gafa : toute l'actualité sur siecledigital.fr

gafa

Aujourd’hui, le Parlement vient finalement d’adopter la taxe GAFA. De ce fait, la France devient l’une des premières nations au monde à taxer le chiffre d’affaires des géants de la tech. Évidemment, comme la plupart de ces entreprises sont basées aux États-Unis, Donald Trump et ses conseillers n’ont pas apprécié cette taxe. Les États-Unis qui d’ailleurs ont ouvert une enquête à propos des effets d’une telle taxe. Robert Lighthizer, le représentant au Commerce des États-Unis, affirme que : « La structure de la nouvelle taxe tout comme les déclarations des responsables laissent suggérer que la France, avec cet impôt, cible de manière inéquitable certaines entreprises technologiques américaines ». Face à ces accusations, Bruno Lemaire qui a porté ce projet de loi depuis le début, a répondu : « La France est un État souverain, elle décide souverainement de ses dispositions fiscales,et elle continuera de décider souverainement de ses décisions fiscales…

Alors que le 22 mai dernier, en France le Sénat adoptait la taxe GAFA, les pays membres du G20 viennent de trancher et de prendre une décision allant dans le même sens : les géants de la technologie doivent payer plus d’impôts et ne plus profiter d’échappatoires fiscale. La France montre le chemin au monde La nuit du 22 mai dernier fût sacrément longue pour nos sénateurs. L’instauration de la taxe GAFA, portée depuis plusieurs semaines par Bruno Le Maire, a enfin été acceptée. Cette taxe GAFA est faussement nommée, car elle ne s’adresse pas uniquement à ces très grandes entreprises, mais elle prévoit de toucher une trentaine de sociétés comme Spotify, Meetic, Criteo, ou encore Leboncoin. La France est clairement pionnière en la matière. Il y a quelques jours, le G20 montrait enfin des signes positifs allant dans notre sens. Les faits rapportés par Reuters font mention d’un accord prochain qui…

La nuit a été longue pour nos sénateurs. Le Sénat a voté la nuit dernière l’instauration de la taxe GAFA, portée depuis plusieurs semaines par Bruno Le Maire. Le mois dernier, l’Assemblée Nationale et ses 64 députés sur 577 avaient émis un vote favorable à cette loi. Cette taxe GAFA pour Google, Amazon, Facebook et Apple, est faussement nommée, puisqu’en réalité le terme actuel est GAFAM, pour Microsoft. Surtout, cette taxe ne s’adresse pas uniquement à ces 5 entreprises, elle touche une trentaine de sociétés comme Spotify, Meetic, Criteo, ou encore Leboncoin. Quoi qu’il en soit, la France reste un des pionniers ayant pris cette décision, en s’opposant aux États-Unis. 181 sénateurs ont voté pour, 4 contre, et 158 abstentions. La France montre le chemin à l’Europe. La taxe GAFA s’inspire d’un projet de loi européenne qui n’a finalement jamais vu le jour en raison du désaccord de l’Irlande, du…

Alphabet n’a pas peur de dépenser des sommes colossales pour mieux appréhender l’avenir de l’humanité. La maison mère de Google continue par exemple d’investir massivement dans sa quête de l’immortalité. La société a dépensé plus d’1,3 milliards de dollars dans ses différentes filiales : Waymo, Loon, DeepMind, Wing, etc. Des investissements destinés à rendre viables chacune des sociétés, qui coûtent toujours beaucoup d’argent à Alphabet. Néanmoins, tout va bien pour la société qui continue de générer énormément de revenus, grâce en grande partie à la publicité. Ruth Porat, Chief Financial Officer (CFO) de Google, pourrait décider de serrer la vis en matière d’investissements. Il soulignait récemment les hausses importantes de la rémunération des employés et des dirigeants des « other bets » les filiales secondaires du groupe Alphabet. Il faut désormais que ces différentes branches du groupe rapportent de l’argent. Au premier trimestre de l’année 2018, les investissements d’Alphabet dans ses différentes sociétés étaient…

Tout le monde est intéressé par l’avenir. Celui de son métier, de son secteur d’activité, de son quotidien … Cette curiosité saine est à l’origine d’une société pérenne où chacun prend conscience de son utilité. Le hic ? Notre confort a tendance à endormir notre rôle d’acteur. Les géants du web ont réussi en quelques années à réduire notre imaginaire et à nous offrir un seul récit possible : celui du tout technologique. Nous avons donc décidé de créer notre podcast Futurs au pluriel pour donner la parole à des visionnaires en capacité d’ouvrir de nouveaux imaginaires. On y évoquera les sujets qui animent notre société : éducation, technologie, nourriture, mobilité, entreprise… Pour le premier épisode, nous avons invité trois chroniqueurs : une anthropologue, un journaliste et un startuper qui imaginent à quoi ressemblera le géant du web de demain. Trois avenirs alternatifs à découvrir d’urgence pour ouvrir vos imaginaires. On…

Il fallait bien que ça sorte un jour. Un consortium de journaux américains a publié une lettre ouverte à l’encontre de Google et Facebook pour dénoncer leur duopole et les impacts sur les revenus publicitaires. Car il s’agit bien sûr d’une histoire de « gros sous ». C’est à travers la voix de la News Media Alliance qui regroupe plus de 2 000 éditeurs (comprenez journaux traditionnels et médias en ligne) que la lettre a été diffusée et le coup de gueule prononcé. C’est le signe d’un nouvel échelon dans ce jeu de tire à la corde entre deux géants de la Tech et les éditeurs. Les journaux traditionnels et les autres médias en ligne membres reprochent la domination de Google et Facebook sur le trafic des actualités et donc les revenues publicitaires qui sont liés. En effet, de nombreux médias, notamment les historiques acquièrent une grosse partie de leur…