour effectuer des informations localisées, elle combine…

Send this to a friend