AWS : toute l'actualité sur siecledigital.fr

AWS

Accompagner les entreprises du Moyen-Orient dans leur transformation digitale, c’est l’objectif affiché par AWS (Amazon Web Services). La branche d’Amazon dédiée aux serveurs vient de concrétiser un projet de longue date en s’implantant à Bahreïn, véritable porte sur le Moyen-Orient pour AWS, qui répartira son offre dans la région autour de trois zones de disponibilité, connectées les unes aux autres. Cette annonce suit celle de Microsoft qui évoquait le mois dernier l’ouverture de data centers Azure à Abu Dhabi et Dubai. Le Moyen-Orient se présente comme un levier de croissance important pour les grands acteurs du Cloud, qui investissent de plus en plus pour s’y faire une place alors que les marchés européen et américain sont d’ores et déjà matures. AWS assume pleinement son expansion à l’internationale Comme le rappelle le média américain TechCrunch, Andy Jassy (CEO d’AWS) expliquait l’année dernière – à l’occasion de l’événement re:Invent – que le…

Au cours de sa dernière keynote, Apple a démontré que ses activités se dirigent davantage vers les services, plutôt que sur les iPhone comme l’entreprise nous a habitué. Apple Music, iCloud, Apple TV et TV+, mais aussi Apple Arcade confirment cette volonté de la firme de Cupertino. Il semblerait qu’Apple prenne cette décision pour faire face à la forte concurrence chinoise en terme de smartphones. Pour assurer le bon fonctionnement de ces services, Apple mise énormément sur les serveurs AWS d’Amazon. L’entreprise dirigée par Tim Cook verserait près de 30 millions de dollars à l’entreprise de Jeff Bezos pour profiter de son cloud. Avec cette somme, Apple est évidemment un des clients les plus importants d’Amazon, précise CNBC. Toutefois, Apple n’a jamais déclaré publiquement qu’elle dépend principalement d’AWS pour iCloud. Plutôt surprenant, quand on sait que la firme de Cupertino a dévoilé son projet Apple TV+, un concurrent direct à…

Alors qu’il y a quelques jours, Amazon annonçait déjà mettre à disposition du grand public ses cours dédiés au machine learning, la société lance aujourd’hui une plateforme cloud qui vise à offrir aux développeurs un endroit où développer et tester des applications robotiques en open-source. Le lancement d’AWS RoboMaker utilise le système d’exploitation de robots (ROS), un logiciel open-source. Comme l’explique TechCrunch, dans les différents outils proposés par le service : des technologies de machine learning et des logiciels d’analyse qui permettent le développement de la robotique dans le monde réel. Le système pourrait aussi gérer le déploiement d’une flotte de robots comme ceux que nous pouvons observer dans les entrepôts d’Amazon par exemple. Alors qu’il y a quelques jours Jeff Bezos, CEO d’Amazon, expliquait à ses employés comment sa société allait certainement échouer, le géant américain n’arrête pas d’innover et de remettre en question les différents modèles existants. « La simulation robotique d’AWS RoboMaker…

Des chercheurs de RedLock, une entreprise spécialisée dans le domaine de la sécurité informatique, ont signalé dans un rapport que Tesla avait été victime d’un piratage.  Des serveurs utilisés par Tesla et hébergés par Amazon Web Services (AWS), ont été infestés par un logiciel malveillant qui « minait » de la cryptomonnaie. Cette technique appelée cryptojacking se sert de la puissance informatique des serveurs pour fabriquer de la monnaie virtuelle pour un enrichissement personnel. RedLock a d’ailleurs remporté un prix de 3 000 dollars dans le cadre du programme de Bug Bounty (prime au bug pour les identifications failles) mené par Tesla. Ce piratage a eu lieu à cause d’une négligence de la part de Tesla. L’entreprise n’avait pas sécurisé l’accès à Kubernetes, un logiciel open source utilisé pour déployer et gérer un grand nombre d’applications et de ressources basées sur le cloud. Il était donc possible d’accéder à ce système sans mot de passe. De cette manière, les…

En mars 2016, Dropbox faisait le choix de quitter Amazon Web Services, le cloud qui hébergeait toutes les données du service de stockage. L’objectif de l’entreprise était de ne plus être dépendant d’Amazon afin de pouvoir directement contrôler son évolution. Après plus d’un an, quelles sont les raisons et les résultats de ce choix ? À ce jour, les derniers chiffres de Dropbox sont de 500 millions d’utilisateurs et de 200 000 clients commerciaux. Le service de stockage a su se professionnaliser et espérer ainsi toucher sa (nouvelle) cible : les entreprises. En témoigne une récente intégration pour Slack ainsi qu’une mise à jour de son éditeur. Paper a effectivement été retravaillé afin de permettre à plusieurs collaborateurs de travailler en équipe sur un même support multimédia. En quittant Amazon Web Services pour créer sa propre infrastructure, l’entreprise a su démontrer sa volonté d’émancipation face à un grand tel qu’Amazon.…