Une « stratégie numérique d’identification des personnes » serait bien sur la table à l’Élysée. Depuis hier, mardi 24 mars, le comité de scientifiques qui entoure Emmanuel Macron réfléchit aux côtés du CARE (Comité Analyse Recherche et Expertise) à la pertinence de mesures du suivi des déplacements pour endiguer l’épidémie de Covid-19.

Suivre nos déplacements pour freiner l’épidémie

Ce n’était qu’une rumeur il y a quelques jours, mais aujourd’hui nous y sommes. Le projet est à l’étude et le traçage numérique de la population en France pourrait bien devenir une réalité dans quelques jours. Des applications sont déjà prêtes à être déployées. C’est notamment le cas de CoronApp. D’après un récent communiqué de presse provenant de la présidence de la République :

« Le CARE (Comité Analyse Recherche et Expertise) doit accompagner la réflexion des autorités sur l’opportunité de la mise en place d’une stratégie numérique d’identification des personnes ayant été au contact de personnes infectées. Celle-ci pourrait s’appuyer sur la géolocalisation des smartphones et permettre de suivre nos déplacements ».

De nombreux pays ont adopté cette stratégie

Ce qui pousse Emmanuel Macron à étudier cette hypothèse est certainement le fait que plusieurs pays sont passés par cette étape pour endiguer l’épidémie. Parmi eux, nous retrouvons : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Chine, la Corée du Sud, l’Espagne, les États-Unis, l’Italie, Israël, la Pologne, la Russie, ou encore Taïwan.

Le 16 mars dernier, Shin Bet, responsable des services de sécurité intérieure en Israël, annonçait que des technologies normalement utilisées pour lutter contre le terrorisme allaient être utilisées pour faire face à l’épidémie de Covid-19. Benjamin Netanyahu, Premier Ministre du pays, ne voulait pas se laisser déborder par l’épidémie de coronavirus et a donc déployé des technologies de suivi des déplacements, non prévues à cet effet, pour localiser les personnes ayant été en contact avec les porteurs du Covid-19.

En Corée du Sud, l’approche est légèrement différente car ce sont des développeurs indépendants qui ont mis à disposition des cartes en ligne pour suivre les lieux qui comportent le plus de personnes infectées. En Chine, des QR codes de couleur permettent aux habitants de sortir de chez eux ou non en fonction de leur état de santé. C’est peut-être ce qui nous attend en France : faire preuve de transparence totale en localisant les Covid-19 positifs et en rendant ces données publiques.

Un suivi partiel pour la France ?

En revanche, certains experts pensent que le traçage numérique de la population n’est pas exactement la meilleure solution. Pour Stéphane Richard, le PDG d’Orange, la modélisation de la propagation du Covid-19 pourrait largement suffire. Il explique que :

« Je pense que nous devrions pouvoir mesurer l’efficacité des mesures de confinement grâce à des données anonymisées et agrégées. Il ne s’agit pas de traquer les gens individuellement, mais il faut au moins savoir si les gens respectent les périmètres de confinement, ou s’ils se déplacent, sans pour autant savoir qui va où ».