Combien de personnes, après avoir perdu une énième fois leurs clés, leur portefeuille ou un sac, ont imaginé un dispositif permettant de retrouver ces affaires rapidement ? Avec ses AirTag, Apple a pensé aux têtes en l’air. Problème, depuis son lancement en avril 2021, son usage a été détourné par des harceleurs pour suivre, dans la grande majorité des cas, des femmes à leur insu. Avec une mise à jour, révélée le 10 février, la marque à la pomme espère mettre fin à ces pratiques et à la polémique naissante.

Le calvaire du AirTag transformé en outil de harcèlement

Le AirTag c’est un petit appareil gravé de la célèbre pomme, pouvant être accroché à un objet susceptible d’être perdu ou volé. L’application Localiser d’Apple, utilisée pour retrouver un iPhone disparu, permet de retrouver les affaires auxquels l’AirTag a été attaché.

Un petit gadget bien pratique, mais dont l’usage est facile à détourner. Dissimulés dans les effets personnels d’un tiers, les AirTag font office de balise GPS digne d’un film d’espionnage. Loin du cinéma, les cas recensés de ce type de dérive ont, dans la plupart des situations, visé des femmes.

En janvier, aux États-Unis, la mannequin Brooks Nader, a retrouvé un AirTag inconnu dans l’une des poches de sa veste en revenant d’un bar, rapporte Mademoizelle. Informée de sa présence par une notification sur son iPhone, la jeune femme était entre-temps rentrée chez elle toujours pistée. Deux tiktokeuses, Kayla Malec et Erika Tores ont retrouvé des appareils dans leur voiture. La BBC a eu connaissance de six cas similaires, toujours aux États-Unis.

La directrice de la cybersécurité à l’Electronic Frontier Foundation, Eva Galperin, a résumé au média public britannique la situation, « Si vous créez un objet utile pour suivre des objets volés, vous avez également créé un outil parfait pour le harcèlement ».

Apple est loin d’être la seule entreprise touchée

Évidemment Apple condamne « dans les termes les plus forts possibles toute utilisation malveillante de nos produits ». Dès sa sortie, Cupertino avait conscience du problème des AirTag : elle n’est pas la première entreprise à sortir ce type de dispositif, même si le succès de ses produits donne une autre ampleur aux polémiques naissantes.

Depuis le lancement il est précisé que « les AirTags sont conçus pour suivre des objets et non des personnes ». Le dispositif émet un signal sonore entre 8h et 24h après avoir détecté un mouvement avec un smartphone non enregistré. Une notification est également envoyée si le téléphone détecte un AirTag inconnu. Surtout pour l’iPhone. Sur Android il faut télécharger une application, Tracker Detect, qui a le défaut de ne pas détecter automatiquement les AirTag.

Apple assure que « les incidents d'utilisation abusive d'AirTag sont rares », sans plus de précision. Cupertino explique collaborer avec les forces de l’ordre pour identifier les Stalkers, grâce au numéro de série du dispositif. L’entreprise reconnaît cependant que « chaque cas est un cas de trop ».

Les mesures prises pour avertir les victimes du AirTag détourné

  • D’où la nouvelle mise à jour annoncé le 10 février. Au menu :
  • Un message sur les conséquences judiciaires d’un usage détourné pour dissuader les harceleurs potentiels lors de la configuration.
  • Les personnes ayant un iPhone 11 ou mieux, pourront utiliser la réalité augmentée du service Precision Finding pour retrouver l’AirTag inconnu. La BBC rapporte la situation d’une jeune femme, prévenue par une notification, mais qui n’arrivait pas à retrouver l’appareil, probablement dissimulé dans sa voiture.
  • Lorsque le haut-parleur de l’AirTag s’active, une alerte est immédiatement envoyée. L’alerte auditive étant limitée à 60 décibels, le bruit est facilement étouffé, quand il n’est pas simplement retiré grâce à des bidouillages de son propriétaire. Apple a également promis de moduler le son pour qu’il soit plus fort.
  • Le délai de notification sera réduit, lorsque des AirTag inconnus seront repérés en train de suivre l’appareil d’une personne. Le cas de Brooks Nader l’a montré, un délai trop grand à exposer l’adresse de la mannequin. La durée du délai n’a pas été précisée par Apple.

Des changements nécessaires, bien qu’un peu imprécis et surtout incomplets. Les AirTag peuvent être utilisées de façon malveillante contre des personnes dotées de smartphone fonctionnant sous Android. Une mise à jour pour améliorer Tracker Detect s’impose. La date du déploiement de ces modifications n’a pas été donnée.